Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à un bilan de la participation de la Ville de Paris à "l’année croisée" France-Israël.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous en arrivons au v?u n° 149 présenté par Geoffroy BOULARD.

M. Geoffroy BOULARD, maire du 17e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Nous avions voté au Conseil de Paris en septembre 2017 un v?u afin que, dans le cadre de l?année croisée France-Israël, la Ville de Paris s?engage à participer à cette opération nationale sur le territoire parisien. De nombreuses manifestations croisées se sont déroulées cette année simultanément en Israël et en France de juin à novembre 2018. Ces coopérations représentent un socle solide, générateur de contacts multiples, et permettent au-delà des relations diplomatiques de faire connaître la richesse et la diversité de nos sociétés civiles sous un angle différent et ouvert.

D?ailleurs, la Ville de Paris a signé un pacte d?amitié et de coopération avec les villes de Tel-Aviv et Haïfa.

L?année 2018 marque également le 70e anniversaire de la création de l?Etat d?Israël. Notre v?u est simple : nous souhaitions connaître le bilan précis des actions menées dans ce cadre par la Ville de Paris. Je tiens à rappeler qu?un certain nombre d?initiatives ont été prises dans les arrondissements et à l?initiative des maires d?arrondissement. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Geoffroy BOULARD.

Pour vous répondre, je donne la parole à Hermano SANCHES RUIVO.

M. Hermano SANCHES RUIVO. - Je tiens à remercier d?abord mes collègues du groupe les Républicains pour leur v?u qui me permet d?évoquer la saison France-Israël qui s?est déroulée de manière simultanée dans les deux pays entre juin et décembre. Puisque ce n?est pas encore complètement fini, comme plusieurs événements de la saison sont justement encore en cours en décembre 2018, il s?agit donc naturellement d?un bilan provisoire.

La saison France-Israël 2018, centrée sur l?innovation, la création et la jeunesse comme axes d?un dialogue tourné vers l?avenir, avait pour ambition de montrer la vitalité de la relation bilatérale dans les domaines culturels et scientifiques, de marquer une nouvelle étape dans les relations économiques et de renouveler le regard que portent les Français sur Israël et les Israéliens sur la France.

Parce que je ne souhaite pas non plus encombrer les services, je me permettrai donc de vous présenter ce bilan ici, de vive voix, et de vous proposer que le v?u soit retiré.

Mes chers collègues, comme vous le savez, les projets menés dans le cadre de cette année croisée se répartissent en deux catégories.

D?abord, des projets soutenus par la Ville de Paris sur la convention Ville de Paris-Institut français : la Ville de Paris a décidé par délibération du Conseil de Paris de février 2018 d?apporter, dans le cadre de sa convention avec l?Institut français, un soutien financier aux projets labellisés par la saison France-Israël. Des projets soutenus par la Ville ont eu lieu aussi bien dans les établissements culturels avec une capacité d?accueil importante - je pense au Carreau du Temple et au Musée d?art moderne de la Ville de Paris - comme dans des lieux avec de plus petites jauges, à l?image des bibliothèques parisiennes, du théâtre Dunois ou du théâtre Paris-Villette.

Parmi les quelque temps forts, j?aimerais citer "Second Square - Summer Time" au Carreau du Temple : une semaine israélienne autour du design, de la gastronomie, de la danse et de la musique au mois de juillet 2018 - plus de 7.000 personnes ont pu assister à cet excellent festival. L?exposition photographique de Ron AMIR au Musée d?art moderne de la Ville de Paris, de septembre à décembre, prolongée jusqu?au 6 janvier 2019, est encore en cours ; son bilan n?est pas complètement encore connu mais le succès est au rendez-vous.

Enfin, "Bibliocité", festival "Lettres d?Israël" rythmé par des colloques et des rencontres littéraires avec des grandes figures de la littérature ou de jeune auteurs, des hommages et découvertes dans nos bibliothèques municipales. Mais aussi, à la Maison de la poésie, au Musée d?art et d?histoire du judaïsme, ainsi qu?à la B.N.F., parmi les lieux ici à Paris ou en Région. Deuxième volet, les autres projets soutenus par la Ville de Paris?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je suis sincèrement désolé de vous interrompre mais ce n?est pas un projet de délibération : c?est un v?u. Vous avez normalement 2 minutes et vous êtes à 3 minutes 16.

