Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif à la création de la “Charte du partage de l’espace public”. Voeu déposé par le groupe UMPPA relatif à la sécurité des cyclistes. Voeu déposé par le groupe “Les Verts” relatif au Code de la rue et au schéma directeur des déplacements cyclistes à Paris. Voeu déposé par le groupe “Les Verts” relatif à l’autorisation des contresens cyclables lors des opérations “Paris respire”. Vœu déposé par l’Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous allons maintenant examiner en 3e Commission les v?ux n° 46 à 59, ainsi que les v?ux n° 48 bis et 52 bis, qui ne se rattachent à aucun projet de délibération.

Je vous propose d?examiner les v?ux n° 46, 47, 48, 48 bis et 49 qui se rapportent aux cyclistes.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS, est-elle là ? Elle est là.

Je vous donne la parole.

J?ai M. GOUJON également inscrit et M. BOUTAULT.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Effectivement, le v?u du groupe Centre et Indépendants est en rapport avec la sécurité des cyclistes.

Pour faire court, on ne va pas reprendre tout l?énoncé du v?u et je ne vais pas non plus reprendre tous les chiffres que tout le monde connaît, qui ont d?ailleurs déjà été évoqués ce matin dans le cadre d?une question d?actualité.

Nous sommes d?accord tous pour dire que le nombre de cyclistes victimes d?accidents de la circulation est en très forte augmentation, que cette augmentation est très préoccupante et qu?elle est évidemment due aussi à la très forte augmentation de la pratique du vélo. Les déplacements à bicyclette ont, en effet, considérablement augmenté ces derniers temps. Ce qui ne représente tout de même que 3 % des déplacements.

C?est donc un succès, même s?il est relatif, dont nous nous félicitons et qui justifie une mobilisation accrue des élus en faveur de la sécurité des cyclistes, ce dont nous sommes, je crois, tous d?accord.

Nous avons pris acte de l?annonce faite par Mme LEPETIT de la création d?un groupe de travail avec la Préfecture et la R.A.T.P. pour réfléchir à des actions pédagogiques et des campagnes de communication.

Si elles sont nécessaires, ces campagnes de communication ne nous paraissent pas suffisantes. Aussi, nous proposons qu?à l?issue des travaux de cette commission, soit adoptée la création d?une charte du partage de l?espace public, afin de formaliser ses actions pédagogiques et de dépasser la simple opération de communication.

Cela permettrait d?optimiser la réussite de ces campagnes - que nous soutenons, parce qu?il y a des sujets qui dépassent les clivages politiques, surtout quand ils sont abordés avec pragmatisme, c?est-à-dire sans dogmatisme - et pour obtenir une prise de conscience profonde et durable du partage de la voie publique par l?ensemble des modes de déplacement, en appliquant le principe de priorité du plus faible sur le plus fort.

Parallèlement, nous proposons que soit lancée à Paris une expérience de zone de rencontre où la priorité absolue est donnée aux piétons et aux vélos, et où la circulation automobile est tolérée à très faible vitesse, c?est-à-dire la même que celle d?un cycliste.

Cela permettra de nourrir la charte d?un exemple vécu et sensibiliser l?opinion publique, sans pour autant que l?on soit obligé de se mettre tout nu, comme le propose M. BAUPIN. Voilà.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Quelle belle chute !

M. GOUJON a la parole.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Monsieur le Maire, Monsieur le Préfet de Police, que j?interroge également, mes chers collègues, la pratique du vélo se développe de façon très importante, en particulier du fait du déploiement des Vélib?, que nous avons d?ailleurs unanimement voté dans cette enceinte.

Cependant, un certain nombre de dysfonctionnements sont à déplorer. Les vols de Vélib? se multiplient, comme les dégradations d?ailleurs qui, malheureusement, contraignent nombre d?utilisateurs potentiels à renoncer à leur projet, d?autant qu?à certaines stations et certaines heures, le manque de vélos se fait ressentir.

A cet égard, d?ailleurs, l?extension des stations est bienvenue, même si elle a dû être opérée assez rapidement, sans permettre vraiment la consultation des conseils de quartier, par exemple.

Mais le problème majeur, et nous en sommes tous d?accord ici, concerne la sécurité des cyclistes. Les accidents les impliquant ont connu un pic historique, les statistiques l?ont rappelé.

Il est vrai que la conduite de certains cyclistes est risquée, les services de police interviennent à juste titre pour sanctionner les infractions les plus dangereuses.

