Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Discussion budgétaire - Ville de Paris - Etat spécial territorial.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Je vous propose de passer directement à la discussion relative au budget de la Ville et de l?état spécial territorial. Conformément à la Conférence d?organisation, je vous rappelle que, dans une première partie, un orateur par groupe s?exprimera pendant 5 minutes. Le débat général se poursuivra avec des orateurs inscrits, puis avec la réponse de l?Exécutif.

Je vous rappelle que, lors du vote, il n?y aura ni débats ni interventions mais une explication de vote préalable de 5 minutes par groupe. Les amendements et les v?ux doivent être présentés pendant la discussion générale. Je vais introduire ce débat et nous passerons ensuite à l?expression de chacun des groupes

Mes chers collègues, le budget primitif 2019 constitue la cinquième année de mise en ?uvre de notre programme de mandature, celui qui nous lie aux Parisiens depuis 2014.

Nous entrons dans une année de livraison importante de nouveaux équipements et de services. Partout la ville se transforme pour devenir plus accessible, plus respirable et s?embellir.

Je veux ici remercier, avant toute chose, mes adjoints, bien sûr Emmanuel GRÉGOIRE, mon premier adjoint en charge notamment du budget et Véronique LEVIEUX en charge des ressources humaines. Je voudrais remercier le Secrétariat général de la Ville, l?ensemble des présidents de groupe et les groupes de la majorité mais aussi de l?opposition, et les maires d?arrondissement pour le travail qu?ils ont fourni pour pouvoir élaborer ce projet de budget.

Je veux remercier l?ensemble de l?Exécutif qui a travaillé à ces transformations que nous portons. Ces transformations passent par des investissements importants, qui sont d?ailleurs les moyens de nos ambitions pour les Parisiennes et les Parisiens, ces ambitions dont nous avons fait nos engagements en 2014 et qui deviennent aujourd?hui des réalisations. Et ce, malgré des incertitudes qui demeurent importantes, notamment au regard des discussions en cours sur le projet de loi de finances et celles à venir au 1er semestre 2019 sur la réforme globale de la fiscalité locale.

Nous poursuivons avec constance la mise en ?uvre de notre stratégie budgétaire, encore saluée récemment par toutes les agences de notation. Cette stratégie est fondée sur la stabilité de la fiscalité directe locale, c?est un engagement que j?avais pris en 2014 et qui est tenu. Mais cette stratégie est fondée aussi sur la volonté d?assumer de conduire une transition écologique et énergétique, de faire de notre ville une ville de l?innovation et une ville de la solidarité.

Cette stratégie est aussi fondée sur la nécessité de garantir du pouvoir d?achat aux Parisiens qui sont les plus nombreux d?ailleurs dans les catégories des classes moyennes et les catégories populaires.

Cette préoccupation, qui guide notre action depuis le début de la mandature, est encore présente dans l?élaboration de ce budget et nous n?y dérogerons pas. C?est pourquoi, en parallèle de cette stratégie, nous nous appuyons bien sûr sur la maîtrise des dépenses de fonctionnement et sur un ambitieux plan d?investissement qui participe à l?amélioration de la qualité des services publics au service des Parisiens, car je le redis, le service public est le patrimoine de ceux qui n?en ont pas. Vous le savez, Paris a fait le choix d?investir 10 milliards d?euros sur la mandature. Ces investissements renforcent la valeur du patrimoine de notre collectivité évaluée aujourd?hui à plus de 31 milliards d?euros. Nous n?avons pas fait le choix du démantèlement et de la vente du service public, nous avons fait le choix de son renforcement et c?est un patrimoine collectif pour tous les Parisiens et toutes les Parisiennes. Ce choix est un choix conscient et un choix responsable, car transformer Paris a forcément un coût et un coût que nous assumons parce que l?avenir des Parisiens en dépend. Nos efforts de gestion nous permettront l?année prochaine de disposer d?une épargne brute de près de 574 millions d?euros, symbole du sérieux budgétaire de la collectivité. Ajoutée aux recettes réelles d?investissement de 530 millions d?euros, notre capacité de financement permettra l?année prochaine de financer, grâce aux ressources propres de la collectivité, 65 % des investissements opérationnels. Je ne crois pas qu?il y ait beaucoup de collectivités qui aient pu maintenir les investissements et ce sérieux budgétaire, notamment dans le financement et l?autofinancement des investissements. Dans cette perspective, la trajectoire d?endettement de la Ville restera pleinement contrôlée et parfaitement soutenable en 2019, comme c?est le cas d?ailleurs depuis le début de ce mandat. Notre capacité de désendettement devrait s?élever à 11,25 années l?année prochaine, soit un niveau inférieur au plafond fixé par l?Etat, et donc conforme à l?engagement que nous avons pris avec l?Etat dans le cadre de la contractualisation. La dette totale de notre collectivité devrait s?élever en fin d?année prochaine à près de 6,5 milliards d?euros, soit une dette par habitant bien inférieure à celle observée partout ailleurs en France. Ces investissements sont faits pour les Parisiennes et pour les Parisiens. Ces investissements ont aussi permis, dans une période compliquée pour l?investissement local, de consolider l?activité économique en Ile-de-France et en France face aux conséquences de la crise. Ce sont des emplois, beaucoup d?emplois, qui ont pu être aussi soutenus et maintenus grâce à l?investissement de la collectivité parisienne.

