Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DDEE 244 - Signature d'un avenant n° 2 à la convention passée avec l'Université Paris II Panthéon Assas pour l'attribution d'une subvention destinée à financer des actions d'information, dans le cadre du dispositif "Cap en Fac". Montant : 9.000 euros. 2009, DDEE 245 - Signature d'un avenant n° 2 à la convention passée avec l'Université Paris III Sorbonne Nouvelle pour l'attribution d'une subvention destinée à financer des actions d'information, dans le cadre du dispositif "Cap en Fac". Montant : 9.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2009


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je vous propose d'examiner conjointement les projets de délibération DDEE 244 et DDEE 245.

Le projet de délibération DDEE 244 est relatif à la signature d?un avenant n° 2 à la convention passée avec l'université II Paris Panthéon Assas pour l?attribution d?une subvention destinée à financer les actions d'information dans le cadre du dispositif "Cap en Fac" d?un montant 9.000 euros.

Le projet de délibération DDEE 245 concerne l'avenant n° 2 à la convention passée avec l?université Paris III Sorbonne pour l?attribution d?une subvention destinée à financer des actions d'information dans le cadre du dispositif "Cap en Fac" et aussi de 9.000 euros.

Je donne la parole à Mme POLSKI pour cinq minutes.

Mme Olivia POLSKI. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, avec un taux d?échec s?élevant à près de 50 % sur le premier cycle, l'université française continue malheureusement de laisser un grand nombre d'étudiants sur le carreau.

L'aide à la réussite des étudiants, dans leurs premières années d'études, doit donc être un des axes forts de la politique universitaire. L'orientation en est un enjeu majeur.

En raison de facteurs sociaux multiples, un grand nombre de lycéens issus de milieux défavorisés se trouvent exclus des cursus universitaires, principalement du fait de leur méconnaissance des formations proposées et des débouchés professionnels.

Je me félicite donc que la Ville de Paris poursuive et amplifie l'initiative "Cap en Fac", créée en 2006 par Mme Danièle POURTAUD, à l?époque adjointe chargée des universités, en proposant notamment à cette assemblée de voter la signature de deux avenants à des conventions passées avec les universités Panthéon Assas et Sorbonne Nouvelle.

"Cap en Fac" s'inscrit dans l'ambition que se donne la Ville de Paris de démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur. Il s'agit d'accompagner l'orientation des futurs étudiants et de contribuer à la prévention de l'échec universitaire en première année, en leur apportant l'information nécessaire sur l'offre universitaire parisienne. Ainsi, ces étudiants seront-ils en mesure de faire leur choix d'orientation de façon éclairée à partir de la terminale.

J'en profite pour saluer aussi l'action menée depuis plusieurs années par la Région Ile-de-France en la matière. Elle apporte un soutien important à des actions de tutorat en direction des lycéens les plus défavorisés d'Ile-de-France, avec de nombreuses grandes écoles et associations, afin de les encourager à rejoindre les filières sélectives de l?enseignement supérieur et les classes préparatoires aux grandes écoles.

Tout doit être fait pour favoriser la réussite et l'épanouissement de nos lycéens dans leurs universités parisiennes.

Je souhaiterais, pour conclure, rendre hommage au travail de grande qualité, mené sur ce projet non seulement par M. l'Adjoint au Maire, M. Didier GUILLOT et son cabinet, mais aussi par les services de la Ville de Paris. Il s'agit en effet d'un enjeu majeur pour la capitale, qui dispose sur son territoire d?un potentiel d'enseignement, de recherche et de créativité de tout premier plan.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Donc, je donne la parole à Mme POURTAUD.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe, au lieu et place de M. Didier GUILLOT, adjoint, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

C'est avec plaisir que je replonge quelques années en arrière dans mes précédentes fonctions puisque Didier GUILLOT, qui ne pouvait être présent ce soir, m'a demandé de bien vouloir le remplacer. Je le fais avec plaisir parce qu'effectivement, défendre "Cap en Fac" qui est un peu mon bébé de la précédente mandature est pour moi un honneur et un plaisir.

Je dirais simplement que Mme POLSKI a parfaitement présenté les enjeux et l'intérêt de ce dispositif "Cap en Fac" pour lequel deux projets de délibération sont présentés aujourd'hui. Elle a rappelé que ce dispositif a été créé par la Ville en 2006 et se développe chaque année pour atteindre aujourd'hui six universités parisiennes, 17 lycées et 900 lycéens, pour un budget total de 75.000 euros en 2009. Cap en Fac s'adresse principalement aux lycées situés dans les quartiers "politique de la ville" ou aux lycées recevant des jeunes issus de milieux défavorisés.

Ce dispositif a pour principaux objectifs - cela a été rappelé - de lutter contre l'autocensure des lycéens de ces quartiers face aux études supérieures, de faciliter l'accès aux informations sur les formations universitaires parisiennes, de promouvoir l'excellence des universités parfois non reconnues.

Comme l?a souligné Olivia POLSKI, ce dispositif, en donnant une meilleure information aux lycéens sur les filières universitaires et les débouchés, permet de lutter contre l?échec lors des premières années universitaires grâce à une meilleure connaissance des choix d'orientation possibles. Mais au-delà, une meilleure orientation est aussi une des solutions pour résoudre les soucis, les problèmes d'insertion professionnelle des jeunes, problèmes dont nous débattions ce matin.

Je vous invite donc, mes chers collègues, à encourager cet effort de la Ville, en permettant aux universités et aux lycées parisiens d'?uvrer ensemble à l'insertion des jeunes via une meilleure orientation.

Je me permets d'ajouter qu?en matière d'insertion professionnelle, un autre dispositif peut être évoqué : la relance de l'ancien Conseil parisien de la vie étudiante qui s'appellera dorénavant : Etudiant de Paris - Le Conseil. Ce Conseil a été évoqué ce matin par le Maire lors de sa communication. Cette instance de concertation dédiée aux étudiants parisiens a, en effet, choisi cette année, pour son redémarrage, de s'intéresser à l'insertion professionnelle des jeunes diplômés.

Les représentants étudiants au sein du Conseil dont la première séance aura lieu le 19 novembre, mais aussi tous les étudiants via un site Internet participatif, pourront proposer à la Ville des actions précises concernant cette problématique que Didier GUILLOT pourra présenter au Conseil en fin d'année universitaire.

Voilà, Monsieur le Maire, ce que je pouvais indiquer au Conseil.

(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Très bien.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 244.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2009, DDEE 244).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 245.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2009, DDEE 245).

Vous faites l'unanimité, Madame POURTAUD.