Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Création d’une médiathèque et, dans le cadre du budget participatif, d’une maison des réfugiés à faible impact environnemental, 12, rue Jean-Quarré, 10, rue Henri-Ribière (19e). Vœu déposé par les groupes Socialiste et Apparentés, Communiste - Front de Gauche, Ecologiste de Paris et "Génération.s" relatif à l'engagement des travaux et au dialogue avec les occupants.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous commençons par la 5e Commission avec le projet de délibération DCPA 21 relatif à la création d?une médiathèque et, dans le cadre du budget participatif, d?une maison des réfugiés à faible impact environnemental 12, rue Jean-Quarré et 10, rue Henri-Ribière, sur lequel le v?u référencé n° 95 a été déposé.

Pour commencer la série d?inscrits, je donne tout d?abord la parole à Mme Olga JOHNSON, pour le groupe UDI-MODEM, pour cinq minutes maximum.

Mme Olga JOHNSON. - Merci.

Madame la Maire, chers collègues, je voulais rappeler ici que le groupe UDI-MODEM avait soutenu la création d?un centre d?accueil humanitaire sur ce site à une condition, c?est qu?il n?obère pas le projet initial de la Mairie qui était très attendu par les habitants du 19e arrondissement. Nous nous félicitons que la Ville ait tenu parole et maintenu le projet initial de médiathèque.

Nous notons par ailleurs que vous proposez de consacrer 40 % de la surface de plancher à la mise en place d?une maison de réfugiés et nous soutenons également cette mesure, nécessaire pour un meilleur accueil. D?ailleurs, dans le 18e arrondissement de Paris, le Diocèse de Paris prépare un projet similaire de maison d?accueil et de réfugiés, migrants et exilés. Elle verra le jour vers la fin de l?année 2019.

Cette maison d?accueil doit permettre aux réfugiés de pouvoir rencontrer des interlocuteurs qui les aident vraiment dans leur parcours d?intégration, à travers l?apprentissage du français, l?emploi, le logement. C?est très bien car il est très important pour nous, au groupe UDI-MODEM, que les gens s?insèrent et s?intègrent à travers l?emploi. Je voudrais toutefois exprimer un petit regret dans la gestion des ateliers thématiques qui ont eu lieu en octobre et auxquels notre groupe a participé pour définir les missions de cette maison des réfugiés.

Pour rappel, le format des ateliers, c?était 20 à 40 personnes. Nous déplorons d?avoir eu uniquement une heure pour évoquer le sujet et faire émerger des propositions sur un sujet aussi important. C?est un peu dommage que tout le monde n?ait pas eu le temps de s?exprimer pour faire des propositions. Lors de la restitution de cet atelier, nous avons vraiment retenu sur le volet emploi deux propositions qui nous semblent importantes : les entreprises doivent être présentes et les informations sur le parcours professionnel doivent aussi être fournies.

Je rappelle ce que j?ai pu dire hier matin sur l?intégration des immigrés : l?emploi est un facteur essentiel de l?intégration. Il me semble vraiment que la Ville doit porter une attention particulière à ce volet.

Vous l?avez compris, nous soutiendrons ce projet de délibération mais nous resterons attentif à son fonctionnement et, surtout, au résultat qu?elle va produire en matière d?intégration des émigrés. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

La parole est Mme Fatoumata KONÉ, pour cinq minutes maximum.

Mme Fatoumata KONÉ. - Merci.

Madame la Maire, chers collègues, nous y voilà enfin ! Il nous est aujourd?hui proposé d?adopter la création d?une médiathèque et d?une maison des réfugiés dans le quartier de la place des Fêtes dans le 19e arrondissement. C?est avec une grande fierté et beaucoup d?enthousiasme que les élus écologistes voteront ce projet de délibération.

Nous avons toujours eu à c?ur de lutter contre les inégalités entre les quartiers parisiens et le rééquilibrage de l?offre culturelle sur l?ensemble du territoire parisien est un axe majeur de cet engagement.

Le 19e arrondissement, dernier des grands arrondissements parisiens à ne disposer d?aucune médiathèque, reste largement sous-équipé en établissement culturel de taille adaptée à un arrondissement comptant près de 190.000 habitants. Ainsi, il était temps que notre arrondissement puisse bénéficier d?un équipement de qualité, à égalité avec les autres arrondissements. Voilà donc une injustice majeure réparée.

