Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'embellissement et à la végétalisation des abords de l'ESPCI.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2019


 

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous allons reprendre avec les dossiers de Pénélope KOMITÈS, puisque tout n'a pas été terminé ce matin, et nous passons donc au v?u référencé n° 122 qui est relatif à l'embellissement et à la végétalisation des abords de l'E.S.P.C.I.

La parole est à Mme STOPPA-LYONNET, pour le groupe les Républicains et Indépendants.

Mme Dominique STOPPA-LYONNET. - Merci, Monsieur le Maire. Chers collègues, effectivement, il s'agit d'un v?u déposé par Florence BERTHOUT et le groupe des Républicains et Indépendants et qui concerne des travaux de végétalisation et d'embellissement des abords de l'E.S.P.C.I. L?E.S.P.C.I., c'est l'Ecole supérieure de physique et de chimie industrielle de la Ville de Paris, école dont nous devons nous enorgueillir, qui est une véritable usine à prix Nobel, au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève. L'E.S.P.C.I. fait peau neuve puisqu'il y a un très grand chantier de restructuration et d'extension. Et, bien souvent, ces chantiers notamment d?extension conduisent à un certain nombre de nuisances pour les riverains, mais j'ajouterai également en termes d'espaces verts puisqu'il va y avoir l'abattage d'un certain nombre d'arbres à l'intérieur de la cour de l'école, un mal nécessaire pour son extension. Ainsi, pour pallier la destruction de ces arbres et pour que les riverains s'emparent de ce projet, l'idée est d'améliorer leur qualité de vie en proposant embellissement et végétalisation. Il y a eu un comité de suivi de projet de l'E.S.P.C.I. en novembre dernier, qui a acté, retenu le principe de l'aménagement de la place Alfred-Kastler et de la place Hubert-Curien, et un projet de végétalisation pour la rue Jean-Calvin. Le v?u déposé par Florence BERTHOUT et les membres du groupe LRI est d'aller un peu au-delà de ce principe et d?arrêter, en concertation étroite avec la mairie du 5e, la nature exacte des aménagements paysagers prévus aux abords de l'E.S.P.C.I., d'identifier également une enveloppe budgétaire précise qui permette le financement de ces travaux, ces aménagements. Enfin, dans ce v?u l'idée est aussi qu'il y ait un véritable engagement sur un calendrier des travaux pour l'année 2019. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, et merci d'avoir tenu votre temps de parole. Pour vous répondre, la parole est à Mme Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, pour votre intervention.

Comme vous le savez, il y a déjà eu un très gros travail sur l?amélioration de la qualité paysagère et la végétalisation des abords de cette école, qui a été demandé à la DEVE par Mme LEMARDELEY dans le cadre du comité de suivi que vous avez évoqué.

Les services ont engagé un travail de définition d'aménagements pérennes permettant effectivement la conservation des arbres sains et la mise en place d'une nouvelle végétalisation. Un phasage des travaux est nécessaire s'agissant des aménagements de la place Hubert-Curien, de la rue Jean-Calvin et de la place Alfred-Kastler ; nous en avons discuté avec Mme BERTHOUT. Ces projets seront bien évidemment travaillés avec vous dans leurs aspects esthétiques et leur qualité paysagère. Par ailleurs, ils devront être soumis à l'architecte des bâtiments de France.

La place Hubert-Curien pourra faire l?objet d?aménagements dès le second trimestre 2019, il y a déjà une enveloppe de 70.000 euros au titre de l'accompagnement du projet qui est dédié, et les projets d'aménagement de la rue Calvin font aussi l'objet d'une étude DVD, puis ils vont être budgétés pour des travaux. La dernière phase à l'issue du chantier, c'est effectivement la place Alfred-Kastler qui constituera l'entrée principale de l'école. Bien évidemment, elle sera tout autant co-construite avec les habitants du quartier et la mairie du 5e arrondissement. Au regard de ces différents éléments, j?ai déposé un amendement de l?Exécutif en réponse au v?u déposé par Mme BERTHOUT, qui reprend la quasi-totalité de ses demandes, excepté peut-être le volet financier qui reste à définir aujourd'hui.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci, Madame Pénélope KOMITÈS.

Est-ce que ces amendements sont acceptés, Madame STOPPA-LYONNET ? Oui.