Je suis un peu étonné d?entendre tel responsable politique pourtant en charge de la sécurité il n?y a pas si longtemps dans notre assemblée mettre en cause injustement la Préfecture de police prétendant que la police a peur des vélos alors qu?elle n?agit que pour préserver leur sécurité.

Certains n?hésitent pas à se mettre en danger en grillant les feux rouge, en circulant le portable collé à l?oreille ou encore en prenant les sens interdits. D?autres circulent dans les couloirs de bus qui leurs sont interdits, slaloment entre les voitures, roulent à trop vive allure sur les voies cyclables matérialisées sur les trottoirs, mettant en dangers les piétons et eux-mêmes.

Les deux derniers accidents mortels étaient dus à ces conduites à risque.

On ne peut pas négliger l?imprudence des novices tant il est évident que l?usager occasionnel de Vélib? a un comportement différent de celui qui utilise quotidiennement sa propre bicyclette.

Dès lors il est du devoir de la Ville de Paris d?engager sans attendre, tant mieux si un groupe de travail se réunit prochainement, une politique de prévention et d?éducation à destination des cyclistes et de tous les usagers de la voirie, y compris les conducteurs de poids lourds dont le comportement même parfois agressif vis-à-vis des deux roues peut être dangereux.

Il s?agit donc d?initier des actions préventives et éducatives précises en complément de celles de la Préfecture de police.

Pourquoi ne pas apposer au moins sur les Vélib? ou sur les bornes d?attache un rappel des règles fondamentales du Code de la route ?

Bien des initiatives peuvent être prises, le groupe de travail doit selon nous se réunir très vite. Nous avons perdu beaucoup de temps, il faut engager d?urgence des actions de prévention et d?éducation pour assurer une meilleure sécurité des usagers de la voix publique à commencer par celle des cyclistes dont nous sommes tous comptables. Merci.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - La parole est à M. Jacques BOUTAULT.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Je vous remercie et vais tenter de faire court au vu de l?heure. Je ne vais donc pas relire l?ensemble des deux voeux que j?ai déposés, le n° 48 et le n° 49, mais vais les défendre dans une même intervention.

Nous devrions tous nous réjouir de l?augmentation du nombre des cyclistes à Paris. Ce nombre a été rappelé ce matin par le Préfet : il est en augmentation de 70 % et non pas 33 % alors que les accidents augmentent eux de 21 %.

Bien sûr, ces accidents sont regrettables et dommageables mais ils sont, par rapport au nombre de cyclistes en circulation, bien inférieurs à l?augmentation de la pratique du vélo elle même.

J?ajoute qu?un cycliste ne met que sa propre santé en jeu contrairement aux infractions commises par les motos et les voitures.

Ce n?est pas une raison, bien entendu, pour être complaisant à l?égard des infractions au Code de la route.

C?est une raison, en revanche, pour s?interroger sur ce Code de la Route qui a été formaté pour des engins à propulsion à moteur et non pas pour des cyclistes qui n?ont que leur force musculaire pour se déplacer.

C?est la raison pour laquelle il est indispensable que, d?une part, un Code de la Rue soit mis en oeuvre pour intégrer la circulation de ces véhicules dans les agglomérations, des véhicules non polluants et dont on se réjouit de l?augmentation, d?autre part que des aménagements spécifiques soient réalisés pour les cyclistes, notamment des pistes réservées afin qu?ils puissent se déplacer en sécurité avec des limitations de vitesse pour les autres véhicules quand ils sont contraints de cohabiter.

Par ailleurs les contresens cyclables doivent être autorisés dans le cadre des opérations Paris Respire.

À ce titre je souhaite que nous sollicitions le Gouvernement qui a passé à la trappe l?idée du Code de la Rue alors qu?il s?y était engagé dans le cadre du Grenelle de l?environnement. Celui-ci a été vite oublié.

Par ailleurs, pour notre part, la Ville de Paris doit poursuivre ses efforts de création de pistes cyclables dédiées comme le Réseau Vert, qui devait relier la Seine à La Villette, et qui pour l?instant est resté inachevé, bloqué dans le 10e arrondissement alors qu?il doit gagner le 19e arrondissement. C?est pourquoi je souhaite qu?il y ait un engagement de l?Exécutif sur l?achèvement de ce Réseau Vert.

Je vous remercie de votre attention.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - La parole est à Mme Annick LEPETIT pour répondre aux voeux n° 46, n° 47 et n° 48.