Installé sur le site de l?ancien lycée Jean-Quarré, ce nouvel équipement culturel de 2.500 mètres carrés de surface pour un investissement estimé à 20 millions d?euros accueillera des espaces de "coworking", des salles d?ateliers d?animation, un café, et sera accompagné de la maison des réfugiés, pour une ouverture prévue début 2023.

Le groupe Ecologiste et citoyen du 19e arrondissement s?est mobilisé afin que cet établissement, tant attendu par les habitants de l?arrondissement, soit à la hauteur de leur aspiration, à savoir un projet ambitieux, accessible à tous et de grande qualité architecturale.

Afin de répondre à ces exigences légitimes, une démarche participative inédite a été engagée par la mairie du 19e arrondissement à l?initiative de son adjoint à la culture, Éric THEBAULT. Cette concertation, menée en 2017 avec des acteurs de l?arrondissement - bibliothécaires, élèves des écoles et des collèges, associations et habitants - a permis de lancer une réflexion sur les usages possibles et souhaitables de ce futur établissement : 2.500 personnes ont ainsi participé à cette consultation participative. Le projet de cette médiathèque sera issu de cette co-construction exemplaire qui, nous l?espérons, continuera à être développée pour l?élaboration d?autres équipements de proximité à Paris.

L?autre établissement qui verra le jour sur le même site, dans un bâtiment attenant, est la maison des réfugiés de Paris.

Après la Mission d?Information et d?Evaluation "Paris ville interculturelle" proposée par le groupe Ecologiste, la Ville de Paris s?est engagée à créer une maison des réfugiés et de l?intégration d?une surface d?environ 1.000 mètres carrés pour un investissement estimé à 3 millions d?euros, ce lieu, dont le projet a été co-construit avec des associations et des habitants, symbolisera la politique de l?intégration à Paris, lieu de référence pour les réfugiés, les associations et les Parisiens, un lieu de rencontres et de ressources pour tous les acteurs engagés et pour les personnes migrantes elles-mêmes pour leur permettre notamment l?apprentissage du français, l?accès au droit et à l?insertion professionnelle.

Devenu un lieu emblématique de la crise migratoire durant l?été 2015 après l?occupation de plus d?un millier de migrants et réfugiés, puis transformé en centre d?hébergement d?urgence, "Emmaüs" qui accueille, depuis février 2016, 150 migrants, il semble évident de lier le site Jean-Quarré pour toujours à la cause des migrants et des réfugiés à notre ville au sein d?un arrondissement dont les habitants n?ont d?ailleurs cessé de prouver leur solidarité envers la cause.

Du point de vue environnemental, la réalisation des deux équipements publics se veut exemplaire. Poursuivant des objectifs de co-construction bas carbone et énergie positive dans une démarche de bâtiments durables, franciliens, et de biodiversité positive. De plus, le projet prévoit de valoriser la parcelle à l'échelle du quartier en la végétalisant.

Pour finir, je souhaite rappeler que nous avons adopté au Conseil d'arrondissement du 19e un v?u pour que les premiers travaux de création des nouveaux équipements commencent fin 2019 et que, dans l'intervalle, le Théâtre de Verre et le centre d'hébergement d'urgence Emmaüs, qui occupe actuellement le site, puisse trouver de nouveaux lieux d'accueil. Le projet de la médiathèque est le fruit d'un long combat de tout un quartier de ses associations et de ses élus qui ont participé au processus exemplaire de choix des équipes d'architectes. Je souhaite donc saluer leur mobilisation qui a permis que ce projet puisse voir le jour. La médiathèque permettra de renforcer l'attractivité du quartier de la place des Fêtes et notamment de ses établissements scolaires.

L'installation de ce nouvel établissement permettra de réduire les inégalités sociales à travers l'accès à la culture et contribuera au mieux-vivre ensemble dans ce quartier populaire, ce qui reste pour nous un enjeu crucial, en particulier dans le contexte actuel.

Merci.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je donne la parole à François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement, et au nom du groupe Socialiste et Apparentés.

