Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DGIC 5 - Signature des conventions de partenariat pour l’opération “Nuit Blanche” 2008.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DGIC 5. Il s?agit de conventions de partenariat pour l?opération ?Nuit Blanche? 2008.

C?est Mme FOURNIER qui interroge M. Christophe GIRARD.

Madame FOURNIER ?

Mme Danielle FOURNIER. - Merci.

A propos du cadre conventionnel de partenariat pour ?Nuit Blanche? 2008, qui détermine des objectifs et la nature des contributions des différents partenaires, je voudrais poser quelques questions parce qu?un certain nombre de zones d?ombre demeurent, bien que la convention soit assez détaillée.

En effet, on peut s?interroger sur la part des partenaires privés dans le financement de l?opération ?Nuit Blanche?, notamment par rapport à ce qu?elle était. Est-elle en hausse ? Est-elle en baisse ? Est-elle constante par rapport à l?an dernier ? Quel est son montant ? Quelle est sa proportion par rapport à l?ensemble de la manifestation ?

Nous n?avons aucun élément qui le détermine dans le cadre conventionnel prévu ici.

Ensuite, je pense qu?il serait intéressant de savoir comment est déterminé le point d?équilibre entre le financement public et le financement privé pour ce type de manifestation.

Je rappelle, pour notre part, que nous sommes favorables à ce qu?il y ait un plafonnement de ces partenariats, à une hauteur de 30 % qui nous semble être la bonne hauteur par rapport au financement global de la manifestation.

D?autre part, il se pose une question sur la façon dont apparaîtront ces partenaires.

Il nous est indiqué dans le cadre conventionnel - je cite ?une signalétique spécifique sur les espaces dont l?aménagement est lié au partenariat, afin de signaler le rôle et l?action du partenaire?.

Une signalétique qui signale, c?est ce que l?on peut en attendre !

Mais on est vraiment dans le flou. Et j?espère que derrière le terme de ?spécifique?, une attitude discrète sera encouragée de la part de ces partenaires.

Enfin, le dernier point, et j?en aurai terminé, c?est que la liste des partenaires ne figure pas dans la délibération, puisqu?il s?agit d?une convention générale, mais je souhaite attirer l?attention du Conseil sur la présence indirecte de l?entreprise Lagardère dans les conventions de partenariat. Cette entreprise finance plusieurs opérations en partenariat avec la Ville, pour des montants importants, et ces opérations engagent, dans leur diversité, la notoriété et l?image de la Ville.

La délibération ne fait d?ailleurs aucunement mention d?une nécessaire adéquation entre la nature des activités des partenaires proposés ou même de leur profil, avec les orientations culturelles ou générales de la politique municipale parisienne.

On ne peut que demander - c?est ce que je fais - une extrême vigilance dans le choix des partenaires privés qui assurent une partie du financement puisque l?image de la Ville se trouve engagée dans ce partenariat.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame FOURNIER.

Je donne la parole à M. Christophe GIRARD, pour répondre.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Madame FOURNIER, merci de votre question. Elle me permet de vous répondre avec beaucoup de clarté, comme j?ai pu le faire lors des réunions en 9e Commission.

Le maire, comme vous le savez, a veillé à ce qu?il y ait un bon équilibre depuis 2001 entre argent public et argent privé lorsqu?il y a des manifestations nouvelles pour l?intérêt général et la culture en particulier. Le nom des mécènes, je dis bien des ?mécènes? et non des sponsors, est en général particulièrement discret.

Vous parlez d?une hauteur plafonnée à 30 %. Je crois que l?équilibre que nous trouvons est en général de 30 %. Aujourd?hui, on n?a pas encore atteint ce niveau pour la prochaine opération, mais je vais vous donner la ventilation exacte de l?année 2007 :

- la Caisse des Dépôts avait donné 150.000 euros ;

- Suez, 150.000 euros ;

- la Fondation Lagardère, sous égide de la Fondation de France - et je vous rappelle que Lagardère, c?est aussi de la presse (?Le Journal du Dimanche?, ?Paris Match?), ce sont aussi des médias -, 100.000 euros ;

- Comareg, 50.00 euros ;

- Semapa, 20.000  euros ;

- Crédit municipal, 12.541 euros.

Nous espérons beaucoup que pour 2008, avec le fort partenariat de la S.N.C.F. - nous encourageons Guillaume PEPY, le président, a être un partenaire important -, la Caisse des dépôts, Suez et la Fondation Lagardère seront également au rendez-vous pour apporter ces 30 % d?argent privé bien nécessaire pour que la manifestation puisse se tenir avec de vrais moyens et que les artistes soient invités nombreux comme nous le souhaitons et comme les directeurs artistiques le souhaitent.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur GIRARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DGIC 5.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DGIC 5).