Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif aux frais d'inscription pour les étudiants extra-communautaires. Vœu déposé par le groupe "Génération.s" relatif à l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiants extra-communautaires. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons aux v?ux n° 55, n° 56 et n° 56 bis relatifs aux frais d?inscription pour les étudiants extra-communautaires.

La parole est à Jean-Noël AQUA, pour deux minutes.

M. Jean-Noël AQUA. - Mes chers collègues, imaginons les prochains contrôles aux frontières : vous êtes riche, passez, vous pouvez étudier. Vous êtes pauvre, débrouillez-vous ! Voici résumée en substance la réforme que veut imposer le Gouvernement avec l?augmentation des frais d?inscription pour les étudiants étrangers. Un nouvel épisode de la violence sociale ordinaire en Macronie. On ne s?y fait toujours pas !

Bien sûr, on sait très bien qu?augmenter les frais d?inscription vise pour le Gouvernement à faire des économies, une médiocrité comptable habituelle en matière de service public. Alors même que le nombre d?étudiants ne cesse de croître, alors même que des universités font face à un GVT important, le budget des universités est en fait en diminution : moins 1,1 % l?année prochaine. Et on apprend par une lettre du Ministère de décembre que cette augmentation des frais d?inscription viendra financer le désengagement de l?Etat. Il faut bien financer les rares promesses faites aux "Gilets jaunes" !

C?est une ineptie en de nombreux domaines mais particulièrement en matière d?enseignement supérieur. Il y a bien sûr le manque flagrant d?ambition pour la coopération, si importante au vu des nombreux enjeux globaux auxquels nous faisons face, du réchauffement climatique aux migrations. Mais c?est une ineptie aussi pour notre pays : de combien de talents allons-nous nous priver ? C?est une ineptie enfin en vue de l?universalisme qui a toujours été à la base des universités.

Pour ces raisons et d?autres, plus de quinze universités sont entrées en fronde et refusent cette augmentation. Devant une telle fronde, l?autoritarisme est bien sûr tentant quand on manque d?ambition. C?est le cas pour le Gouvernement qui en appelle au Sénat à l?obéissance des présidents d?université. "Baissez la tête et en marche", pourrait-on résumer.

Alors que faire ? Nous demandons par notre v?u que la Ville interroge chacune des universités parisiennes sur leur volonté d?appliquer ou non cette augmentation l?an prochain, tout en réaffirmant son opposition à cette mesure dans la présence dans les C.A., mais aussi dans les relations contractuelles entre la Ville et les universités.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Deux minutes, c?est parfait. Merci, Jean-Noël AQUA.

Je donne maintenant la parole à Léa FILOCHE pour qu?elle présente le v?u n° 56.

Mme Léa FILOCHE. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, voici le second v?u que nous vous proposons au sujet de la décision du Gouvernement d?augmenter les frais d?inscription pour les étudiants et les étudiantes extra-communautaires.

Si le Gouvernement n?est pas revenu sur cette décision discriminante et absurde, certaines universités ont fait le choix de résister et de ne pas appliquer cette augmentation. En effet, les premiers chiffres sont tombés : les inscriptions d?étudiants étrangers ont diminué de 87 % à l?université de Paris 8 par rapport à l?année dernière. Ce chiffre est la conséquence directe de la politique d?accueil des étudiants étrangers, qui viennent en France pour étudier, mise en place par le Gouvernement. "Bienvenue en France" qu?il disait ! Résultat : les étudiants extra-communautaires ne viendront plus. Nous réaffirmons donc notre inquiétude et notre indignation quant à cette proposition injuste et discriminante qui est faite à la jeunesse. Lors de notre dernière séance, nous avions rappelé à quel point nous tenions à ce que la Ville de Paris reste une ville ouverte et solidaire, en continuant sa tradition d?accueil des étudiants et étudiantes, des chercheurs et chercheuses de talent du monde entier, indépendamment de leurs moyens financiers. Ce v?u adopté par notre Conseil demandait que les écoles d?enseignement supérieur sous tutelle municipale n?appliquent pas l?augmentation des frais d?inscription aux étudiants extra-communautaires. Aujourd?hui, ce sont 13 universités françaises qui ont décidé de ne pas l?appliquer. La communauté universitaire se mobilise et s?oppose à cette décision, mais le Gouvernement reste sourd. Alors retrouvons notre humanité, continuons à défendre les valeurs portées depuis des années par une politique d?immigration et de visas inclusive, bienveillante et empreinte d?hospitalité. Demandons aux universités qui sont sur notre territoire de résister à cette politique honteuse qui privilégie les riches au détriment des plus pauvres jusqu?aux portes de nos universités. Indignons-nous lorsque l?Etat fragilise la recherche et l?éducation en augmentant les inégalités entre les étudiants, mais également entre les universités.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Léa FILOCHE.