M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, en actant l'engagement de la Ville dans la réalisation de ce double projet de médiathèque et de Maison des réfugiés à faible impact environnemental, ce projet de délibération nous amène à poser une première pierre pour ces projets tant attendus, et je veux saluer d'emblée le soutien de la Maire de Paris, Anne HIDALGO, l'engagement précieux de son adjoint Jacques BAUDRIER et le soutien de l'ensemble des élus de la majorité, mais aussi de l'opposition, qui ont toujours été à nos côtés et aux côtés des habitants pour porter ce projet que je veux saluer au nom de l'ensemble du 19e arrondissement.

Ce double projet nourrit une triple ambition.

D'abord, en effet, celle de réparer une injustice. C'est une injustice que le 19e arrondissement soit aujourd'hui le dernier des grands arrondissements parisiens à ne pas être pourvu d'une médiathèque et il était temps que cette mandature puisse réparer cette injustice et doter cet arrondissement de sa première médiathèque, médiathèque d'arrondissement quand bien même naturellement elle s'inscrit dans un quartier qui est celui de la place des Fêtes.

Deuxième ambition que nous partageons, c'est l'idée que, oui, la culture est une réponse, une partie de la réponse à tous les défis que nous devons relever, les défis sociaux, les défis urbains, les défis culturels, les défis de civilisation que nous devons relever. Faire le pari d'un projet aussi ambitieux dans le 19e arrondissement, c?est la marque d?une conviction qui nous rassemble : la culture a la capacité de faire vivre les gens ensemble.

Troisième ambition que porte ce projet, c'est d'assumer, comme cela a été rappelé à l'instant par ma collègue Fatoumata KONÉ, l'histoire de ce site et l'histoire que porte ce lieu qui a été en 2015 transformé et aménagé en centre d'hébergement pour les réfugiés et les migrants, géré aujourd'hui par Emmaüs Solidarité. Nous sommes, comme les habitants, les associations, très attachés à préserver cet héritage et à garder cette identité dans le nouveau projet.

A cette ambition sociale et culturelle, j'ajoute le choix d'une construction innovante et exemplaire en terme environnemental. Ce projet fait une démonstration : oui, la Ville peut se reconstruire sans forcément passer par l'étape de la destruction de ce qui préexistait. Oui, la Ville peut se renouveler, se réinventer sur elle-même sans faire table rase de ce qui existait avant. Je crois que l'ère de l'architecture frugale, l?ère de l?architecture sobre sera au rendez-vous du XXIe siècle, et je crois que ce projet est appelé à faire école et à inspirer, je le sais, bien d'autres projets. Quand la commission d'appel d'offres aura validé le projet architectural qui a fait l?objet de la proposition de la commission de dialogue compétitif, vous découvrirez à quel point ce projet est innovant et exemplaire dans sa conception même, son fonctionnement même en termes écologique et environnemental.

Mes chers collègues, je voudrais aussi insister sur un autre point : le temps des sites mono-fonction est terminé. Ce projet, c?est évidemment d'abord une médiathèque et on y trouvera, sur un peu plus de 2.500 mètres carrés de surface utile, des prestations de consultation, d'emprunt, de retour d'ouvrages ou d'?uvres, d?accès à la culture ; c'est évidemment la matière première de toute médiathèque. Mais ce projet-là, c?est bien plus et bien davantage qu'une médiathèque, puisqu'on trouvera également un lieu d'exposition, un lieu pouvant accueillir des événements avec un café, une salle polyvalente ouverte sur le quartier, un espace de "coworking", de larges espaces pour des activités et aussi des espaces dédiés à l'agriculture urbaine. C'est là aussi une dimension forte du projet.

Bref, nous avons conçu cette médiathèque comme un lieu de vie, un lieu de croisement, un lieu de passage et un lieu de rencontre. Mais c'est aussi et encore bien davantage, puisque sera également créé sur le même espace, à côté, une Maison des réfugiés que nous souhaitons avec Dominique VERSINI porter comme un lieu-ressource pour aider ceux qui aident les migrants et les réfugiés.

L'idée est très forte : alors même que, nous le savons, nous sommes toujours confrontés à l'urgence de l'accueil et de la mise à l'abri des migrants et des réfugiés qui arrivent et convergent vers notre Métropole, nous devons aussi préparer l'étape suivante et, à ceux qui resteront pour construire leur vie parmi nous, nous devons donner les outils nécessaires à leur accès à l'autonomie.

