Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DAC 122 - DAE - Subventions (775.000 euros) et convention avec l'établissement public, industriel et commercial Centre national de la chanson, des variétés et du jazz.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DAC 122.

Je donne la parole à Léa FILOCHE.

Mme Léa FILOCHE. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, la Ville a signé une convention triennale 2016-2018 avec le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz afin de mettre en place de nouveaux programmes d'aides financières en faveur des salles de musique actuelle, parisiennes, indépendantes et exploitées dans des conditions professionnelles, et dont la programmation s'inscrit majoritairement dans le champ de la taxe sur les spectacles de variétés.

A ce jour, 37 projets d'investissement ont été soutenus et 51 aides aux projets d'activités ont été octroyées. Cette année, ce sont six cafés-concerts parisiens qui bénéficieront d'une aide financière pour effectuer des travaux ou développer leur établissement, prenant en compte la mise aux normes et l'insonorisation, donc le respect des habitants.

Cet appel à projets est la réponse concrète au maintien de la diversité culturelle, festive et musicale à Paris. Il permet de préserver des lieux de diffusion musicale essentiels à la promotion des artistes émergents des musiques actuelles en favorisant la création d'emploi et la structuration de ces établissements culturels, alors qu?aujourd'hui, leur existence est mise en jeu par les plateformes de "streaming".

La Ville, au travers d'équipements municipaux comme "les Trois Baudets", "Goutte d'Or-Barbara" ou "le Petit Bain", d'appui à de nombreux festivals de musiques actuelles, "Solidays", "We Love Green", "FNAC Live", ou "la Techno Parade", d'appui aux salles de concert parisiennes indépendantes ou de cafés-concerts pour des investissements comme pour la programmation et la diffusion, ou l'appel à projets en faveur des disquaires, poursuit ses aides en faveur du maintien et de la promotion de la diversité de la filière musicale. Les cafés-concerts permettent à Paris des articulations nécessaires entre projets, entre organisations, entre politiques publiques. Elles permettent le soutien des maillons les plus fragiles, poursuivant les expérimentations et les généralisant. Cette collaboration est le fruit de la mise en ?uvre de politiques ambitieuses et audacieuses en faveur de la diversité musicale. Cette belle collaboration permet à ce que toutes les initiatives et les pratiques soient reconnues, respectées et soutenues à Paris. Merci de votre attention.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Léa FILOCHE.

Je pense qu'Yves CONTASSOT s'est retrouvé dans les propos de Léa FILOCHE, me voilà rassuré.

La parole est à Frédéric HOCQUARD pour vous répondre.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint. - Merci, Madame la Présidente, merci, Monsieur le Maire.

Effectivement, vous avez raison de souligner l'intérêt de cette convention avec le C.N.V.

Quelques mots, d'autant que depuis que nous avons inscrit ce projet de délibération à notre ordre du jour, le budget que nous avons voté avant-hier est venu augmenter la participation de la Ville dans cette convention que nous avons avec le C.N.V.

Je le rappelle, nous resignons une convention, qui est triennale, visant à soutenir la diversité culturelle dans le domaine musical au niveau parisien.

La nouvelle convention que nous avons signée pour les trois prochaines années, c'est autour de trois axes.

Le premier, ce sont les problèmes et les questions qui peuvent être des questions d'accès pour toutes les personnes à mobilité réduite.

Le deuxième, ce sont les questions pour les établissements recevant du public : issues de secours et autres points de ce genre.

Le troisième, pour les questions d'insonorisation. Nous avons effectivement à c?ur de faire en sorte que ce que l'on peut appeler les petites salles, les cafés-concerts puissent rester au c?ur de notre Capitale sans gêner et sans troubler le voisinage. Vous le savez, aujourd'hui, nous avons mis en place une politique d'une nuit partagée, une nuit régulée, et donc une nuit respectueuse de tous. Cette nouvelle convention aura ces trois axes. Egalement, nous aurons à c?ur de travailler plutôt sur des petites salles, plutôt des salles n'excédant pas 300 places, sachant que nous avons travaillé sur des jauges plus importantes, autour de 1.500 places dans les trois années précédentes. Nous avons lancé avec le C.N.V. en octobre dernier, un appel à projets qui nous a permis déjà d'intégrer 6 lieux, et en 2019 nous pourrons lancer un nouvel appel à projets qui nous permettra aussi d'intégrer, on en a parlé dans l'après-midi je crois, d'autres salles comme des cabarets, des salles de spectacle d'humour, ce qui nous permettra de continuer à soutenir la diversité de création, la diversité artistique et culturelle à Paris, c'est notre souhait car c'est la richesse de cette capitale dans le domaine des arts et de la culture. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Frédéric HOCQUARD.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 122 - DAE.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DAC 122 - DAE).