Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Démocrates et Progressistes relatif à la crèche rue de Tolbiac (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Anne-Christine LANG présente maintenant le v?u référencé n° 187 relatif à la crèche rue de Tolbiac (13e).

Mme Anne-Christine LANG. - Merci, Monsieur le Maire.

J'ai souhaité revenir sur le projet de délibération DLH 356, qui a été adopté au Conseil de Paris de décembre, et auquel je m'étais opposée au Conseil de Paris et au Conseil du 13e.

Il s'agit d'un programme de réhabilitation et de construction d'un nouveau bâtiment de 7 étages au-dessus d'une crèche dans le 13e. Je m'étais opposée à ce projet de délibération pour 2 raisons. D'abord, je pense que le temps n'est plus à la surdensification à tout crin. Le temps n'est plus à la bétonisation à tout prix de la moindre dent creuse et de la moindre parcelle et au moindre mètre carré de verdure, surtout dans un arrondissement comme le 13e, qui est déjà très minéral.

Les Parisiens, comme tous les habitants des grandes métropoles, ont besoin d'air, d'espace de respiration. Ils l'ont d'ailleurs exprimé récemment sur le TEP Ménilmontant. Il y a malheureusement une espèce de décalage entre les calendriers incompressibles des opérations d'urbanisme, et la sociologie parisienne.

De plus, et c'est la seconde raison, après avoir soutenu pendant des années la création de logements supplémentaires dans le 13e, je considère aujourd'hui que cet arrondissement n'est plus forcément prioritaire.

Donc, surdensification, logement social, nous avons aujourd'hui atteint, me semble-t-il, dans cet arrondissement, une limite.

Il y a également une troisième raison, que j'ai découverte récemment : la présence sur le site de la crèche du 158, rue de Tolbiac, construite par l'architecte Philippe Dubois-Brunet qualifiée de "patrimoine remarquable" dans une publication du Pavillon de l'Arsenal.

Or, vous avez, dans une tribune du 12 juin 2018, Monsieur l'Adjoint à la Maire, exprimé votre volonté de "conserver le patrimoine dès que possible [?], de convaincre toutes les parties prenantes que la conservation et la transformation sont préférables à la démolition pour des raisons patrimoniales et écologiques". La destruction de la crèche prévue dans ce programme serait donc, me semble-t-il, en contradiction totale avec les orientations que vous défendez par ailleurs. C'est le même sujet que celui de la rue de Constantinople dans le 8e.

Le jury d'architecture prévu le 30 janvier dernier a été annulé. Ma question est donc la suivante : comment prévoyez-vous de modifier le programme, étant donné les éléments que je viens de vous donner ?

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup.

La parole est à Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci beaucoup, Madame LANG, pour cette intervention, et merci d'être une lectrice attentive de ce que je peux publier, notamment dans "Le Moniteur". Cela fait effectivement longtemps que j'insiste sur le devenir de ce patrimoine parisien. Il est primordial de modifier notre manière d'intervenir sur les bâtiments existants et de creuser le sujet de la préservation plutôt que la démolition, pour plusieurs raisons : pour des questions patrimoniales ou de meilleur bilan carbone, avec moins d'impact et de nuisances pour l'environnement.

J'ai affirmé à plusieurs reprises que les préoccupations patrimoniales rejoignaient l'urgence environnementale. Il faut donc prévoir de restructurer plutôt que de démolir, de réemployer plutôt que de jeter, et prévoir l'évolutivité des bâtiments dès leur conception, travailler sur les matériaux, utiliser les filières sèches. C'est donc bien une approche patrimoniale durable et contemporaine du projet que nous prenons pour Paris. Bien sûr, cela a des limites. Il faut peser les avantages et les inconvénients pour chaque opération et au cas par cas, comme pour l'opération sur la crèche Tolbiac. Concernant le devenir de ce site et plus particulièrement du bâtiment de la crèche Tolbiac, comme vous le demandez, nous pourrons venir présenter en 6e Commission l?ensemble des éléments relatifs au patrimoine et au projet. Comme vous l'avez dit, le jury qui a été programmé le 30 janvier, a été ajourné afin d'avoir ensemble cet échange aujourd'hui. J'émets donc un avis favorable à votre v?u et vous propose un rendez-vous prochain devant la 6e Commission.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jean-Louis MISSIKA.

Explication de vote de Jean-Noël AQUA.

M. Jean-Noël AQUA. - Merci, Monsieur le Maire.

Une rapide explication de vote contre ce v?u. Précisons qu'Anne-Christine LANG avait voté deux fois pour le projet. C'était dans un passé probablement lointain, avant un énième retournement de veste.

Excusez-moi d?être impertinent, mais on est en fin de Conseil.

Revenons sur le fond. La crèche en question n'a, à ce jour, pas fait l'objet de travaux. Après de nombreuses réunions dans le 13e arrondissement, avec des gens qui travaillent les dossiers, c'est l'option de la démolition qui est apparue la plus intéressante, avec une reconstitution de 68 berceaux au sein du programme de "Paris Habitat" et la construction à la place de 32 logements intermédiaires, la cession de ce terrain à "Paris Habitat" permettant de payer la nouvelle crèche.

Par ailleurs, le bâtiment commence à montrer sa vétusté. L'isolation pose des problèmes, notamment l'été. Enfin, avec ce programme, on passerait de 58 à 68 berceaux. Bref, le programme constitue un réel progrès. Pour exister en politique, on peut jouer sur les fausses polémiques, mais ce n'est pas toujours dans l'intérêt des Parisiennes et des Parisiens.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jean-Noël AQUA.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Démocrates et Progressistes, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 89).