Je l'ai toujours dit et je le répète volontiers ce matin, le but du jeu n'est pas de passer d'un centre d'accueil d'urgence à un centre d'accueil d'urgence ; ce n'est pas un projet de vie. Nous avons une responsabilité supplémentaire au-delà de l?urgence, qui est de faciliter, d?encourager les parcours d'intégration - cela n?est évidemment pas un gros mot -, et tout ce qui concourra à l'apprentissage du français, à la formation professionnelle, à l'accès à l'emploi, bref, à l'accès à une vie digne et autonome, c'est évidemment l'objet, la vocation de cette Maison des réfugiés, dont la conception a associé très étroitement avec Dominique VERSINI l'ensemble des partenaires et des acteurs de l'accueil des réfugiés et des migrants à Paris.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Il faut conclure, Monsieur le Maire.

M. François DAGNAUD, maire du 19e arrondissement. - Pardon, excusez-moi.

Je voulais aussi souligner à quel point les habitants, associations et riverains ont été étroitement associés à chacune des étapes jusqu'à la commission de dialogue compétitif, et rendre hommage à leur implication. Evoquer 2.500 personnes qui se sont associées au questionnaire qui a été porté par mon adjoint Eric THEBAULT, dont 1.500 jeunes collégiens.

Pour faire face à tous ces enjeux - je m?arrêterai là, le temps presse et, là aussi, le temps nous est compté -, l'objet du v?u que nous avons adopté à l'unanimité du Conseil d?arrondissement demande que tous les moyens soient mis, techniques mais aussi budgétaires et financiers, pour que les travaux puissent démarrer dans les meilleurs délais dès 2019, afin que l?ambition large, on l?a vu, que porte ce projet puisse rentrer très concrètement dans la vie de nos concitoyens ; le plus tôt sera le mieux.

Merci.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire.

La parole est à Sergio TINTI, pour le groupe Communiste -Front de Gauche. Cinq minutes maximum.

M. Sergio TINTI. - Merci, Madame la Maire.

Le projet de délibération DCPA 21 porte sur la création de deux équipements publics qui répondent aux besoins des habitants de l'Est parisien.

La création d'une médiathèque dans le quartier de la place des Fêtes a été longtemps attendue et demandée par les habitants de ce quartier populaire - 2.300 mètres carrés pour la démocratisation de la culture, c'est quelque chose très important.

Le groupe Communiste soutient la politique d'investissement et d'équipements publics dans les quartiers populaires. Les bénéfices de tels projets pour l'accès à la culture et notamment au livre ne sont plus à prouver.

En ce qui concerne la création de la Maison des réfugiés, elle devra répondre aux attentes de partage, de culture et d'insertion. Elle devra permettre aux réfugiés arrivés à Paris après avoir fui leur pays d'avoir un lieu d'accueil où l?humain et la culture trouveront toute leur place. Le maintien d'une activité en faveur des réfugiés sur le site Jean-Quarré est un acte de reconnaissance fort qui permettra de garder en mémoire l'accueil, la mobilisation des associations et des riverains pour ce site inoccupé qui devient un lieu d'accueil, puis un centre d'hébergement d'urgence. Le groupe Communiste est attentif à la mise en place du projet de la Maison des réfugiés et nous serons aussi vigilants à la phase de préfiguration qui doit débuter dès 2019.

Ce projet a plusieurs faces ; l'ensemble des habitants de ce quartier populaire de la place des Fêtes, et au fil des années et des vagues d'immigration, a forgé un côté unique, ouvert aux différentes cultures, solidaire et militant.

Nous souhaitons aussi apporter notre soutien à la volonté environnementale que la Ville s'est donné comme objectif pour la transformation de l'ancien lycée Jean-Quarré. Nous pensons que la reconversion des bâtiments répond aux enjeux climatiques, ce qui permet de concevoir des équipements bas carbone, de privilégier des matériaux de réemploi et des matériaux "biosourcés" venant de la région parisienne, ce qui est une bonne chose. Il permet en plus de développer des filières courtes responsables, de se passer du béton qui est une catastrophe écologique.

