Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif à l'offre de formation dans les lycées parisiens suite à la réforme du baccalauréat.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Nous examinons les v?ux non rattachés. Nous commençons par le v?u n° 47 relatif à l'offre de formation dans les lycées parisiens suite à la réforme du baccalauréat.

La parole est à M. Jean-Noël AQUA, deux minutes maximum.

M. Jean-Noël AQUA. - Merci.

Ils ont manifesté, protesté, revendiqué, se sont inquiétés et mobilisés, mais n'ont pas été entendus par le Président de la République, je parle des lycéens qui s'inquiètent de la mise en place de la réforme du lycée qui comporte encore trop d'inconnues quant à leur avenir à la rentrée.

Nous avions déjà déposé un v?u pour formaliser notre opposition à la réforme du Ministre Jean-Michel BLANQUER. Une réforme qui menace l'égalité face au service public de l'Éducation nationale ainsi que le caractère national du baccalauréat. Une réforme qui met très tôt les lycéens sur des rails éducatifs accentuant les déterminismes sociaux.

Or, nos craintes sont confirmées au regard du projet de carte des enseignements des spécialités des lycées à Paris. Ce projet révèle de fortes disparités dans l'offre "d'enseignement de spécialités des lycées". Celle-ci est loin d'être uniforme entre les 4 districts parisiens. 5 lycées présentent jusqu'à 10 spécialités alors que 17 lycées ne présentent au mieux que 7 spécialités. Pire, 6 établissements présentent moins de 7 spécialités à l'inverse des promesses du Ministre. Un mouvement de grève a d'ailleurs agité le lycée Claude Bernard. Pourtant, le Ministre avait annoncé que tous les lycées présenteraient au moins 7 spécialités.

Nous voulons donc interpeller le Ministère pour que la parole donnée du Gouvernement soit respectée.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Franchement, il y a un bruit de fond assez insupportable. S'il vous plaît, arrêtez de parler au moins quand je demande le silence. Il y a un bruit de fond insupportable pour les orateurs et ceux qui veulent vaguement écouter. Donc, Jean-Noël AQUA et seulement lui.

M. Jean-Noël AQUA. - Je parlais donc du fait que 6 établissements présentent moins de 7 spécialités. Nous voulons donc interpeller par notre v?u le ministère pour que la parole soit respectée. Nous sommes d'autant plus préoccupés que nous savons que cette situation ne peut que renforcer les stratégies d'orientation des familles et la concurrence féroce qui règne déjà entre les lycées. Je vous remercie.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à M. Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - L'Exécutif ne peut que donner un avis favorable, Monsieur le Maire.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup pour cet esprit de synthèse. Une explication de vote d'Anne-Christine LANG.

Mme Anne-Christine LANG. - Bonjour. Merci.

Je le déplore parce que ce qui vient d'être dit est factuellement faux au niveau national puisque, comme vous le savez, avant la réforme, le lycée était organisé par séries. Il y avait donc la série S, la série ES et la série L. La réforme du lycée supprime ces séries. Il y avait, auparavant, un certain nombre de lycées qui n'avaient pas toutes les séries. Certains lycées n'avaient pas de S, ou pas de ES ou pas de L, cela arrivait fréquemment.

La réforme, ici, contrairement à ce qui existait auparavant, prévoit dans tous les lycées d'avoir plus de binômes possibles que de séries auparavant. Il s'agit, évidemment, d'un progrès.

Par ailleurs, 94 % des lycéens auront au moins sept options et tous les lycéens auront le choix entre 30 binômes différents.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci?

Mme Anne-Christine LANG. - Il y a donc une offre plus importante qu'elle ne l'est actuellement.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Madame la Députée, c'est une minute maximum, il faut vous inscrire, je suis désolé.

Mme Anne-Christine LANG. - Merci.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 47 avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2019, V. 18).