Merci aussi pour ce temps respecté.

La parole est à Mme Marie-Christine LEMARDELEY, pour deux minutes et pour présenter le v?u n° 56 bis de l?Exécutif.

Mme Marie-Christine LEMARDELEY, adjointe. - Je remercie Jean-Noël AQUA et Léa FILOCHE pour ces v?ux qui reprennent tous les deux l?attachement de la Ville à sa vocation de ville d?accueil pour tous ceux et celles qui désirent y faire leurs études supérieures et qui rappellent l?importance que revêt cette question à nos yeux.

Paris a une histoire intimement liée à l?université, depuis la fondation de l?université de Paris en 1200 et du Collège de la Sorbonne en 1253, sur laquelle s?est développée la tradition universaliste que nous lui connaissons aujourd?hui.

Or, ce projet universaliste repose sur le postulat d?un accès à l?enseignement supérieur et à la recherche porté exclusivement par des critères scientifiques, artistiques et d?excellence académique. Notre Ville poursuit cet héritage en accueillant 363.000 étudiants dans ses établissements, dont 67.000 sont des étudiants étrangers. Ce principe est menacé aujourd?hui par l?annonce du Premier Ministre Edouard PHILIPPE de sa volonté d?augmenter dès l?année prochaine les frais d?inscription pour les étudiants extra-communautaires.

C?est pour que le critère financier ne soit pas un facteur de renonciation aux études que la Ville de Paris finance la construction de 1.000 logements sociaux par an pour les étudiants et les chercheurs. C?est par sa capacité à attirer les talents du monde que l?université française tire son incomparable variété de parcours et de réussites. C?est en ayant conscience de cette richesse que Paris a mis en place dès 2001 un guichet d?accueil unique pour les étudiants, les chercheurs internationaux à la Cité internationale universitaire de Paris : "le Welcome Desk".

L?idée selon laquelle nous devrions nous résoudre à être une terre d?élection, non pas en raison de notre qualité universitaire et scientifique mais à l?aune de la valeur marchande des diplômes proposés, est anachronique. Au moment où les bouleversements climatiques, sociaux et politiques nous imposent de former une nouvelle génération de dirigeants et de penseurs pour relever ces défis en France mais aussi dans les pays dont sont originaires ces étudiants internationaux, nous considérons que notre fierté est de former cette élite de demain, indépendamment de la capacité financière de leurs parents.

En tant qu?ancienne présidente d?université, je sais à quel point les étudiants et les chercheurs étrangers contribuent à notre dynamisme scientifique : 41 % des inscrits dans les écoles doctorales françaises sont des étrangers, 54 % des publications scientifiques françaises sont le résultat d?une collaboration internationale. Paris rayonne internationalement par la qualité de ses enseignants-chercheurs, de son écosystème universitaire et de sa recherche.

Nous réaffirmons ainsi notre attachement à demeurer un territoire d?accueil inconditionnel pour tous les chercheurs et étudiants du monde entier. Pour toutes ces raisons, je vous propose d?adopter le v?u de l?Exécutif. Merci.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Marie-Christine LEMARDELEY.

Est-ce que le v?u n° 55 est retiré ? Oui.

Le v?u n° 56 également ? Oui.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 56 bis de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2019, V. 24).