Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DLH 335 - Réalisation 281-295, Charenton-Meuniers (12e) d’un programme de construction de 19 logements sociaux (6 P.L.A.-I., 8 PLUS, 5 P.L.S.) par "Paris Habitat OPH".

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DLH 335 concernant la réalisation, 180-295, Charenton-Meuniers dans le 12e arrondissement, d?un programme de construction de 19 logements sociaux par "Paris Habitat-OPH".

Je donne la parole à Valérie MONTANDON, pour cinq minutes maximum.

Mme Valérie MONTANDON. - Merci, Madame la Maire.

À Paris, le prix de l?immobilier est très élevé aussi bien à l?achat qu?à la location, si bien que les Parisiens vivent majoritairement dans des surfaces petites. C?est pour cela que l?espace public est très important pour les Parisiens car il est vécu justement comme une extension des espaces privés. Les espaces publics ne sont donc pas seulement que des lieux de passage, des lieux de transition, mais ce sont surtout des lieux de vie. Les Parisiens sont donc exigeants : ils veulent la conservation des espaces de respiration, des espaces verts, mais surtout leur amélioration.

Cependant, l?équipe municipale n?entend pas ce message. Il n?y a pas un Conseil de Paris où il y a un projet qui confisque cet espace de respiration pour y construire des bâtiments. Cette fois-ci, c?est la résidence des Charenton-Meuniers qui est concernée. Cette résidence est constituée de grandes barres, notamment d?une grande barre côté rue des Meuniers, qui fait plus de 12 étages, près de laquelle va être construite un nouveau bâtiment.

Il aurait été tellement plus raisonnable de créer simplement, sur la partie parking, un rez-de-chaussée pour accueillir la crèche. J?insiste : je sais très bien que, dès que l?on s?oppose à la densification, on nous dit que l?on est opposé aux crèches. Ce n?est pas le cas. Là, on aurait en effet pu prévoir un rez-de-chaussée avec une crèche sur la partie parking, mais il n?était pas obligatoire de faire un bâtiment si près des habitations, si près de cette barre de 12 étages, et qui empiète aussi sur les espaces verts. Je voulais également faire un aparté sur la concertation puisque la mairie du 12e arrondissement se vante souvent de concertation mais là, il s?agit plus d?une information des locataires de la résidence. Il a totalement été omis la concertation des immeubles riverains qui sont, certes, des immeubles privés mais qui vont avoir cette nouvelle construction tout à fait devant leurs fenêtres. Je pense qu?une véritable concertation aurait été de les associer. Les riverains ont fait des pétitions mais ils n?ont toujours pas été entendus. Je pense que cette concertation devrait avoir lieu mais, en l?état, sur cette construction, nous nous opposerons. Merci.

(M. Paul SIMONDON, adjoint, remplace Mme Véronique LEVIEUX au fauteuil de la présidence).

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci à Valérie MONTANDON. Là aussi, nous sommes tout de même confrontés à une difficulté : vous votez contre les projets de délibération qui concernent des préemptions, en arguant du fait que ce ne sont pas des logements sociaux supplémentaires, et vous votez contre la construction de logements sociaux neufs au motif que cela densifie la ville. Si on ne peut faire ni du logement social par de la construction neuve, ni du logement social par de la préemption, je ne vois pas bien comment on fait du logement social.

Vous avez eu raison de le dire : nous n?étions pas obligés de construire des logements sociaux supplémentaires. C?est vrai. Nous ne sommes pas obligés de faire du logement social ; nous ne sommes pas obligés de répondre au 120.000 demandes de logement social, mais nous considérons que le rôle de la Municipalité est de faire du logement social et de répondre à ce besoin qui existe et qui se manifeste un peu partout dans Paris.

C?est effectivement un choix politique. On peut être pour ; on peut être contre. En l?occurrence, vous êtes contre. Nous, nous considérons que c?est indispensable et, par conséquent, je vous invite à voter ce projet de délibération.

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 335.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DLH 335).