Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à la baisse des crédits de l’Etat pour les associations parisiennes situées en zones “politique de la ville”.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je vous propose maintenant d?examiner le v?u référencé n°67 dans le fascicule, relatif à la baisse des crédits de l?Etat pour les associations parisiennes situées en zones ? politique de la ville ?, qui a été déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

Je donne la parole à Mme Frédérique PIGEON, avec l?espoir qu?elle sera la plus concise possible.

Merci, Madame.

Mme Frédérique PIGEON . - Monsieur le Maire, merci.

Ce v?u pour inviter le Conseil de Paris à mobiliser M. le Préfet de Paris autour de deux éléments, les inquiétudes des associations quant à leur financement dans le cadre de leurs actions politiques de la ville et notre propre souhait d?en savoir plus sur les engagements de l?Etat et même d?avoir des évaluations précises.

Le contexte est le suivant : nous sommes toujours en attente du rendu du Plan Espoir Banlieue. Pour autant, des centaines d?actions associatives se déroulent dans huit arrondissements de Paris qui comportent les 14 quartiers ?politique de la ville?. Nous sommes en attente pour les 200.000 habitants de ces quartiers. Je prendrai l?exemple dans le 18e, 80.000 habitants concernés par la politique de la ville.

Or, les hypothèses actuelles sont plutôt inquiétantes, puisque des baisses de crédits de 20 % à 50 % sont évoquées, notamment dans le 20e arrondissement ou dans certains quartiers.

Voilà pourquoi nous écrivons ce v?u. Nous nous souvenons des années 2003, 2004, au cours desquelles la baisse des crédits avait été très forte de la part de l?Etat, de moins 20 % à moins 30 % sur deux années consécutives. On était arrivé aux révoltes des banlieues fin 2005, on ne souhaiterait pas en arriver là.

On se souvient aussi des bonnes années de coproduction avec l?Etat, 2006, 2007, qui avaient ramené son niveau de subvention à celui de 2002 et grâce auxquelles, depuis, on peut à nouveau relancer le travail en matière d?insertion sociale, professionnelle, d?éducation, de formation, de lutte contre l?illettrisme, de développement économique, de l?emploi et du commerce et tout ce qui fait le développement de nos quartiers.

Voilà ce v?u qui incite tous les groupes, si possible, à pousser à un même niveau de soutien les associations qui oeuvrent pour nos quartiers.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Pour la réponse, Madame STIEVENARD, vous avez la parole.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe. - Je partage les fortes inquiétudes exprimées par Frédérique PIGEON et les élus de notre groupe. Un v?u relayant les mêmes préoccupations a été également adopté par les élus du 20e arrondissement, constatant des gels de crédits importants, notamment pour les quartiers Belleville, Amandiers et Saint-Blaise. Or, nous savons tous l?importance de la présence et de l?action de ces associations dans nos quartiers.

Les informations qui nous remontent font craindre pour l?instant une chute de moins 20 %, voire moins 40 % de subventions par rapport à ce qui existait précédemment venant des services de l?Etat. En effet, on a envie de tirer la sonnette d?alarme et on souhaiterait que tous les élus se sentent concernés, parce qu?il s?agit, vous le savez tous, de l?aide aux devoirs après l?école, de sorties culturelles, d?activités de prévention auprès des jeunes, cours d?alphabétisation et autres.

En effet, après les émeutes urbaines de 2005, on avait eu un rétablissement ?in extremis? d?enveloppes de subventions. J?appuie donc totalement la proposition que le Conseil de Paris soutienne unanimement une démarche auprès de M. le Préfet de Paris pour porter ce souci de reconnaissance des associations de quartier et de mise en paiement rapide de leurs subventions pour 2008.

Un signe nous inquiète encore, c?est le nouveau report de la tenue du comité interministériel des villes qui devait être réuni aujourd?hui même à Meaux avec l?ensemble des membres du Gouvernement, autour de Mme Fadela AMARA. J?ai le sentiment qu?elle peine, qu?elle a du mal à mobiliser l?ensemble de ses collègues ministres en faveur des quartiers populaires.

Nous avons exprimé avec Anne HIDALGO nos inquiétudes par rapport à l?ANRU, sur les financements d?investissement que nous attendons fortement, notamment pour la cité Michelet, le quartier Curial-Cambrai.

Dans ce contexte, j?émets un avis très favorable sur ce v?u, qui vise à soutenir l?action des associations de quartiers, et j?incite tous nos collègues à le voter.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. GOUJON pour une explication de vote.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Mme STIEVENARD ne peut pas s?inquiéter de la réunion du comité interministériel de la ville : je la rassure, ce comité se réunira. Je la remercie de l?appui qu?elle donne ainsi à Mme Fadela AMARA.

Certes, les financements ne sont jamais assez importants pour faire face aux difficultés que rencontrent les habitants de ces territoires, mais je dois dire que dans ce v?u, la mise en cause de l?agence de cohésion sociale et de l?égalité des chances paraît injustifiée, puisqu?il se trouve qu?à Paris, la situation est très positive, les deux tiers des crédits délégués ayant déjà été mandatés avec beaucoup d?avance cette année.

De plus, des délégations de crédits complémentaires interviendront en septembre, les perspectives étant plutôt à la stabilité des financements, aucunement à la baisse d?après les informations que j?ai pu me procurer. S?il y a nécessité d?intervenir pour telle association dans tel arrondissement, nous le ferons, mais je crois qu?il n?est pas indispensable d?inquiéter l?ensemble du monde associatif, alors que les financements sont là et ont été mandatés en avance.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Ils sont là, mais on ne les a pas.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés avec un avis très favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2008, V. 76).