Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe communiste relatif à l’attribution de la dénomination “Yves Saint-Laurent” à un espace parisien. Vœu déposé par le groupe Centre et Indépendants concernant un hommage à Yves Saint-Laurent.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner les v?ux référencés n° 7 et n° 8 déposés par les groupes communiste et Centre et Indépendants, qui ont trait à Yves Saint-Laurent.

Je donne la parole à Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - Monsieur le Maire, chers collègues je n?ai pas besoin de rappeler le parcours d?Yves Saint-Laurent.

Chacun en garde un souvenir particulier. J?ai pour ma part le souvenir de ce défilé qu?il avait organisé à la fête de l?Humanité en Seine-Saint-Denis et qui visait à mettre la mode entre les mains de toutes et de tous, dans ce département populaire précisément.

Nous en gardons tous un souvenir et nous nous accordons tous sur l?idée qu?Yves Saint-Laurent est un grand artiste parisien.

Ce v?u vise à faire en sorte qu?un espace digne de ce nom soit attribué à Yves Saint-Laurent à Paris.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je donne la parole à Mme Valérie SACHS.

Mme Valérie SACHS. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Le groupe Centre et Indépendants souhaite rendre hommage à Yves Saint-Laurent en faisant siens les propos de Pierre BERGÉ : ?Si Chanel a donné la liberté aux femmes, Saint-Laurent leur a donné le pouvoir?.

Après des débuts chez Dior il crée sa première collection le 29 janvier 1962. Il rêvait d?un empire, Pierre BERGÉ lui construira. En disant lui-même adieu au monde de la mode en octobre 2002 après 30 ans de règne sur la haute couture et le prêt-à-porter, il sonnait le glas de la haute couture à la française.

?La mode est un art si elle est faite par un artiste?, disait Pierre BERGÉ. Il était cet artiste, ?un révolutionnaire? qui trouvait dans l?Art son intarissable inspiration. Au lendemain de la collection hiver 1976, ?Ballets lunes - Opéras?, le New-York Times faisait sa Une sur ?une collection révolutionnaire qui changerait le cours de la mode dans le monde?.

Il a écrit l?une des plus belles pages du génie français. ?Il a construit une oeuvre faite d?échos et de ruptures, de clins d?oeil et surtout de connivence? et de complicité avec les femmes.

Il a toujours cru que le vêtement devait être au service de la femme et non le contraire. Yves Saint-Laurent a donné un nouveau visage à la mode, une nouvelle identité à la femme moderne. La femme Saint-Laurent c?est le chic à la française, le chic à la parisienne.

Sa légendaire saharienne, le tailleur pantalon, le smoking? une façon de jouer sur l?ambiguïté à travers la ligne masculine pour mieux mettre en valeur et redécouvrir la femme ; une femme qui ose les robes du soir, les couleurs, le c?ur ou le parfum mythique Opium.

Nous proposons, je souhaite y associer le 16e arrondissement, d?apposer une plaque commémorative sur la façade de l?hôtel particulier, 5 avenue Marceau dans le 16e arrondissement, dernière adresse de la maison de couture, aujourd?hui Fondation Pierre Bergé - Yves Saint-Laurent.

Le texte pourrait reprendre une citation de Pierre Bergé et en gravure, dans l?esprit du c?ur qui ornait la bouteille de son eau de parfum Yves Saint-laurent, sa signature associée à son coeur fétiche.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je vous remercie.

J?ai cru comprendre que vous étiez révolutionnaire.

Je donne la parole à Mme Anne HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Bien sûr, concernant ces v?ux au sujet de Yves Saint-Laurent, Christophe GIRARD y reviendra, nous avons appris avec une immense tristesse sa disparition le 1er juin dernier.

Il est vrai que les femmes lui doivent beaucoup, notamment dans la liberté de leurs mouvements. Je voudrais simplement faire un point préalable.

Nous avons de plus en plus de voeux déposés à chaque séance du Conseil de Paris pour que notre Ville rende hommage à des personnalités qui ont marqué par leur engagement, par leur personnalité ou leur destin l?histoire de Paris ou de notre pays. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

Il nous arrive parfois de rendre un hommage à telle ou telle personnalité pour des raisons plus personnelles, plus affectives ou parce qu?elles ont pu marquer une époque de notre vie.

Il me revient de vous alerter sur un point : aujourd?hui, même si nous aménageons beaucoup, les rues et les espaces à baptiser se réduisent ou offrent des tailles de plus en plus réduites, de plus en plus symboliques.

La première fonction de ces dénominations reste de marquer des lieux et répond donc aussi à un besoin topographique. De fait, peu de lieux restent à dénommer, c?est-à-dire avec des adresses.

Je tiens à vous rappeler mes chers collègues que nous avons près de 150 à 200 propositions émises par des associations, des familles ou des élus de Paris. Je crains qu?à ce rythme, les voeux que nous déposons, tous pour des personnalités extraordinaires, ne puissent pas être honorés.