Je suis saisi d'une demande d?explication de vote de Mme Joëlle MOREL, au nom du groupe des Ecologistes de Paris. Allez-y.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Monsieur le Maire. A plusieurs reprises, le groupe Ecologiste a exprimé ses réserves concernant ce projet de densification de la parcelle de l'E.S.P.C.I., et vous prenez la décision d'abattre encore un grand nombre d'arbres et de réduire des zones de pleine terre, sans concertation avec les riverains. C'est les raisons pour lesquelles nous voterons contre ce v?u.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Républicains et Indépendants, amendée par l?Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2019, V. 55). V?u déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'installation de "chapotelets".

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous examinons à présent le v?u référencé n° 123 relatif à l'installation de "chapotelets".

La parole est à M. Christian HONORÉ, pour le groupe des Républicains et Indépendants. Vous avez deux minutes.

M. Christian HONORÉ. - Oui, Monsieur le Maire, nous sommes tous d'accord pour dire que végétaliser les rues participe à l'amélioration du cadre de vie et que nous devons encourager les initiatives des commerçants et des habitants qui participent à cette amélioration de leur cadre de vie.

Des commerçants de la rue d?Orsel ont le projet d'installer à leurs frais des pots de fleurs sur les potelets de leur rue, sur le principe appelé "chapotelet". Pour cela, il leur faut une autorisation. Il n'est pas ici question de faire la publicité pour telle ou telle société, mais simplement de demander au Conseil de donner aux commerçants de la rue d'Orsel cette autorisation.

C?est la raison pour laquelle, avec Pierre-Yves BOURNAZEL, justement, nous avons proposé ce v?u, afin d?autoriser les commerçants de la rue d'Orsel à installer des "chapotelets" dans leur rue. Plus largement, nous vous demandons d'encourager les initiatives des commerçants à végétaliser leur rue selon le procédé qu?ils ont imaginé, surtout lorsque cette initiative se déroule à leurs propres frais. On pourrait imaginer aussi généraliser ce dispositif, en lien avec les conseils de quartier, qui pourraient indiquer quelles rues leur paraissent les plus aptes à recevoir de tels procédés de végétalisation. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci beaucoup, Monsieur HONORÉ.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur HONORÉ, j'ai le sentiment que vous ne connaissez, ni vous ni M. BOURNAZEL, très bien la végétalisation et les permis de végétaliser.

Cela a été mis en place en octobre 2015, ce dispositif, permis de végétaliser, autorise, notamment mais pas que, les commerçants à jardiner sur l'espace public en végétalisant par exemple le mobilier urbain tel que les potelets, ce que vous demandez. C'est effectivement possible déjà maintenant depuis presque 4 ans, la demande se fait par Internet, il y a un délai d'instruction qui n'excède pas un mois et, généralement, les permis sont tous acceptés, sauf si on est dans un site Vigipirate ou si le trottoir est trop petit et ne permet pas la circulation des personnes en situation de handicap.

J'ai un peu regardé sur le 18e arrondissement. Sur tout Paris, on a 400 demandes de permis qui ont été faites par des commerçants, et, sur le 18e, 25 demandes ont été faites et il y a 10 permis en cours. Nous avons d'ailleurs en 2017 écrit, avec ma collègue Olivia POLSKI, à tous les commerçants de Paris pour les inciter à travailler sur ce dispositif. J'entends que votre demande ne fait pas spécifiquement référence à un type de ce "chapotelet" ou autre, parce qu'en effet on ne fait pas de la publicité ; d'ailleurs, les Parisiens sont très inventifs pour végétaliser les potelets.

Concernant la rue d'Orsel, on a seulement 3 demandes de permis de végétaliser qui ont été faites, dont une demandait la végétalisation d?une cour d?immeuble privé.

Aujourd'hui, si vous voulez, moi, j'attends que les commerçants de la rue d?Orsel veuillent bien nous saisir pour végétaliser leurs rues et nous examinerons les permis. C'est pourquoi je pense qu'il faut que vous regardiez, vous et M. BOURNAZEL, la manière dont cela se passe. Quant au Conseil de quartier, bien évidemment je vous signale qu'il y a un comité de végétalisation aussi dans le 18e arrondissement qui y travaille. Merci donc de retirer ce v?u.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Monsieur HONORÉ, question simple : vous le maintenez ou vous le retirez ?