Il y a un voeu de l?Exécutif. Si besoin est, vous reviendrez sur le voeu suivant.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Il y a effectivement trois voeux à peu près semblables. Je vous propose de les réunir en un seul voeu de l?Exécutif.

Le voeu de Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS demande la création d?une charte de partage de l?espace public et l?expérimentation d?une zone de rencontre.

Il fait explicitement référence au Code de la Rue, c?est également une demande des élus Verts à travers le voeu qu?ils viennent de présenter. Sachez le, le Code de la Rue n?est pas du ressort de la Ville.

Je propose donc que soit repris dans un voeu de l?Exécutif cette demande au Maire de Paris de saisir le Gouvernement pour qu?il adopte et mette en place le Code de la Rue.

D?ici là, bien sûr, il nous faudra, en lien avec la Préfecture de police, poursuivre les actions de prévention et de sensibilisation en direction de l?ensemble des usagers de l?espace public.

Je propose également pour répondre au souhait du groupe ?Les Verts? de multiplier les aménagements pour les vélos, de réactualiser, en concertation avec les maires d?arrondissement, le schéma directeur des déplacements cyclistes qui date maintenant de 2003.

Concernant le Réseau vert, je souhaite répondre à Jacques BOUTAULT qu?un premier tronçon, il le sait, a été créé et a absorbé 3,7 millions d?euros des 5,5 millions d?euros prévus pour la totalité du parcours.

Les études sur la réalisation du deuxième tronçon sont en cours. Les coûts sont estimés à plus de six millions d?euros. Cette dépense nécessite bien évidemment un arbitrage lors du P.I.P.P. et il est trop tôt pour s?engager sur ce point.

S?agissant du voeu présenté par Philippe GOUJON, je crois y avoir en partie répondu en lui indiquant la constitution d?un groupe de travail qui s?est réuni dès le 23 mai.

Je ne manquerai pas d?indiquer très prochainement les conclusions auxquelles il a abouti.

Je le précise, j?avais eu l?occasion de le dire en début d?après-midi, concernant les aménagements de voirie et notamment rue La Fayette, un panneau provisoire va être déposé dans quelques jours pour bien signifier qu?il ne peut pas être utilisé par les cyclistes.

Je propose que le voeu de l?Exécutif qui est le v?u n° 48 bis soit adopté par notre Assemblée.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Dans la mesure où il y a ce v?u de l?Exécutif, le groupe Centre et Indépendants accepte-t-il de retirer son v?u ?

Mme Édith CUIGNACHE-GALLOIS. - Je préfère l?idée d?une charte, cependant dans la mesure où ce Code de la Rue ne serait pas en opposition avec le Code de la Route actuel, qu?il y a une harmonie, comme je le souhaitais, et nous le demandons...

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - N?argumentez pas de nouveau, dites seulement si vous retirez votre voeu.

Ce n?est pas l?usage.

Mme Édith CUIGNACHE-GALLOIS. - Je vais tout de même terminer ma phrase. Dans la mesure où il y a respect de l?espace public par tous les modes de déplacement et qu?on ne monte pas un mode de déplacement contre un autre, je suis d?accord pour retirer mon v?u et accepter celui de Mme Annick LEPETIT.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Quelle est la position du groupe U.M.P.P.A. par rapport au voeu n° 47 ?

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Nous le maintenons, il y avait un certain nombre de demandes au Préfet de police.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Le Préfet de police avait déjà répondu sur la question de la sécurité des cyclistes précédemment dans cette séance.

Le groupe ?Les Verts? accepte-t-il de retirer son voeu n° 48 ?

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Le v?u n° 48 est effectivement retiré compte tenu des engagement que vient de prendre Annick LEPETIT en particulier de l?achèvement du Réseau vert.

En revanche le v?u n° 49 est maintenu car il s?adresse au Préfet de police, c?est un voeu un peu technique puisqu?il vise à modifier l?arrêté préfectoral de 2005 concernant les conditions de circulation dans les zones de ?Paris respire?.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Le v?u n° 46 est retiré, le v?u n° 47 est maintenu.

Avis de l?Exécutif ?

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Défavorable.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Défavorable.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe UMPPA avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstention?

La proposition de v?u est rejetée.

Le v?u n° 48 est retiré.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstention?

Le projet de v?u est adopté (2008, V. 65).

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Oui, je ne l?ai pas dit car j?ai fait voter les trois premiers v?ux, mais le v?u n° 49, évidement, a un avis favorable. Il s?adresse, c?est vrai, à la Préfecture de police.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de voeu est adoptée. (2008, V. 66).