Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2018
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2018 DU 218 - Mise en œuvre d’une procédure de Déclaration d'Utilité Publique sur les parcelles au 86 et 88 rue des Rigoles (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2018


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DU 218 relatif à la mise en ?uvre d?une procédure de déclaration d?utilité publique sur les parcelles au 86 et 88 rue des Rigoles, dans le 20e arrondissement.

La parole est à Raphaëlle PRIMET.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Madame la Maire, mes chers collègues.

L'élue communiste que je suis est particulièrement heureuse, comme vous pouvez l?imaginer, d'intervenir sur ce projet de délibération qui va lancer le processus de création d'un équipement public culturel. L'élue du 20e est aussi particulièrement heureuse de voir aboutir cette bataille engagée par les élus de notre groupe depuis plusieurs années en faveur de la création d'équipements culturels dans le 20e.

Après l'ouverture de la bibliothèque Assia Djebar, porte de Vincennes, c'est une nouvelle avancée pour la culture dans l'est de Paris qui rencontrera, j'en suis certaine, un très grand succès. Cette avancée, bien sûr, en appelle d'autres, comme la création d'une bibliothèque dans le quartier populaire des Fougères, qui l'attend depuis trop longtemps. Cet équipement valorisera le quartier, constituera une fierté pour les habitants, dont je suis, et les jeunes très nombreux. La militante communiste et l'ancienne secrétaire de section du parti communiste du 20e sera aussi particulièrement contente que le bal des communistes, qui rassemble plus de 500 personnes chaque année le 13 juillet, se tiendra bientôt non plus devant un parking, mais devant un équipement culturel. Et surtout, l'amie et la camarade d?Henri Malberg est plus qu?heureuse, ravie, que ce soit sur cette place, que nous avons si bien nommée, que sera construit ce centre. Henri aurait été très heureux que la place qui porte son nom accueille un équipement culturel public. C'est pour nous un très bel hommage que nous lui rendons.

Rappelons qu?il y a 15 ans, cette place était envahie par l?automobile. C?était un espace totalement délaissé et c?est grâce aux investissements réalisés depuis 2001, à la suite d?une large concertation, que cette très belle place piétonne a été créée. C?est d?ailleurs la première place piétonnisée dans le 20e.

Cet espace public, ouvert et investi très régulièrement pour des rassemblements associatifs, festifs et politiques, permet à toutes et à tous de mieux vivre ensemble. C?est un joli clin d??il que ce soit le même élu communiste, alors en charge de la voirie, qui ait porté ce projet de réaménagement de cette place, il y a quinze ans, et qui soit rapporteur aujourd?hui de la création de cet équipement public.

Cette très belle place, qui porte le très beau nom Henri-Malberg, accueillera bientôt un équipement public, un lieu de culture. C?est pour nous une grande et belle décision et un très beau symbole. Encore merci à toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés pour ce projet. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

La parole est à Nathalie MAQUOI, pour cinq minutes maximum.

Mme Nathalie MAQUOI. - Madame la Maire, mes chers collègues, je vais aller dans le même sens que Raphaëlle PRIMET puisqu?on s?est engagé auprès des habitants du 20e, lors de la campagne de 2014, à créer un nouvel équipement culturel place Henri-Malberg.

La culture fait partie de l?ADN du 20e. Bon nombre d?artistes y vivent, travaillent et créent dans notre arrondissement. De nombreux habitants, quel que soit leur âge, ont une pratique artistique amateur ; il suffit de constater le nombre de volontaires répondant présents à chaque projet à destination des amateurs.

La culture se partage dans le 20e dans l?espace public, par des moments de convivialité, par des rencontres entre création artistique et territoire. L?ambition d?un projet culturel place Henri-Malberg correspond à ces enjeux.

Ouvert sur une vaste place, se prêtant à l?échange, au partage, cet équipement pourra accueillir pratique amateur, espace de convivialité, espace d?enseignement artistique pour renforcer l?offre déployée par le conservatoire, et des espaces de création.

Bien entendu, nous n?en sommes qu?aux esquisses et ce projet devra dans l?avenir être discuté avec les habitantes et habitants de ce quartier dense et familial.

Pour cela, il est nécessaire que la Ville devienne propriétaire de tous les boxes et garages de la parcelle : c?est l?objet de ce projet de délibération qui est vraiment essentiel pour cet arrondissement. S?appuyant sur l?intérêt général, sur l?ambition de créer un nouveau service public, acheter rapidement les boxes manquants est une de nos priorités.

C?est donc une très bonne nouvelle que nous votons aujourd?hui. Merci à la Ville de Paris d?être volontaire pour esquisser un beau projet d?avenir. Permettez-moi aussi un grand merci à Jacques BAUDRIER pour la qualité des échanges sur le fond, y compris sur des échanges sur le fond artistique, et surtout pour sa grande ténacité.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

La parole est à Mme Frédérique CALANDRA, maire du 20e arrondissement.

Mme Frédérique CALANDRA, maire du 20e arrondissement. - Je me réjouis, bien entendu, de cette D.U.P. puisque cela fait dix ans que je demande à ce que ces horribles boxes de garage, place des Rigoles, soient transformés en autre chose qu?un aspirateur à voitures, surtout qu?il ne s?y déroule pas que le fait de garer des voitures mais toutes sortes de bricolages divers et variés de nature contestable.

