Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DU 119 - Lancement d’un appel d’offres en vue de passer un marché de conception et de maîtrise d’oeuvre urbaine dans le cadre de l’aménagement du secteur 112 à 122, rue des Poissonniers (18e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2008


 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 119, concernant le lancement d?un appel d?offres pour un marché de conception et de maîtrise d??uvre urbaine dans le cadre de l?aménagement du secteur 112 à 122 rue des Poissonniers, 18e arrondissement.

Je donne la parole à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Nous avons eu l?occasion, lors du dernier Conseil, de proposer un v?u à propos de cette zone d?aménagement, cette zone du 112 au 122 rue des Poissonniers, qui est une zone de faubourg entre la Porte des Poissonniers et le faisceau ferré de Paris-Est.

Je dois dire que nous sommes tout à fait favorables à l?esquisse d?aménagement qui prévoit des équipements publics, un gymnase, un centre d?animation, des logements, des commerces, un jardin et qui prévoit de faire tout un quartier de ville, avec des voies nouvelles, qui va être créé là où, avant, il n?y avait qu?une zone ferroviaire.

Ceci étant dit, nous souhaitons attirer l?attention sur le risque qu?il y a à aménager sans aucun souci du passé ou sans souci du passé.

En effet, il y a sur le site deux petites maisons qui doivent être démolies dans le cadre de la réalisation du programme et la Ville a demandé que les terrains soient remis libres de construction. Il nous semble que les aménageurs savent travailler maintenant avec beaucoup de finesse et que la préservation de ces deux maisons ou même de l?une des deux permettrait une inscription plus harmonieuse des nouvelles constructions, plus harmonieuse parce que gardant la trace, même très modeste, du passé. Et c?est souvent ce qui fait le charme mais aussi la vie des quartiers populaires. Même si cette architecture n?est pas signée du nom d?un architecte célèbre, même si les matériaux en sont simples, elle témoigne d?une époque et d?une vie qui méritent mieux que la démolition.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - La parole est à Mme Roxane DECORTE.

Melle Roxane DECORTE. - Mes chers collègues, il nous est demandé d?approuver le lancement d?un appel d?offres en vue de passer un marché de conception et de maîtrise d??uvre urbaine dans le cadre de l?aménagement du secteur 112 à 122 rue des Poissonniers dans le 18e arrondissement, avec la réalisation de logements sociaux aux abords de voies ferrées, dans un quartier qui concentre en la matière un parc déjà important et une population fragile sur le plan social.

Lors du Conseil du 18e arrondissement, j?ai demandé pourquoi le pilotage de cette opération a été confiée à la Direction de l?urbanisme plutôt qu?à un aménageur. M. Jean-Pierre CAFFET l?a reconnu, il y a eu débat pour trancher ce choix.

Je souhaite exprimer également différentes interrogations quant au projet.

Dans ce secteur où les logements sociaux sont nombreux, les habitants se plaignent à juste titre du manque cruel de transports, de l?absence de desserte, de l?enclavement de ce secteur.

Lors du débat sur le Plan de déplacement en février 2007, j?avais déposé un v?u pour la création d?une navette électrique desservant Goutte d?Or-Sud, Goutte d?Or-Nord, rue des Poissonniers, Porte des Poissonniers, mairie du 18e arrondissement. Qu?en est-il aujourd?hui ? M. BAUPIN avait répondu qu?il fallait étudier la faisabilité de cette liaison.

Ce quartier doit être au c?ur d?un faisceau entre les Maréchaux et les voies ferrées. Il n?y a aucun échange Est-Ouest, il faut les favoriser. Qu?en est-il également de la passerelle de franchissement des voies ferrées ? Pourquoi ne pas faire un appel à projets pour que cette passerelle soit une ?uvre d?art ou un pont végétalisé ? Pourriez-vous préciser le programme privé au Sud de la voie ? Quid des commerces de proximité tant attendus par les habitants ?

Lors de la concertation qui a consisté à ce jour en une réunion en décembre dernier, il a été demandé de traiter la circulation piétonnière le long de la rue des Poissonniers entre la rue Ordener et le carrefour Championnet-Boinot. Où en est cette étude confiée à la Direction de la voirie et déplacements ?

