Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la mise en place de plates-formes de concentration en vue d’une meilleure gestion des grands chantiers parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du voeu référencé n° 5 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A.

Ce voeu est présenté par M. Jérôme DUBUS.

M. Jérôme DUBUS. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, il s?agit d?une nouvelle forme de gestion des chantiers parisiens. Nous en aurons un certain nombre, nous venons d?en parler, pour Batignolles, Clichy Cardinet, Paris Nord-Est, tout ce qui concerne Beaugrenelle, la rénovation des Halles ou encore le site Bercy Poniatowski.

Tout cela aura évidemment des conséquences sur la vie des Parisiens. Nous sommes déjà dans une zone très dense dans Paris, un certain nombre de riverains nous ont déjà fait part de leurs inquiétudes quant à la gestion de ces chantiers notamment aux Batignolles.

Il existe une manière assez simple de gérer ces inconvénients et ces nuisances à travers, assez rapidement, la mise en place de plates-formes de concentration.

Ces plates-formes de concentration existent à Londres et ont été mises en place pour les grands chantiers des Jeux Olympiques de 2012. Il s?agit, à l?extérieur de Paris, d?avoir des plates-formes regroupant l?ensemble des matériaux nécessaires à ces chantiers qui seront livrés à flux tendu sur les chantiers parisiens.

Cela évite clairement qu?un certain nombre de poids lourd ne pénètrent dans Paris, et permet de faire également à cette occasion des économies en matière d?émission de CO2.

Ces plates-formes pourraient être installés notamment sur la zone du port de Gennevilliers ou encore sur l?arrivée de zones de fret ferroviaires permettant également d?éviter des allées et venues de poids lourds.

Voilà ce que nous proposons.

Nous souhaiterions que la Ville de Paris teste ces plates-formes de concentration avec un certain nombre de communes riveraines et qu?elle les impose petit à petit sur les grands chantiers parisiens.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Mme HIDALGO va vous répondre.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

La gestion de ces chantiers n?est jamais simple et jamais tout à fait identique. Leur localisation se fera sur des secteurs très différents. Je prends par exemple tout le secteur Paris Nord-Est pour lequel nous sommes à proximité des zones de fret ferroviaire. Il est donc évident que pour l?organisation de ces chantiers on envisagera les possibilités avec les entreprises utilisatrices.

Nous verrons pour chacun des chantiers posant des problèmes spécifiques. Je ne crois pas que le modèle de Londres soit transposable, ce modèle est prévu pour les travaux relatifs aux J.O.

Londres n?est pas organisée de la même façon que Paris, il faut tout de même tenir compte de la position des communes limitrophes. Je vois mal comment on pourrait dire qu?on va implanter une plateforme de concentration à tel ou tel endroit dans une commune voisine sans que tout cela ne génère aussi des difficultés.

Il ne s?agit pas de reporter notre gêne comme cela a été fait pendant très longtemps sur les communes limitrophes. Je peux vous dire que bien sûr, nous avons le souci, pour chacun des chantiers, d?avoir des chantiers propres.

Vous citiez par exemple Beaugrenelle. C?est un chantier sur lequel l?acheminement des gravats par la Seine est prévu et fonctionne. C?est quelque chose que nous mettons en oeuvre en nous adaptant à chaque fois aux spécificités du chantier.

Je propose donc de rejeter votre v?u. Sur le fond nous faisons la même démarche sauf que si je vous propose de le rejeter c?est que nous ne pouvons pas proposer des modalités uniques aux entreprises qui interviendront sur des chantiers qui présentent chacun des particularités qu?il faut traiter en tant que telles.

Nous sommes bien sûr engagés sur l?ensemble des chantiers afin que ce soit des chantiers propres.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - M. GAREL demande à faire une explication de vote.

M. Sylvain GAREL. - La démarche de ce v?u nous semble intéressante. Nous aurions pu le voter, nous sommes cependant gênés par un point, c?est l?exemple qui est donné que pour assurer la tranquillité de la population parisienne, on installerait un tel dispositif dans le port de Gennevilliers.

Cela me semble être une démarche totalement contradictoire avec nos engagements en banlieue. Il serait bon de retravailler sur ce sujet afin de construire ce genre de plates-formes à Paris intra muros. Nous ne pouvons pas imposer aux communes limitrophes des désagréments par rapport aux chantiers qui se dérouleront dans Paris.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de voeu déposée par le groupe U.M.P.P.A., avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est rejetée.

Je vous remercie.

(M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, remplace M. François DAGNAUD au fauteuil de la présidence).