Le groupe Communiste, bien évidemment, apporte donc son soutien à ce projet très ambitieux.

Merci, Madame la Maire.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Merci. Je donne maintenant la parole à Danielle SIMONNET, pour 5 minutes maximum.

Mme Danielle SIMONNET. - Evidemment, je voterai pour ce projet de délibération.

Ce lycée Jean Quarré, quel symbole ! C'était le symbole de la question migratoire à Paris, de la solidarité envers les exilés à Paris.

Cet ancien lycée squatté pendant plusieurs mois par des centaines d?exilés dans des conditions extrêmement difficiles, dans un contexte où il y avait une répression assez forte, souvenez-vous-en, nous étions nombreux et nombreuses à les soutenir, avait ensuite été transformé de fond en comble pour permettre un centre d'hébergement géré notamment par Emmaüs.

Aujourd'hui, à travers ce projet de délibération, nous allons permettre la création d'une médiathèque qui correspond à une attente extrêmement forte dans le quartier, je rappelle la mobilisation des habitants de la place des Fêtes qui souhaitent un équipement culturel de qualité sur leur territoire au Nord-Est parisien, qui est encore dépourvu.

Je pense également aux attentes de lieux pour créer du lien commun.

Mais ce lieu va aussi permettre la création d'une Maison des réfugiés. Cette Maison des réfugiés ne comprendra pas d'hébergement en tant que tel, mais permettra un travail inter-associatif, dans l'apprentissage du français, dans l'accès au droit et à l'insertion professionnelle, avec d'autres activités, culturelles, sportives, manuelles qui pourront y être développées. C'est vraiment extrêmement important, même s'il ne faut pas oublier que les centres d'hébergement manquent, il va bien falloir continuer à travailler, à augmenter les lieux permettant des accueils pérennes d'hébergement à l'ensemble des exilés qui viennent sur Paris. Je tiens aussi à saluer l'exigence environnementale du projet, avec notamment un projet d'espace d'agriculture urbaine, ce n'est pas simplement la façon dont le projet va être construit, mais également les activités qu'il propose. Cet espace d'agriculture urbaine sera aussi en lien avec la création du café attenant. C'est une belle initiative, et je pense vraiment important d'avoir gardé l'histoire des luttes citoyennes qu'il a pu y avoir sur ce lycée Jean Quarré. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Pour vous répondre, je donne la parole à Jacques BAUDRIER.

M. Jacques BAUDRIER. - Merci, Madame la Maire.

Je voudrais remercier pour toutes leurs interventions, Olga JOHNSON, Fatoumata KONÉ, Sergio TINTI et Danielle SIMONNET, pour leur soutien sans faille à ce bon et très beau projet, et un remerciement spécial à François DAGNAUD avec qui cela a été un plaisir de travailler pendant plusieurs années pour faire aboutir ce projet, et ce n'est pas fini, on va continuer. Merci, François. Un mot également pour Eric THEBAULT et Roger MADEC, qui ont aussi beaucoup travaillé sur ce projet pour le faire aboutir durant toute sa phase de conception. Je répondrai tout d'abord à François concernant son v?u, en lui confirmant les engagements de la Ville de Paris pour mener les premiers travaux dès la fin 2019, avec un calendrier qui nous amènera au gros ?uvre en 2021, pour une livraison en 2023. Dès 2019, les premiers travaux seront engagés, les crédits afférents sont inscrits. Il nous faut attendre que la sélection de la maîtrise d'ouvrage soit faite pour ensuite approfondir le travail architectural et administratif pour l'obtention du permis et les marchés de travaux. Vos demandes étant donc satisfaites, je te proposerai de retirer ton v?u. Je voudrais te remercier une deuxième fois pour l'ensemble des échanges que nous avons eus durant cette dernière année, des échanges très forts autour d'une commission de dialogue compétitif qui a été exemplaire et unique dans le travail très approfondi qu'il a pu y avoir avec les équipes de maîtrise d??uvre, sans doute le travail le plus important qu'il y a eu sur les 120 projets d'équipements publics de la Ville engagés au cours de cette mandature. Cela a été un travail remarquable, car cette opération est remarquable à plusieurs titres. 2.500 mètres carrés de lecture publique, vous êtes nombreuses et nombreux à l'avoir dit, c'était important, une médiathèque c'est toujours un symbole fort pour les habitants des quartiers populaires. Une médiathèque de cette surface sera un équipement structurant, un lieu de destination pour l'ensemble des habitants du 19e, mais aussi une partie du 20e. Il s'agit aussi d'un bon symbole d'avoir su développer un autre lieu de culture dans les bâtiments de l'ancien lycée professionnel.