Par ailleurs, lors des réunions du conseil de quartier Amiraux-Simplon, la question de l?offre en locaux scolaires du premier et second degré était mise en exergue. Quid de cette réflexion ?

Merci de répondre à ces interrogations.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Je donne la parole à Mme Anne HIDALGO pour vous répondre.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 8e Commission. - Merci.

Tout d?abord, une réponse à Danielle FOURNIER.

On a eu l?occasion, lors du précédent Conseil de Paris, d?évoquer ce point. J?avais répondu à un v?u déposé par le groupe ?Les Verts? qui demandait que l?on ne démolisse pas les deux maisons. J?avais donné un argumentaire.

Visiblement, il ne vous a pas convaincu. Mais, quand même, je rappelle qu?il y a sur ce site deux maisons, une située le long de la rue des Poissonniers qui, si elle n?était pas démolie, et elle ne présente pas un caractère incontournable par rapport au patrimoine parisien, si elle n?était pas démolie, elle nous empêcherait de faire un jardin public dont ce quartier a grandement besoin.

Pour ce qui est de la deuxième maison qui, elle, est en bordure des voies ferrées, là, nous serions, pour le coup, dans l?impossibilité de pouvoir construire à terme le talus qui permettra justement de mieux relier ce quartier avec notamment le secteur du boulevard Ney.

Il y a donc une impossibilité. Ce n?est pas que les architectes et les urbanistes soient incapables de travailler dans la finesse, je crois qu?ils le sont de plus en plus, et tant mieux ! Chaque fois que nous pouvons préserver des bâtiments, des équipements qui, vraiment, méritent l?intérêt, nous le faisons. Cela a été fait sur la Z.A.C. Pajol, c?est fait dans beaucoup d?autres lieux, mais là, en l?occurrence, ce serait vraiment une contrainte qui ne nous permettrait pas de réaliser un programme tout à fait intéressant.

Quant à Mme DECORTE, elle nous dit qu?il y a déjà trop de logements sociaux dans ce quartier, etc.

Nous, ce que nous voulons, c?est faire naître à cet endroit un quartier de ville agréable, dans lequel il y ait du logement, des équipements, un jardin public, un gymnase et un quartier qui va être désenclavé. Justement, la démolition de la maison sur la rue des Poissonniers est aussi une façon de permettre à cette rue d?être beaucoup plus commode pour les piétons, notamment de favoriser des circulations piétonnes plus sûres et de meilleure qualité.

Quant à l?autre partie du quartier, vous dites qu?il est en bordure de voie ferrée, je vous rappelle que ces voies ferrées aujourd?hui sont désaffectées ; il n?y a pas de train qui passe sur ces voies. C?est un secteur sur lequel la Ville a bien sûr des vues et nous souhaitons obtenir de la S.N.C.F. la possibilité de travailler sur cette emprise qui permettrait de relier ce quartier notamment au secteur Ney et, cela rejoindra sans doute un point sur lequel je reviendrai tout à l?heure, au secteur sur lequel se trouvent les entrepôts du boulevard Ney.

Il vous sera apporté des réponses plus précises sur les questions relatives aux études de circulation, mais voilà les éléments que je voulais apporter pour vous demander de bien vouloir adopter cette délibération qui va vraiment changer la vie de ce quartier en faisant naître un nouveau morceau de ville adapté et, je pense, agréable pour ses habitants.

Merci.

(M. François DAGNAUD, adjoint, remplace Mme Gisèle STIEVENARD au fauteuil de la présidence).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Avant de passer au vote, le président GAREL a demandé une explication de vote.

M. Sylvain GAREL. - Merci, Monsieur le Maire.

Devant le refus de prendre en compte notre demande de sauvegarder ces deux éléments du patrimoine industriel et ouvrier de Paris, que sont ces deux pavillons, nous nous abstiendrons sur cette délibération comme nous l?avons fait dans le 18e arrondissement.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 119.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de cette délibération est adopté. (2008, DU 119).

Je vous remercie.