Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DAC 616 - Apposition d'une plaque commémorative en hommage à Ronan Gosnet, 5, rue Marsollier (2e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Pour le projet de délibération DAC 616, la parole est à Raphaëlle PRIMET.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Mes chers collègues, chère Catherine, nous pensions, nous espérions, comme à chaque fois, que Ronan Gosnet serait le dernier. Ce qui s'est passé hier soir à Strasbourg nous démontre malheureusement que tel n'est pas le cas. Je tiens, au nom de mon groupe, à dire aux familles des victimes, aux blessés et à la population strasbourgeoise notre peine et notre solidarité. Comme à Paris, nous les appelons à ne pas céder à la peur et à occuper les rues et les espaces publics pour montrer que la vie continue et que ces extrémistes n'arriveront pas à nous intimider.

Le projet de délibération qui nous est soumis propose d?installer une plaque commémorative sur le lieu même où Ronan Gosnet a été assassiné. Le destin d'un homme peut basculer en quelques secondes. Un jeune chef d'entreprise venu de province, installé depuis quelques années, est mort sur un trottoir parisien. Dans ce quartier animé de Paris, rue Marsollier, dans le 2e arrondissement, un homme l'a frappé au hasard. Cet homme se revendiquait de l'Etat islamique. Pourquoi Ronan Gosnet ? Parce qu'il était là et que pour l'assassin terroriste, peu importe la victime.

Cet homme de 30 ans, tombé sous les coups d'un criminel aveugle, laisse le souvenir d'un homme intelligent et généreux. L?émotion reste présente dans le quartier où il a été frappé, mais je pense à sa famille, restée à Connerré, ou à ses amis et proches qui ne pourront jamais répondre à la question : pourquoi Ronan ?

La plaque qui sera apposée à l'endroit de son supplice nous rappellera qu'un homme est mort ici et rappellera le contexte. Mon groupe et moi-même sommes heureux d'apporter notre soutien à cette initiative pour que l'on s'en souvienne toujours. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Je vous ai vu, Monsieur le Maire du 2e arrondissement. Vous allez avoir la parole, mais c'est d'abord à l?Exécutif incarné - et quand je dis "incarné", cela a un sens, par Catherine VIEU-CHARIER - de vous répondre. Vous avez la parole.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Je vous remercie, chère collègue, chère Raphaëlle, de vous être inscrite sur ce projet de délibération qui nous tient à c?ur particulièrement aujourd'hui, comme vous l'avez rappelé, juste après l'attentat qui a eu lieu hier à Strasbourg.

Le souvenir du jeune Ronan, assassiné le 12 mai 2018, nous a réunis une première fois lors de l'hommage rendu par la Maire de Paris le lundi 4 juin, à l'ouverture du Conseil de Paris. J'avais déjà eu l'occasion de remercier le groupe UDI-MODEM d?avoir déposé un v?u à notre séance de juin dernier, ainsi que le Conseil du 2e arrondissement et son maire, Jacques BOUTAULT, qui tient à cet hommage.

Mon cabinet a eu, dès notre vote de juin, des relations permanentes avec les parents du jeune Ronan, notamment avec sa maman. J'ai tenu à ce que chaque étape de l'instruction de ce dossier soit portée à leur connaissance et à sa connaissance à elle. Il est important que la famille soit pleinement associée au bon aboutissement de cet hommage si particulier.

J'ai donc l'honneur aujourd'hui, avec une émotion particulière, de présenter ce projet de délibération. Il nous redit que la tragédie du 12 mai dernier ne doit pas être oubliée, parce que malheureusement, dans cette actualité si fournie et rapide, l'assassinat du jeune Ronan Gosnet risque d'être gommé et je voudrais vraiment que l'on se souvienne de lui.

J'ai eu l'occasion de le dire : le souvenir est une boussole autant qu'un espoir pour l'avenir. Se souvenir des drames et des horreurs, c'est aussi en filigrane se rappeler que nous ne céderons jamais rien quant à la dignité humaine, la liberté, l?égalité et la fraternité, que nous défendons quand elles sont attaquées.

Le texte de la plaque en mémoire de Ronan a bien évidemment été rédigé avec sa maman, et nous la retrouverons autour d?Anne HIDALGO, Maire de Paris, le dimanche 12 mai prochain pour l'inauguration de cette plaque et pour une cérémonie au jour anniversaire de la mort de Ronan. Redire une fois de plus, au nom de toutes les Parisiennes et tous les Parisiens, que nous restons unis et forts face à la haine et au terrorisme, et en empathie, sympathie et affection avec la famille de Ronan Gosnet. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire.

Je donne la parole à M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Merci, Monsieur la Maire.

Je voudrais à mon tour remercier Raphaëlle PRIMET d'avoir souligné dans son intervention l'importance que revêt aux yeux des élus du 2e arrondissement cet hommage que nous devons rendre à Ronan Gosnet, et que nous lui rendrons - cela vient d'être dit par Catherine VIEU-CHARIER - le 12 mai prochain en présence de la Maire de Paris, sur le lieu où ce jeune homme a été assassiné.

Je voudrais aussi remercier Catherine VIEU-CHARIER d'avoir très rapidement fait aboutir le v?u qui avait été proposé par le groupe UDI-MODEM du Conseil du 2e arrondissement et adopté à l'unanimité pour qu?une plaque soit apposée en la mémoire de ce jeune homme assassiné. Je me réjouis que dans des circonstances graves comme celles-ci, l'ensemble du Conseil de Paris, quelle que soit la sensibilité politique de ses membres, se retrouve pour ce devoir de mémoire et pour dire toute l'abjection que suscite chez nous le terrorisme et ces gestes qui ne sont absolument pas admissibles et sont en plus parfaitement inutiles, parce qu?ils ne changeront rien et ne doivent rien changer à nos valeurs, notre éthique et nos modes de vie. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jacques BOUTAULT.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 616.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2018, DAC 616).