Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par M. Jacques BOUTAULT, M. Pierre SCHAPIRA et Mme Sylvie WIEVIORKA relatif au rétablissement de la tranquillité publique dans les rues Saint-Denis et Greneta.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u référencé n° 63 dans le fascicule, déposé par M. BOUTAULT, M. SCHAPIRA et Mme WIEVIORKA. Il est relatif au rétablissement de la tranquillité publique dans les rues Saint Denis et Greneta a été.

Je donne la parole à Mme Sylvie WIEVIORKA.

Mme Sylvie WIEVIORKA. - Merci, Monsieur le Maire.

Il n?est pas coutumier que les élus du 2e arrondissement présentent des v?ux concernant des problèmes d?insécurité car notre arrondissement a le privilège d?être un arrondissement en règle générale paisible. Si aujourd?hui, nous souhaitons déposer ce v?u, Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement, Pierre SCHAPIRA et moi-même, et que l?ensemble du Conseil municipal s?est ému lors de la dernière séance de la situation, c?est que les choses sont sérieuses.

A l?angle des rues Saint-Denis et Greneta, au c?ur de la zone piétonne de notre arrondissement sévit une bande de personnes, pas si jeunes que cela, qui se livrent à des trafics, qui agressent les commerçants, les habitants. Nous sommes régulièrement destinataires de pétitions de commerçants et de riverains. Dernièrement, le directeur de la Maison des Associations a lui-même été insulté, menacé par cette bande. Nous avons, à de nombreuses reprises, sollicité le commissariat pour intervenir sur cette situation et nous estimons, et les habitants et les commerçants, les riverains de ce carrefour l?estiment également, que l?intervention des forces de police n?est pas à la hauteur du problème posé.

C?est pourquoi aujourd?hui nous demandons que le Préfet de police prenne toutes les mesures nécessaires pour le rétablissement immédiat de la tranquillité publique dans les rues Saint-Denis et Greneta.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

Monsieur le Préfet de police ?

M. LE REPRESENTANT DU PREFET DE POLICE. - J?ai donné les éléments complets de la réponse aux élus intervenants, donc je vais me contenter d?être très bref.

La situation que vous avez évoquée est problématique. Depuis plusieurs semaines, la présence policière a été notablement renforcée entre 18 heures et 2 heures du matin, avec une présence visible, dissuasive et également de rencontre avec les commerçants. Les dernières semaines ont vu l?interpellation de sept personnes dont deux pour ivresse publique, deux pour outrage, une pour menace de mort à l?encontre d?un commerçant et une pour détention de produits stupéfiants.

Je terminerai en précisant toutefois qu?il ne suffit pas, pour les services de police, pour obtenir des moyens d?action coercitifs, d?être saisis par une pétition. Un dépôt de plainte est nécessaire. Sauf le cas de flagrant délit, un service de police ne peut pas agir de manière efficace s?il n?est pas saisi d?une plainte.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Monsieur SARRE ?

M. Georges SARRE, adjoint. - Chers collègues, Monsieur le Maire, le v?u déposé par M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement, et nos collègues, M. Pierre SCHAPIRA et Mme Sylvie WIEVIORKA, adressé à M. le Préfet de police, relatif - je cite - ?au rétablissement de la tranquillité publique dans les rues Saint-Denis et Greneta?, fait état d?une situation problématique dans ce secteur et fait notamment référence à l?agression dont a été victime le directeur de la Maison des associations du 2e arrondissement récemment.

Même si le cadre est relativement paisible, il est clair que des individus se livrent à des trafics au vu et au su des riverains dans ce quartier qui ne doit pas basculer vers l?insécurité chronique.

Je donne donc un avis favorable au nom de l?Exécutif à ce v?u adressé par les élus précités et je voudrais, comme eux, inciter le Préfet de police à prendre toutes les mesures nécessaires au rétablissement de la tranquillité publique dans les rues Saint-Denis et Greneta.

Pour conclure, je dirai que nous étudions avec la DPP les moyens de proposer une offre ponctuelle de médiation, en complément de l?action policière dans le 2e arrondissement de Paris. Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur SARRE.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 63 déposé par M. BOUTAULT, M. SCHAPIRA et Mme WIEVIORKA, avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2008, V. 73).