Il existait une règle sage adoptée par le Conseil de Paris en 1932 consistant à attendre un délai de cinq ans. Cette règle a connu parfois quelques entorses, nous l?assumons. Peut-être pourrions-nous y revenir.

J?ai deux propositions à vous faire : tout d?abord que les bâtiments, les équipements publics parisiens qui ne portent pas d?autre nom aujourd?hui que la rue dans laquelle ils sont situés, à l?exception des écoles pour lesquelles le sujet est particulier, que ces équipements publics puissent porter le nom de personnalités disparues comme celui d?Yves Saint-Laurent.

Je pense qu?il convient de mettre un peu de méthode dans notre travail et je vous propose d?organiser un groupe de travail avec l?ensemble des groupes politiques pour étudier comment nous allons progresser pour l?ensemble des propositions.

Enfin je vous rappelle, cela arrive en conclusion alors que pour moi ce n?est pas un élément mineur, je pense au contraire qu?il doit guider tout notre travail, que nous nous sommes engagés aussi à ce que des femmes soient honorées au même titre que les hommes.

Nous avons encore beaucoup de retard, nous en avons rattrapé un peu quant aux dénominations de rues ou d?équipements dévolus à des femmes qui font l?histoire de notre pays ainsi que celle de Paris.

Je vous demande d?en tenir compte. Bien sûr, ne limitons pas la créativité des groupes, le souci de vouloir honorer des personnalités fortes pour lesquelles nous éprouvons de l?admiration et dont le décès, comme celui d?Yves Saint-Laurent, suscite en nous une émotion forte.

Ce travail est nécessaire mais je vous propose de l?ordonner afin que ces voeux ne soient pas simplement un moment de discussion ici mais débouchent bien sûr sur des plaques apposées sur des équipements, sur des places ou des rues de Paris et que nous puissions réellement honorer la mémoire des personnalités qui ont fait notre histoire.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je vous remercie et donne la parole à Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Je partage évidemment la préoccupation d?Anne HIDALGO sur ce que j?appellerai un emballement des émotions qui est assez répandu aujourd?hui dans notre type de société médiatique accélérée.

En effet, on a quand même intérêt, pour la pérennité des messages que nous souhaitons envoyer, à ce qu?un petit temps de réflexion soit accordé, à la fois vis-à-vis de la famille ou des proches de la personne disparue, mais en même temps pour qu?il y ait une bonne compréhension des habitants lorsqu?on décide de dénommer une rue, une place ou une avenue.

Vous verrez passer plus tard une demande concernant Hélène BERR, grand personnage aujourd?hui disparu à qui il est temps maintenant de rendre hommage en donnant son nom à une bibliothèque ou un conservatoire.

Au sujet d?Yves Saint Laurent, je souhaite dire à Ian BROSSAT, ayant été le Secrétaire général de la société Yves Saint-Laurent pendant plus de 20 ans, que lorsque nous avions organisé le défilé à la fête de l?Humanité avec Michel Boué, magnifique journaliste de l?Humanité, mort du sida quelque mois plus tard, ce fut à l?image de l?affection populaire qu?Yves Saint-Laurent a rencontré tout au long de sa carrière.

Il était un homme mythique et je dois dire que ses obsèques avaient quelque chose de presque ironique lorsqu?on sait qu?il a été brisé par le service militaire quand il était jeune appelé, en raison de l?hommage militaire qui lui a été rendu, on se dit que l?Histoire fait parfois des détours et des contours assez extraordinaires et ironiques.

En tout cas, je crois qu?on peut répondre favorablement évidemment, mais ce sera aux héritiers d?Yves Saint Laurent d?en décider. Cette maison de couture porte déjà la plus belle plaque celle du monogramme Yves Saint Laurent, ?YSL?, créé par le graphiste Cassandre, même si une plaque est souhaitée par le Président de la Fondation et les ayants droit, à moins qu?il n?en soit le seul ayant droit d?ailleurs.

Quant à un lieu, j?ai fait une proposition à M. le Maire de Paris et à Mme Lyne COHEN-SOLAL, en charge du design. Une cité de la mode et du design va ouvrir très bientôt, et ce serait peut-être une piste intéressante pour la mémoire d?un artiste et d?un créateur de cette importance, de renommée internationale. A ce moment-là, la question sera peut-être posée, pourquoi Chanel, Lanvin, n?avaient-elles pas de rue à Paris, pourquoi Christian Dior n?a t-il pas d?avenue, et que fera-t-on un jour pour Pierre Cardin ou Courrèges et d?autres encore ?

La question se pose, soyons prudents, mais il faut laisser à M. le Maire de Paris le temps de choisir un lieu et de nous faire des propositions.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe communiste, avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est adoptée. (2008, V. 45).

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de voeu déposée par le groupe Centre et Indépendants.

Qui est pour ?

Qui est contre?

Abstentions ?

La proposition de voeu est adoptée. (2008, V. 46).