Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif au devenir des marchés parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le voeu référencé n° 35 dans le fascicule, déposé par le groupe Centre et Indépendants.

Je donne la parole à Mme Valérie SACHS, à laquelle Mme Lyne COHEN-SOLAL répondra.

Madame SACHS, vous avez la parole.

Mme Valérie SACHS. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, je souhaite, au nom du groupe Centre et Indépendants, attirer l?attention sur quelques-uns des problèmes récurrents que rencontrent les commerçants des marchés parisiens, en illustrant mon propos d?un fait d?actualité : un cambriolage survenu dans la nuit du 9 au 10 mai au marché couvert Saint-Quentin dans le 10e arrondissement.

Le concessionnaire en rejette la responsabilité sur les commerçants, qui, eux-mêmes, considèrent que c?est la gestion du concessionnaire qui est défaillante.

Ce fait divers est, me semble-t-il, l?expression d?un problème plus général qui est celui de la difficile relation entre commerçants et concessionnaires.

Au désengagement de la Mairie de Paris, sur lequel je ne porte a priori aucun jugement et qui aurait dû dynamiser le secteur, s?est ajoutée au fil des années une forme de désintérêt, voire d?incompétence des concessionnaires.

De nombreux professionnels du secteur se plaignent aussi du silence de vos services et de la non-prise en compte de leurs problèmes.

Face à des contraintes de plus en plus nombreuses et strictes, la Mairie de Paris n?est plus l?interlocuteur espéré, garant de l?intérêt général.

Je demande :

- que la Ville de Paris montre l?exemple et encourage les différentes parties à se parler, et nous explique les actions qu?elle souhaite impulser pour la survie du commerce de proximité, notamment alimentaire ;

- que la Ville s?engage enfin à un maximum de concertation et de transparence sur le dossier du renouvellement des concessions d?ici la fin de l?année.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Madame SACHS.

Madame COHEN-SOLAL ?

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe. - Madame SACHS, je suis tout à fait prête à aller avec vous dans tous les marchés, les 82 marchés alimentaires de la Ville de Paris, et en particulier dans les marchés que cette majorité municipale a ouverts depuis 7 ans.

Sept nouveaux marchés, c?est pour vous dire comme la municipalité parisienne ne fait rien pour les marchés puisqu?elle a cessé de fermer des marchés, en particulier des marchés couverts comme cela a été fait dans les précédentes mandatures. Quand beaucoup de marchés couverts ont été non seulement fermés mais leurs lieux ont fait l?objet de spéculation immobilière. Ces marchés ont quasiment disparu, je parle par exemple du marché Saint-Honoré, que M. LEGARET connaît bien, mais je peux parler aussi de la place du marché de l?Europe que M. LEBEL connaît parfaitement ou d?autres marchés.

Nous avons-nous au contraire, non seulement rouvert mais dynamisé ces lieux. Je pense au marché des Enfants rouges, bien entendu, vous avez raison, que l?ancienne Municipalité a fermé et voulait faire disparaître au profit d?un parking.  Non seulement nous avons gardé ce marché ancien?

(Mouvement de protestation sur les bancs des groupes UMPPA et Centre et Indépendants).

Madame BACH, vous pouvez dire ce que vous voulez, c?est comme cela que ça s?est passé tout de même et vous avez été battu là-dessus dans le 3e.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Madame BACH, vous n?avez pas la parole.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe. - C?est comme cela que les choses se sont passées. En plus, nous avons sauvé le marché des Enfants rouges et aujourd?hui, c?est un des marchés qui se portent le mieux, et qui naturellement attire beaucoup de monde.

En ce qui concerne les problèmes qu?il y a eus à Saint Quentin, il est vrai qu?une porte était en réparation et qu?elle a laissé entrer des gens qui étaient malfaisants par rapport à ce marché. Il est vrai que les services de la Ville sont intervenus pour expliquer que des réparations devaient avoir lieu.

Nous allons naturellement faire ces travaux avec le concessionnaire. Je me permets juste de vous dire que je suis tout à fait prête à vous emmener avec moi sur tous ces marchés pour vous montrer combien ils se portent bien.

Les concessionnaires font ce qu?ils peuvent faire avec les marchands, ce n?est pas toujours très facile, et la Ville est toujours intermédiaire entre les concessionnaires et les marchands.

En ce qui me concerne, je donne un avis défavorable à votre v?u.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Centre et Indépendants, avec un avis défavorable de l?adjointe.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est rejetée.

Je vous remercie.