Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants relatif à la création de zones d'air dépollué "zones d'air propre".

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous arrivons au v?u référencé n° 109 relatif à la création de zones d'air dépollué "zones d'air propre".

Je donne la parole à la présidente, Mme GOLDGRAB, pour le présenter.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, inspirés par nos voisins londoniens, nous proposons au Conseil de Paris de mettre en place des zones d?air dépollué dans les gares parisiennes en partenariat avec "I.D.F. Mobilités" et la R.A.T.P. Ces colonnes installées permettent de filtrer l?air dans un espace clos. C?est pour cette raison que nous proposons les gares. Ce n?est pas un gadget, non ; il y a un objectif et c?est bien de sensibiliser les Parisiens, et tous les voyageurs qui passent par ces gares, au danger de la pollution et leur offrir des moments de respiration propre, ce qui n?est pas négligeable quand on sait que l?air des métros, ou des gares, est l?un des plus chargés en particules fines et que les effets sont dévastateurs sur notre santé.

C?est d?ailleurs pour cette raison que nous proposons que ces zones soient symboliquement inaugurées à l?occasion de la Journée mondiale de la santé, le 7 avril.

Merci beaucoup.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, chère Laurence GOLDGRAB.

Je donne la parole à Aurélie SOLANS, pendant deux minutes, pour vous répondre.

Mme Aurélie SOLANS. - Merci pour ce v?u.

Deux minutes, cela va être difficile. C?est un sujet important et un peu technique. Il est difficile de ne pas revenir dans le détail de tous ces enjeux.

Cette question de la qualité de l?air dans les espaces de transports, notamment souterrains, est une vraie préoccupation à Paris et en Ile-de-France. Ils présentent un confinement, ce qui ne permet pas une aussi bonne dispersion des polluants, bien que beaucoup moins importante que celle du trafic routier - je veux insister sur ce point. Les émissions du réseau créent donc des concentrations plus importantes, notamment sur les quais.

Je veux quand même rappeler tout d?abord que si les concentrations en particules dans ces espaces souterrains sont supérieures à celles rencontrées à l?extérieur, leur nature et leur taille sont différentes. Il s?agit de particules inertes, métalliques, minérales, moins nocives que les particules carbonées issues de combustion de l?air extérieur créées par les feux de bois ou les moteurs diesels, dont les particules sont, elles, classées cancérigènes probables par l?O.M.S. Ces particules carbonées sont également plus fines. Elles pénètrent donc plus dans les alvéoles pulmonaires et l?organisme. La situation, évidemment, n?en reste pas moins préoccupante dans les espaces souterrains, mais je voulais tout de même le souligner.

Dans ces emprises ferroviaires, trois types d?actions doivent être menées aujourd?hui : suppression des sources de pollution, renouvellement de l?air et dépollution. La R.A.T.P. y travaille : aide au freinage par les systèmes électromagnétiques, rénovation des systèmes de ventilation avec un programme de 45 millions d?euros sur la période 2016-2020. Un appel à projet "Innovons pour l?air de nos stations", financé par la Région Ile-de-France, est en cours avec cinq entreprises qui proposent notamment des solutions de dépollution à la source. Je peux citer le système "Tallano" qui équipe les freins. Nous avons, à Paris, équipé un véhicule de la flotte municipale.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Aurélie SOLANS?

Mme Aurélie SOLANS. - La S.N.C.F. ne possède pas de station de mesures, mais est en train d?effectuer des campagnes de mesure.

Comme vous le constatez, des actions sont en cours.

Je vais répondre en vous disant que l?on vous propose un retrait pour laisser un peu de temps à ces travaux d?expérimentation et de revenir devant vous en 3e Commission avec Airparif dans le courant de l?année avec des premiers éléments.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Compte tenu de l?expression qui a été celle d?Aurélie SOLANS, retirez-vous votre v?u, Madame GOLDGRAB ?

Mme Laurence GOLDGRAB. - Oui, je le retire, compte tenu de ces éléments.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Plus de v?u, donc plus d?explication de vote !