L?ouverture de 96 % des autorisations de programme de la mandature et l'inscription de 1,7 milliard d'euros de crédits de paiement en 2019 vont nous permettre de poursuivre l'ouverture d'équipements et d'assurer l'entretien du patrimoine de la collectivité. Comme c'est le cas depuis 2014, 5 % du programme d'investissement de la mandature seront cette année aussi consacrés au budget participatif, soit 100 millions d?euros offerts à l'imagination et à la décision directe des Parisiens.

Conformément à nos engagements, une attention particulière sera à nouveau portée aux quartiers prioritaires auxquels nous consacrons 25 % du programme d'investissement. C'est un choix politique que nous avons fait de mettre ces moyens dans les quartiers populaires. C'est une façon aussi d'améliorer la vie que d'avoir des services publics dans ces quartiers populaires et c'est aussi une façon d'assurer ce pouvoir d'achat dont on parle tant aujourd'hui.

Ce budget, dans la continuité des précédents, permet de renforcer notre action en faveur de la construction d'une ville qui respire, qui s'engage et qui cultive son identité. Une ville qui respire et qui, consciente de l'urgence climatique, adapte et accélère les politiques de transition énergétique et écologique de manière juste et solidaire. L'année 2019 sera une année de référence pour le bilan carbone de Paris qui va être recalculé pour nous donner un aperçu actualisé des émissions sur tout le territoire parisien. La zone à faibles émissions parisienne franchira de son côté une nouvelle étape l'an prochain avec l'interdiction de circuler aux véhicules polluants critère 4, qui s'accompagnera aussi d'une multitude d'aides à la conversion pour les Parisiens et pour les Parisiennes, les commerçants, les artisans, les professionnels dans le droit fil de ces mesures d'accompagnement que nous avons déjà développées depuis 2015.

Nous continuerons de lutter contre la pollution qui empoisonne l?eau, l?air et le quotidien des gens, nous développerons encore l'usage du vélo - toujours le vélo, plus de vélos - grâce à l'aménagement de nouvelles pistes cyclables, et pour ce qui concerne les agents de la Ville, la mise en ?uvre de l'indemnité kilométrique vélo. Je crois que nous serons la première collectivité en France à développer cette indemnité kilométrique vélo.

Nous aiderons les Parisiens à se défaire des contraintes de la voiture individuelle. Ils l'ont déjà fait pour nombre d'entre eux, puisqu'aujourd'hui c'est moins de 37 % des ménages parisiens qui sont détenteurs d'une voiture personnelle. Là aussi, si vous chiffrez le coût d'une voiture à Paris sur le budget des ménages, cela représente entre 300 et 400 euros par mois. Autant dire que là aussi nous avons donné les moyens de se passer de cette charge importante par la politique de mobilité de transports publics que nous avons développée. Nous avons encouragé l'autopartage et nous avons également développé des parkings relais, ce que nous allons encore faire durant toute cette année.

Faire respirer la Ville, cela veut dire aussi faire la place à la nature en ville. D'ici 2020, 30 nouveaux hectares d'espaces verts, de jardins, de promenades ou de rues végétales ouvriront à Paris - 30 hectares, c'est l'équivalent de 10 places de la République. C'est aussi la surface que nous comptons dédier à l'agriculture urbaine, symbolisée en 2019 par l'installation de la plus grande ferme de Paris sur le toit de l'hôtel logistique de Chapelle/International dans le 18e arrondissement.

Les orientations de ce budget en matière de transition écologique et énergétique montrent ce que nous disons, ce que nous affirmons, ce que je dis en tant que Maire de Paris depuis maintenant plusieurs années : la transition énergétique et écologique est le moteur de ces transformations qui doivent nous permettre de vivre mieux, de manger mieux, de consommer mieux, de nous déplacer mieux en préservant les ressources naturelles, notre environnement, mais aussi en ayant à c?ur d'être utiles à tous les Parisiens, quelle que soit leur catégorie sociale et quel que soit leur quartier.

Les orientations de ce budget 2019 sont celles aussi d'une ville solidaire qui protège les citoyens, qui veille au respect de l'intégrité de tous et qui fait une place à chacune et chacun. Ce sont 2,3 milliards d?euros qui relèvent des politiques sociales de la Ville de Paris et de la solidarité. Cela traduit également cette volonté de faire en sorte que dans cette ville il n'y ait pas que les gagnants de la mondialisation qui s'en sortent et que cette ville reste ouverte à tous et à toutes, aux plus fragiles comme aux classes moyennes et aux catégories populaires qui sont la composante sociologique la plus importante de notre ville.