C?est pourquoi je souhaiterais respecter?

M. Hermano SANCHES RUIVO. - Juste un petit mot : la Ville de Paris qui avait également financé à hauteur de 5.000 euros le transport de la statue de Dreyfus?

L'inauguration s'est déroulée le 27 novembre en présence d'une centaine de personnes dont le Maire de Tel-Aviv Ron HULDAÏ, la Maire de Paris Anne HIDALGO et deux descendants du capitaine Dreyfus. Je me permettrai de vous faire suivre le reste de ma réponse. Désolé d?avoir été un peu long.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci. Je suis désolé de vous avoir interrompu mais après on me dit qu?il y a des traitements qui ne sont pas égaux. Je me tourne vers le groupe? Je crois que c?est Claude GOASGUEN qui indique la position du groupe sur cette demande de retrait.

M. Claude GOASGUEN. - Quelles que soient les explications achalandées de l?orateur, elles ne sont pas convaincantes.

C?est très simple : aucun engagement n?a été tenu ; aucun engagement, d?ailleurs, n?a été pris. C?est comme si cette rencontre, traditionnelle, entre la France et Israël, entre Paris et Israël, était tenue pour nulle et non avenue.

On voit bien d'ailleurs les motivations politiques. Pour être tout à fait clair, la Ville de Paris, de ce point de vue, n?a pas fait mieux que le Gouvernement qui, lui aussi, a oublié tout simplement qu?il y avait un pays qui était reconnu depuis 1948, avec lequel la France avait des relations d'amitié, puisqu'elle a participé à sa création. Ainsi, bien entendu, nous ne retirons pas le v?u.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Je vous propose de rester dans le cadre des explications de vote et, du coup, Pierre AIDENBAUM a demandé la parole, pour le groupe Socialiste et Raphaëlle PRIMET, pour le groupe Communiste.

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Je ne pensais pas prendre la parole, Monsieur le Maire, mais après les propos tenus par Claude GOASGUEN sur la position de la Ville de Paris, je voudrais lui dire qu'il n'a pas du tout suivi ce que la Ville de Paris a fait dans ce domaine, aussi bien à Paris d'ailleurs qu'à Tel-Aviv.

Je rappelle qu'il y a encore 15 jours, la Maire de Paris, Anne HIDALGO, était à Tel-Aviv pour clôturer cette année France-Israël et qu'à ce moment-là la Ville de Paris a offert à la Ville de Tel-Aviv, en présence du maire de Tel-Aviv, une copie de la statue du capitaine Dreyfus.

Monsieur GOASGUEN, je sais que dans ce domaine vous faites toujours de la surenchère et de la basse politique, mais, regardez, la Maire de Paris - je voudrais terminer sur ce point - m'avait chargé de suivre l'année France-Israël pour ce qui concernait la participation de Paris. Regardez, relisez tout ce qui a été fait à Paris et tout ce que Paris à fait en Israël et vous reviendrez, si vous êtes sincère et honnête, sur ce que vous avez dit auparavant.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Pierre AIDENBAUM.

La parole est à Mme Raphaëlle PRIMET, pour le groupe Communiste.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Effectivement, je pense que c'est de la surenchère et de la provocation. Pour notre part, nous voterons contre ce v?u car nous avons souhaité que la saison soit annulée après notamment l'adoption cette année en Israël d'une loi mortifère pour la paix, une loi d?apartheid, qui est la loi Etat-nation. Cette année a été particulièrement meurtrière en Palestine avec les Marches de retour? Une loi d'apartheid, je ne suis pas la seule à le dire. Voilà, il est hors de question que nous votions ce v?u.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Raphaëlle PRIMET.

Il n'y a pas d'autres demandes d'explication de vote des groupes ?

Danielle SIMONNET, je vous ai donné exceptionnellement la parole tout à l'heure puisque vous étiez à l'initiative ou vous aviez pris une initiative en ce sens. Comme vous le savez, il n'y a pas d'explication de vote des non-inscrits.

S'il n'y a pas d?autres demandes d'explication de vote, le v?u n'étant pas retiré, je le mets aux voix, à main levée, avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ? Très bien.

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.

Je vous remercie.