Cependant, j?attire juste l?attention, et je le dis avec force, sur le fait que depuis la précédente mandature, nous avons engagé une concertation avec le conseil de quartier et des habitants, et qu?il est ressorti de cette concertation à la fois qu?il y avait le souhait d?un équipement culturel, mais aussi le souhait et pas seulement dans cet endroit du 20e d?un peu d?aération, d?essayer de préserver aussi ou de créer un espace vert.

Je rappelle que l?on est dans les quartiers les plus denses de Paris et que nous manquons d?espaces verts. Il faut trouver la bonne équation entre les équipements publics, les espaces verts et les lieux de respiration. C?était tout ce que je souhaitais dire, mais bien entendu je serais très heureuse de pouvoir porter ce projet, avec le Conseil municipal du 20e et avec les habitants, d?un nouvel équipement. Je suis ravie de voir qu?il y a enfin une accélération concernant la situation de ces boxes de garage. Merci.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je donne la parole à Jacques BAUDRIER.

M. Jacques BAUDRIER. - Merci à Raphaëlle PRIMET, Nathalie MAQUOI et Frédérique CALANDRA pour leurs paroles. C?est évidemment une grande joie pour moi de rapporter ce projet de délibération et pour plusieurs raisons.

Tout d?abord, comme Raphaëlle PRIMET, en tant que militant communiste, car la création d?un équipement culturel donnant sur la place Henri-Malberg est un bel hommage à l?homme politique que fut Henri, militant communiste, élu au Conseil de Paris, amoureux du 20e et de ses quartiers populaires comme celui où est située la place à qui il a donné son nom, engagé auprès des plus modestes, pour l?émancipation de tous, épris de justice et de fraternité. Ce futur centre culturel fera écho à ses convictions et se développera autour des valeurs de partage et d?éducation populaire qui lui étaient chers.

Il ne s?agit pas, comme l?ont rappelé plusieurs intervenantes et Frédérique CALANDRA, d?un projet imaginé récemment, puisque depuis la dernière révision du P.L.U., la parcelle du 88, rue des Rigoles fait l?objet d?une réserve pour accueillir un équipement culturel. Depuis de très nombreuses années, les élus du 20e souhaitaient valoriser ces parcelles du quartier du haut de Belleville avec l?implantation d?un équipement public au vu des boxes où se déroulent, comme l?a bien dit Frédérique CALANDRA, des choses diverses et pour certaines quelques mésusages.

Ce futur équipement de proximité sera ouvert sur le quartier. Il proposera sur plus de 1.300 mètres carrés des activités de pratique culturelle amateur. Il s?adressera à un public large, enfants comme adultes. Il sera un lieu convivial de rencontres pour les habitants.

Ce ne sera pas une parcelle sur-densifiée, ce qui permettra de laisser de larges espaces pour la végétalisation, répondant en cela à une demande exprimée de façon tout à fait légitime. Deux bâtiments seront construits. Le premier bâtiment, qui donnera sur la place Henri-Malberg, aura une capacité d?environ 1.000 mètres carrés pour accueillir des salles polyvalentes, ainsi que des espaces pour des ateliers audio et numériques. Au dernier étage, il y aura une terrasse végétalisée accessible qui donnera sans doute une très belle vue sur l?ensemble de Paris. Une halle de 350 mètres carrés en fond de parcelle permettra de développer des ateliers en lien avec des espaces extérieurs. Cet équipement culturel sera, à l?image des habitants de Belleville, ouvert et généreux. Il sera aussi intégré dans le quartier. Une partie de l?équipement sera consacrée à l?histoire populaire de Belleville, avec par exemple des références à Willy Ronis et au cinéma Guinguette.

Ce projet de délibération me permet de vous rappeler le beau bilan de la mandature de la Ville de Paris en termes d?opérations sur son patrimoine : près de 120 opérations de construction et de rénovation, 700 millions d?euros investis, 5.000 places en crèche, 3 piscines, de nombreuses nouvelles écoles, de nombreuses bibliothèques.

Nous avons réalisé un rattrapage spectaculaire et un rééquilibrage en faveur des quartiers populaires dont cette matinée nous donne un très bon exemple. La création de ce futur équipement public fait bien la synthèse du projet municipal d?Anne HIDALGO en créant un message positif et valorisant pour les habitants des quartiers populaires.

C?est pour toutes ces raisons que ce projet de délibération propose la mise en place d?une déclaration d?utilité publique pour les parcelles du 86 et 88, rue des Rigoles.

Au 88, rue des Rigoles, la Ville de Paris est déjà propriétaire de 11 boxes sur 67. L?ensemble de la parcelle est dans le périmètre du projet. Au 86, rue des Rigoles, l?immeuble édifié dans cette parcelle est en copropriété et comporte 28 lots à usage d?activité ou d?habitation. Seuls 5 lots font partie de la D.U.P., dont une partie des bâtiments décrits dans le règlement de copropriété n?existe plus. Le nombre de copropriétaires nous oblige à passer par une déclaration d?utilité publique.

En termes de coût d?investissement, cet investissement se fait à coûts maîtrisés puisque les achats de boxe en termes de foncier sont un investissement relativement modéré eu égard à la surface dont nous allons pouvoir disposer : un investissement de 1,6 million d?euros pour l?acquisition des parcelles et un coût de travaux de 6,5 millions d?euros ; c?est donc un très bel équipement pour un coût tout ce qu?il y a de plus maîtrisé.

Merci à toutes celles et ceux qui se sont engagés sur ce projet, parmi les élus, au sein des directions de la Ville, notamment bien sûr Christophe GIRARD qui a tout de suite adhéré à ce projet en prenant ses fonctions. Merci à toutes et tous.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 218.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2018, DU 218).