Cet engagement pour la solidarité se traduit aussi par notre politique du logement. Nous investirons l'an prochain 408 millions d?euros dans la création de nouveaux logements. Le logement accessible à chacune et à chacun, c'est sans doute un de nos investissements majeurs qui agissent le plus sur le pouvoir d'achat des familles parisiennes. 550.000 Parisiens et Parisiennes vivent aujourd'hui dans ce que nous appelons communément le parc social de la Ville de Paris. Cela veut dire 550.000 personnes qui aujourd'hui peuvent rester dans Paris alors qu?elles auraient pu en être sorties par le jeu pur et simple des effets du marché immobilier parisien. Bien sûr, on n'a pas les outils pour tout gérer et réguler dans ce marché immobilier parisien, mais le fait que depuis 2001, avec Bertrand DELANOË, puis en 2014, nous ayons maintenu et amplifié notre politique en faveur du logement social, nous a permis de faire plus de 20 % de logements sociaux à Paris et a permis à 550.000 Parisiens aujourd?hui de rester à Paris. Et nous allons continuer ; le budget 2019 en témoigne.

S'agissant des plus démunis d'entre nous, Paris a fait ce choix de la solidarité. Nous ferons donc tout notre possible pour réserver aux personnes un accueil digne à travers la mise en place d?un réseau de haltes de nuit dont deux seront dédiées aux femmes, comme celle que nous ouvrirons cette semaine à l'Hôtel de Ville de Paris.

La Ville poursuit aussi son engagement auprès des personnes âgées les plus vulnérables et isolées grâce bien sûr au Service d'accompagnement des aînés qui ouvrira prochainement ses portes et qui s'appellera "Paris en Compagnie". Je veux dire également ici combien je me réjouis qu'il y a un an nous ayons pris la décision de faire la gratuité des transports pour les Parisiens de plus de 65 ans sous conditions de ressources. Nous avons entendu la difficulté de vivre de ces retraités parisiens qui nous disaient ne plus avoir la possibilité de leur mobilité dans Paris alors qu?ils sont essentiels à l'activité sociale, démocratique, associative et familiale de notre Capitale. Je me réjouis que nous ayons pris cette décision, qu'elle ait pu entrer en vigueur en juin 2018, et bien évidemment elle sera reconduite en 2019.

La Ville poursuit aussi son engagement à travers ce budget pour un cadre de vie apaisé, une ville qui cultive un cadre de vie apaisé en allouant bien sûr davantage de moyens à la propreté et à la sécurité, deux champs d'action prioritaires qui, d'ailleurs, dans le contexte actuel concentrent tous nos efforts. Je le redis ici, je suis heureuse d'avoir, comme vous, reçu ces messages de félicitations pour nos équipes, pour les équipes qui assurent la protection, la prévention. Ces remerciements vont aussi évidemment vers la Préfecture de police. Mais je pense à nos équipes de propreté qui ont montré combien le service public parisien est efficace, rapide et se mobilise jour et nuit pour assurer le redressement en toute circonstance de notre ville pour justement cultiver ce cadre de vie qui doit être plus apaisé.

Une ville à vivre mais aussi une ville à rêver, car Paris se doit également de continuer à cultiver son attractivité si elle veut rayonner dans le monde. Nous savons que nous devons reprendre les efforts de restauration de notre image à l'International, qui est particulièrement abîmée, comme ce fut le cas après 2015, où nous avons su nous redresser, nous relever avec les entreprises, les salariés, tous les acteurs de l'économie parisienne.

Nous le savons, nous devons recommencer.

Nous veillerons donc à valoriser aussi notre patrimoine, notre histoire, nos universités, nos commerces, et tout ce qui fait de Paris une ville à part, à la pointe de l'innovation et à l'avant-garde de la diplomatie des villes, c'est une référence en matière de culture et de développement durable.

Je tiens à nouveau à saluer très chaleureusement toutes les équipes qui ont participé à l'élaboration de ce budget, les fonctionnaires, les collaborateurs, les collaborateurs des groupes, les présidents de groupe, les élus, mais aussi bien sûr mes adjoints, les maires d'arrondissement, mes adjoints principalement Emmanuel GRÉGOIRE et Véronique LEVIEUX. Je veux leur dire combien le fait d'aboutir à ce projet de budget dans un contexte aussi tendu, difficile et incertain est quelque chose qui montre leur professionnalisme et leur sens du dialogue.

Nous allons poursuivre avec cette méthode, cette méthode rigoureuse, sérieuse, engagée, soucieuse des Parisiennes et des Parisiens. Grâce à vous, grâce à cette équipe, nous tenons nos engagements au service des Parisiennes et des Parisiens, et je crois qu'il n'y a rien de plus fort que de tenir ses engagements et d'être présent aux côtés des Parisiennes et des Parisiens dans leur quotidien, ce que nous faisons, et je vous remercie.