Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif à la situation des urgences de l'hôpital Lariboisière.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 146 relatif à la situation des urgences de l?hôpital Lariboisière.

La parole est à M. Hervé BÉGUÉ, pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

M. Hervé BÉGUÉ. - Merci.

Madame la Maire, chers collègues, c?est un v?u qui remonte du Conseil du 10e arrondissement concernant le décès d?une patiente aux urgences de l?hôpital Lariboisière en décembre dernier.

"Le décès d?une patiente, événement indésirable grave déclaré par le service des urgences de l?hôpital Lariboisière" : ce sont les propres mots du rapport de la mission d?enquête qui avait été diligentée. Ce rapport pointe notamment qu?il existe un problème global d?insuffisance de surfaces et de nombre de "box" au S.A.U. de Lariboisière, ce qui entraîne un nombre important de patients en attente d?un examen médical, que le ratio des effectifs médicaux au regard de l?activité de cet hôpital est inférieur à celui des S.A.U. de l?A.P.-H.P. Ce S.A.U. assure un travail social particulièrement important lié au territoire, avec la proximité de la gare du Nord et du centre de prise en charge de la toxicomanie.

Nous demandons que l?A.P.-H.P. communique aux élus de notre Conseil les mesures prévues pour mettre en ?uvre les recommandations de ce rapport, et notamment : combien de praticiens seront recrutés et dans quels délais ? Quelle stratégie foncière sera mise en place à Lariboisière pour augmenter la surface du S.A.U. sans diminuer l?offre de soins existante ?

Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à Anne SOUYRIS.

Mme Anne SOUYRIS, adjointe. - Merci, Madame la Maire, et merci à Hervé BÉGUÉ de ce v?u.

Comme je l?ai fait en tant que vice-présidente du Conseil de surveillance à l?occasion des v?ux de 2019 de l?A.P.-H.P., je voudrais tout d?abord exprimer, dans cette enceinte du Conseil de Paris, à la famille de Mme Micheline Myrtil, agente de la Ville de Paris décédée le mardi 18 décembre 2018, tout mon soutien et mes sincères condoléances.

Je vous le dis, de premiers éléments découlant de l?enquête administrative interne ont été communiqués. Cette enquête judiciaire en cours doit déterminer les circonstances et les responsabilités de ce drame. Je ne vais pas y revenir.

Néanmoins, vous faites état du rapport de l?enquête administrative diligentée conjointement par l?A.P.-H.P. et l?A.R.S. Ile-de-France, et qui a fait l?objet d?une restitution le 12 janvier dernier. Ce rapport a mis en évidence un certain nombre de non-conformités dans le processus de prise en charge de la patiente : identification, surveillance, délai de prise en charge, enregistrement de la procédure de sortie.

Le rapport a souligné que les écarts aux bonnes pratiques ont eu lieu dans un contexte où l?activité était supérieure à la moyenne, qu?une insuffisance de surface pour le service des urgences et du nombre de "box" d?examen pouvait conduire à un engorgement et à un nombre trop important de patients en attente d?examen médical. Vous avez raison de le souligner.

Par ailleurs, les effectifs médicaux sur les services des urgences de Lariboisière ont été pointés comme étant effectivement inférieurs à la moyenne de l?A.P.-H.P. au regard de l?activité constatée - dans ce qui est aujourd?hui le plus grand service d?accueil des urgences parisien et même d?Europe avec 80.000 passages par an - avec un poste de médecin qui était vacant ce jour-là. Bref, c?est une situation, je suis d?accord avec vous, qui est vraiment problématique et qui a conduit à un drame.

La mission d?enquête a ainsi établi une série de dix recommandations. Je ne vais pas toutes vous les donner parce que nous n?avons pas le temps, mais je veux faire état de ce qui est le plus important. Elle touche au redimensionnement des effectifs, à l?organisation et aux procédures d?accueil, de tri et d?orientation, à la taille et à l?organisation des locaux. C?est ce que nous allons voir très rapidement. C?est ce qui va être fait, regardé, étudié et mis en place dans les mois qui viennent.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Il va falloir conclure, s?il vous plaît.

Mme Anne SOUYRIS, adjointe. - Je vais conclure.

Je voudrais souligner que, dès le 14 janvier, il y a eu déjà le renforcement des moyens affectés aux circuits - c?est difficile de le dire en trente secondes mais je vais aller vite - avec les "fast-tracks" pour les patients ne nécessitant pas d?actes médicotechniques ou d?avis de médecins spécialistes, le renforcement des effectifs affectés à la surveillance des patients en salle d?attente et la réorganisation des zones d?attente.

Je ne vais pas aller plus loin, parce que je n?ai pas beaucoup de temps. En revanche, je donne évidemment une réponse favorable à votre v?u et je vous propose de revenir vers le Conseil, dans le courant de cette année, pour que soient présentées aux élus les mesures qui auront été prises sur ces points.

Merci.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste - Front de Gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 69).