Cet équipement est aussi remarquable et vous l'avez dit toutes et tous pour les 1.000 mètres carrés consacrés à la Maison des réfugiés, ce projet permettra de faire perdurer l'histoire récente de ce lieu, un site de partage, de rencontre, et d'insertion sociale et professionnelle à la croisée des différentes cultures.

Il n'y aura pas d'hébergement, mais des ateliers culturels, des accompagnements individuels, des expositions, une préfiguration prévue pour 2019.

Cette maison permettra de changer l'image négative des réfugiés et de percevoir les migrations de manière positive, de mettre en lumière la richesse des multiples parcours.

Enfin, il y aura également un café, un lieu de "coworking", et un espace polyvalent qui sera ouvert sur le quartier, un lieu de vie qui pourra être investi par les habitants et habitantes. Ces usages serviront de trait d'union afin que tous puissent bénéficier de ces nouveaux services.

Egalement, certains d'entre vous l'ont dit, ce projet est aussi remarquable à l'échelle parisienne du fait des très hautes exigences environnementales qui ont préjugé la sélection de l'équipe de maîtrise d??uvre, du point de vue architectural.

Il s'agit de, on peut employer le mot de test pour la Ville, pour maximiser le potentiel de reconversion bas carbone de son patrimoine en privilégiant systématiquement le réemploi plutôt que la démolition, les filières locales, les matériaux "biosourcés", un bâtiment "low-tech", la sobriété de l'architecture frugale. Ce sera notre manifeste de l'architecture frugale à Paris, j'espère que nous en aurons beaucoup d'autres.

Elle montrera que nous pouvons et devons sortir du tout béton.

Depuis quelques mois, nous avons passé beaucoup de temps à échanger avec les directions de la Ville, ainsi qu'avec les équipes de maîtrise d??uvre dans le cadre d'un dialogue compétitif riche et fructueux qui associait aussi les habitants du quartier.

L'arrivée de ces nouveaux usages dans ce quartier montre l'effort et l'investissement de la Municipalité dans la transformation des quartiers populaires, afin de leur proposer des équipements de proximité de qualité. Depuis 2001, et accéléré depuis 2014 par la forte mobilisation des équipes municipales, il s'agit d'un véritable rééquilibrage pour les quartiers du nord et de l'est parisien. Il faut bien sûr mettre en écho cette opération avec la transformation de la place des Fêtes, ces deux opérations viennent corriger les opérations urbaines des années 1970, en venant redonner de l'humain et de la culture dans ce quartier populaire. En ce qui concerne les occupations actuelles de l'ancien lycée Jean Quarré, au sujet desquelles vous m'avez interrogé, la Ville a programmé la fin des activités du C.H.U. géré par Emmaüs à la mi-2019. Il n'est pas prévu de déménagement, mais l'ouverture de nouvelles places sur d'autres sites parisiens permettra de compenser cette fermeture. Pour le théâtre de Verre, la Ville recherche des locaux dans son patrimoine intermédiaire pour proposer au théâtre une nouvelle implantation et des propositions ont été faites à l'association. Enfin, un rappel, c'est un investissement fort, structurant, un engagement financier très fort pour la Ville, 20 millions d'euros, un des plus gros engagements financiers en termes d'équipement public de la Ville de cette mandature et j'en suis fier. Je crois que le 19e peut en être fier aussi, et comme il s'agit d'un gros investissement, il fait l'objet d'une délibération dite globale, qui fera l'objet d'une information chaque année au mois de novembre en Conseil de Paris. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie pour l'ensemble de ces informations sur ce beau projet.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes Socialiste et Apparentés, Communiste - Front de Gauche, Ecologiste de Paris et "Génération.s", assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2018, V. 638).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DCPA 21.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DCPA 21).