Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DAE 5 - Subventions (61.500 euros), conventions et adhésion (3.600 euros) pour le soutien à l’accompagnement de projets entrepreneuriaux à fort impact social.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DAE 5 : subventions, conventions et adhésion pour le soutien à l'accompagnement de projets entrepreneuriaux à fort impact social.

La parole est à Mme PREMEL, pour cinq minutes.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Monsieur le Maire, chers collègues, depuis plusieurs années, la Ville de Paris cherche à introduire un nouveau mode de fonctionnement, à agir en faveur de l'intérêt général par le biais de l'économie sociale et solidaire.

L'économie sociale et solidaire nécessite un véritable appui des pouvoirs publics. L'E.S.S. représente 10 % de l'emploi à Paris, sans compter l'emploi généré par les entreprises d'utilité sociale. Il nous semble important de continuer à soutenir ceux qui s'engagent dans des projets sociaux et environnementaux pour notre ville.

Permettez-moi de souligner le fait que les discriminations liées au genre sont encore trop présentes dans le domaine de l'emploi. Seulement une entreprise sur trois est fondée par une femme. Les femmes sont à la tête de 8 % des "start-up". Et pourtant, 60 % des femmes considèrent que l'entreprenariat est plus épanouissant que le salariat, selon le rapport 2017 du Laboratoire de l'égalité. A cela s'ajoute le fait que 70 % des experts qui s'expriment dans les médias sont des hommes. C'est difficile pour beaucoup d'entre elles d'y voir des modèles.

Il est donc primordial d'aider ces femmes à entreprendre, de les valoriser, et de les guider.

C'est dans cette optique que l'association "La Ruche" a créé son programme, "Les Audacieuses", qui propose un accompagnement à des femmes qui souhaitent monter des projets qui répondent à un défi sociétal ou environnemental.

L'aide apportée par l'association permet à ces femmes, qui répondent à un appel à projet régional, de bénéficier de formation et d'assistance renforcée.

Cette association, par un appel à projets régional permet à des femmes d?être suivies dans leurs projets par un programme complet d?incubation. L?an dernier, l?un des projets lauréat, qui s?appelle "Pourquoi princesse", est la proposition de vente d?un kit pour fille qui encourage à rêver et qui rompt avec les stéréotypes de genre sous le slogan : "Pourquoi être princesse quand je peux être pilote ?"

En proposant de soutenir ces associations, et je pense particulièrement à l?association "Animafac", la Ville s?engage aussi à soutenir les jeunes qui souhaitent agir dans le sens d?une économie plus responsable. Des temps sont organisés pour favoriser les échanges, des soutiens sont apportés aux jeunes diplômés qui cherchent à travailler dans ce secteur, mais ces actions permettent surtout la création d?un véritable réseau.

L?association "Centre des jeunes, des dirigeants, des acteurs de l?E.S.S.", ?uvre pour promouvoir la culture et les valeurs de l?économie sociale et solidaire, par la promotion notamment de travaux de fin d?études consacrés à l?économie sociale et solidaire, ou encore en proposant des événements spécifiques pour que les jeunes discutent de différentes thématiques.

Certaines associations, tel que "Réseau des territoires pour l?économie solidaire", agissent pour promouvoir les initiatives des territoires et les valoriser auprès des institutions nationales et européennes. Nous saluons le fait que la Ville de Paris s?engage, elle aussi, dans cette démarche, cette volonté de transmettre les bonnes pratiques. La place croissante que prend l?économie sociale et solidaire dans notre ville ne peut être que valorisée, car elle s?inscrit dans une autre forme de voir l?économie. Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame PREMEL.

Pour vous répondre, la parole est à Antoinette GUHL.

Mme Antoinette GUHL, adjointe. - Vous avez raison, Madame PREMEL, nous ne ménageons pas nos efforts pour soutenir l?entreprenariat social à Paris.

Je vous donne quelques chiffres globaux : plus de 2.000 Parisiens ont été accompagnés l?an dernier dans la création d?entreprises à impact social et 782 entreprises ont été créées. La Ville a soutenu l?entreprenariat social à hauteur de 2 millions d?euros en 2017 ; c?étaient 2 millions d?euros pour la création de 782 structures, soit en moyenne 2.500 euros par structure créée.

Je tenais à vous donner ce chiffre parce que soutenir l?entrepreneuriat a un coût, mais somme toute très faible au regard des bénéfices à la fois sociaux et environnementaux qu?apportent ces entreprises à l?économie parisienne.

Vous l?avez dit, l?entrepreneuriat est aussi porteur de sens en matière d?égalité femmes/hommes. Vous avez cité le programme des "Audacieuses" et je vous en remercie. C?est un réseau de femmes entrepreneurs et un très bel exemple aussi d?engagement pour l?égalité.

Je citerai pour "Les Audacieuses" l?expérience de "Fleurs d?ici", une très belle structure qui a lancé à la fois de la culture et de la vente de fleurs produites localement en Ile-de-France, mais également par des personnes en insertion.

D?autres exemples pourraient être cités mais ce serait trop long. Par contre, je voudrais simplement terminer en mettant la lumière sur notre soutien à l?Union régionale des S.C.O.P. qui promeut la création de coopératives sur notre territoire.

Je voulais en profiter pour citer un sujet d?actualité : les anciens salariés du cinéma "La Clef" sont en train de se regrouper pour reprendre le cinéma. Une campagne de "crowdfunding" est aujourd?hui lancée et je vous invite à la regarder et, pourquoi pas, à y participer. Un cinéma à la fois indépendant et coopératif, voilà un projet qui, j?en suis sûre, fera plaisir à mon collègue Christophe GIRARD, mais qui ne manquera pas également de réjouir l?ensemble de cette Assemblée.

Je vous invite à voter pour ce projet de délibération.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame GUHL.

L?adjoint à la francophonie me dit que "crowdfunding" se dit financement participatif dans la belle langue de Molière.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 5.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DAE 5).