M. Christian HONORÉ. - Question simple, sauf qu?il doit y avoir un quiproquo avec l'administration, parce qu'ils ont fait la demande, Monsieur BROSSAT, cela a été refusé, et ils ne comprennent pas. Il doit y avoir un problème d'organisation ou de relation avec l'association et les commerçants. Pardonnez-moi, je retire tout ce que vous voulez, mais je crois qu'il faut revenir vers cette association, je vais leur en parler parce qu'encore une fois, ils ont respecté, Monsieur le Président, toutes les procédures, et ils ne comprennent pas pourquoi cela leur est refusé. De plus, les arguments donnés ne correspondent pas à la réalité.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Monsieur HONORÉ, si je comprends bien, vous retirez en échange d'un engagement de Pénélope KOMITÈS à aller reprendre langue avec cette association, de telle sorte que le quiproquo disparaisse, et je suis persuadé que vous trouverez les moyens d'échanger ces informations.

M. Christian HONORÉ. - Tout à fait. V?u déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à la rénovation des grilles du parc Monceau.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 124 relatif à la rénovation des grilles du parc Monceau.

La parole est à Mme Catherine LECUYER.

Mme Catherine LECUYER. - Monsieur le Maire, le parc Monceau constitue, au c?ur du 8e arrondissement, un espace vert remarquable avec un patrimoine architectural exceptionnel qui nécessite des restaurations urgentes.

Nous nous réjouissons d'ailleurs de la restauration enfin programmée de sa rotonde classée, érigée par Nicolas Ledoux.

L'objet de ce v?u concerne plus précisément la restauration des grilles du parc dessinées par l'architecte Gabriel Davioud en 1860, classées elles aussi, et qui sont à de nombreux endroits très abîmées. La feuille d'or disparaît, des morceaux de grilles manquent, la végétalisation en recouvre une partie, il faut donc agir sans tarder. Depuis de nombreuses années, les riverains du parc, les élus, les membres du conseil de quartier Monceau signalent ces dégradations et une mission d'étude et d'assistance technique a même été commandée, pour un montant d'environ 38.000 euros par la Ville de Paris en 2011, au groupement GATIER- ASSELIN, pour faire le point sur l'état des grilles et évaluer le budget nécessaire à leur restauration. 2017, le C.C.Q Monceau proposait lui aussi, dans le cadre du budget participatif, le projet de restauration des grilles monumentales du parc, mais depuis rien. C'est pourquoi, Madame la Maire, je vous sollicite avec l'ensemble des élus du 8e arrondissement, afin que vous nous communiquiez l'audit GATIER - ASSELIN actualisé, et que très rapidement des pistes de financement soient trouvées pour réaliser cette restauration. Je pense en particulier au mécénat, au travers du fonds pour Paris par exemple, qui offre l'opportunité aux mécènes de s'investir dans l'embellissement et le rayonnement de Paris en participant à la rénovation de son patrimoine et de projets culturels d'envergure. Les fontaines du rond-point des Champs-Elysées en sont la parfaite illustration. Je vous remercie.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Merci à vous, Madame LECUYER.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Pénélope KOMITÈS.

Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Effectivement, une étude pour la rénovation des grilles du parc Monceau a été faite en 2012, avec les conclusions de cette dernière qui indiquaient une dépense nécessaire de plus de 4 millions d'euros pour la restauration des grilles, et comme vous le savez, il s'agit d'une opération d'ampleur qui n'a pas été inscrite au programme d'investissement de la mandature, puisqu'il a été privilégié par la maire du 8e arrondissement et j'imagine les élus du 8e arrondissement, la réfection des églises de cet arrondissement, avec 13 millions d'euros dans le cadre du plan de la Ville de Paris en faveur du patrimoine. C'est donc déjà un engagement fort pour entretenir et valoriser le patrimoine de cet arrondissement, qui a donc été souhaité par la municipalité et la maire du 8e. Effectivement, un projet de remise en peinture avait été proposé au budget participatif en 2016, mais qui malheureusement n'a pas recueilli assez de votes pour être lauréat. Alors là, un nouveau projet est proposé au budget participatif, on va voir ce que cela va donner. S'il venait à être adopté, et en fonction du budget qui serait inscrit en face de cette opération, les rénovations des grilles seraient hiérarchisées sur la base de l'audit réalisé en 2011-2012. Voilà ce que je peux vous répondre à ce stade. Au regard de ces éléments, je vous demande de retirer votre v?u, sinon j'y émettrai un avis défavorable.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Même question que tout à l'heure ? Est-il maintenu ou retiré ?

Mme Catherine LECUYER. - Je le maintiens.

M. Ian BROSSAT, adjoint, président. - Il est maintenu, avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains et Indépendants, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.