Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif à l'accès aux soins des personnes en surpoids.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 147 relatif à l?accès aux droits des personnes en surpoids.

Je donne la parole à Danièle PREMEL, pour le groupe Communiste - Front de Gauche, pour deux minutes maximum.

Merci.

Mme Danièle PREMEL. - Madame la Maire, chers collègues, des personnes en surpoids, mais gros n?est pas un gros mot. Discrimination à l?embauche, discrimination dans les transports, discrimination dans l?espace public, discrimination tolérée puisque dans l?esprit collectif être gros serait une sorte de choix de vie et de responsabilité individuelle.

Mais un monde où la discrimination existe et peu connu est celui de l?accès aux soins. L?accès et non pas la problématique de la santé, mais l?accueil et plus précisément l?accueil dans l?hôpital public qu?est l?A.P.-H.P.

C?est la question que soulève notre v?u, il faut savoir que les équipements médicaux sont insuffisamment adaptés aux personnes de forte corpulence, notamment les balances, les tensiomètres, les matériels d'échographie, l?I.R.M., les scanners, les chaises roulantes, les brancards, les lits, les tables de bloc, etc. Ces personnes sont parfois même envoyées dans des cliniques vétérinaires.

Ce qui est contraire à la loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé qui rappelle qu?aucune personne ne peut faire l?objet de discrimination dans l?accès à la prévention ou aux soins.

Un jour, avec un brin de provocation, Martin HIRSCH écrit que la fonction de directeur d?hôpital consiste à faire en sorte que les ascenseurs marchent. Eh bien, disons à M. HIRSCH que la fonction du directeur consiste à avoir du matériel adapté à tous et que les hôpitaux de Paris doivent, comme notre ville, être inclusifs, accessibles et solidaires. Ils doivent prendre en compte ces enjeux pour assurer un égal accès aux soins pour les personnes grosses, comme le rappellent les associations qui militent contre la grossophobie.

N?oublions pas que le mot hôpital est lié au concept d?hospitalité et d?accueil des malades. C?est le sens du v?u du groupe Communiste - Front de Gauche, par lequel le Conseil de Paris demande qu?une clause soit insérée à l?occasion du renouvellement de la convention entre la Ville de Paris et l?A.P.-H.P., afin que les hôpitaux parisiens réalisent les investissements nécessaires - matériels, formations, etc. - à l'accueil des personnes dites en surpoids ou obèses, que la Ville de Paris continue à faire de la grossophobie un enjeu de lutte contre les discriminations. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour répondre, je donne la parole à Mme Anne SOUYRIS.

On n'est pas très nombreux en séance mais il y a quand même pas mal de bruit. Est-ce que vous pourriez essayer de parler moins fort ou de sortir pour parler ? Merci. Anne SOUYRIS, vous avez la parole.

Mme Anne SOUYRIS, adjointe. - Merci, Madame la Maire, et merci, Madame PREMEL.

Cette question est très importante, je vous remercie vraiment de votre v?u pour mettre en lumière devant ce Conseil un sujet de discrimination trop peu connu et qui mérite toute notre attention et toute notre énergie dans l?action pour une ville effectivement inclusive et accessible à tous. Si la lutte contre la grossophobie et l?accès des personnes grosses concerne l'ensemble des secteurs, l'espace public, les transports, l'accès à l'emploi, la question d'un égal accès à la santé et aux services de soins est certainement au premier rang.

Ce sujet est une réelle préoccupation de mes collègues Hélène BIDARD, en charge de la lutte contre les discriminations, et de Nicolas NORDMAN, en charge du handicap et de l'accessibilité universelle, et j'entends prendre ma part de ce combat commun sur la question de l'accès aux soins. C'est le sens du v?u que vous proposez et auquel je donnerai un avis favorable de l?Exécutif.

J'ai souhaité cependant apporter quelques amendements à votre v?u pour en élargir la portée. En effet, votre v?u était très orienté sur les actions à conduire au sein de l'A.P.-H.P., qui évidemment est le principal hôpital public de notre territoire mais pas le seul. A ce titre, je voudrais souligner que les services de l?A.P.-H.P. sont fortement mobilisés sur le sujet depuis de nombreuses années, ce que j'ai souhaité rappeler dans les considérants. En premier lieu, l'A.P.-H.P. a été précurseur de l'organisation des soins pour la prise en charge de l'obésité avec des centres spécialisés pour les adultes, mais aussi en pédiatrie, et avec des équipes pluridisciplinaires qui interviennent sur plus de 18 des hôpitaux de l'A.P.-H.P. Cette dernière dispose également de trois unités de soins de suite et de réadaptation spécialisés dans la prise en charge des patients obèses.

L?A.P.-H.P. a également progressivement équipé ses services avec du matériel adapté en médecine, en chirurgie et obstétrique pour prendre en charge les patients obèses ; c'est le cas également pour les équipes de services d'imagerie médicale, les services de transport, mais, certainement, je suis d'accord, les efforts doivent être impérativement poursuivis en ce sens. Je souhaiterais néanmoins que la démarche soit également engagée dans l'ensemble des hôpitaux parisiens qui ne relèvent pas tous de l'A.P.-H.P. et que cette question de l'accès aux soins soit également prise en charge, non seulement à l'hôpital mais aussi dans nos centres de santé municipaux. Merci beaucoup.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste - Front de Gauche, amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée à l'unanimité. (2019, V. 70).

Je vous en remercie.