Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2019


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Nous passons à la question d'actualité suivante.

La parole est à Mme Alexandra CORDEBARD, pour le groupe Socialiste et Apparentés.

Mme Alexandra CORDEBARD, maire du 10e arrondissement. - Merci.

La question d?actualité que je vais vous poser aujourd?hui concerne un autre sujet. Ce 2 avril, c?est la "Journée mondiale de la sensibilisation à l?autisme", promulguée par l?assemblée générale des Nations unies en 2008. C?est une occasion d?échanges entre tous les acteurs, notamment l?occasion de dresser un bilan des politiques publiques conduites ces dernières années. Cette journée vise aussi à mieux informer le grand public sur les réalités de ce trouble du développement.

L?autisme, vous le savez tous, est une réalité très présente pour beaucoup de familles, car ce type de handicap touche une personne sur 150 dans le monde. C?est considérable. La France compte, pour sa part, environ 430.000 personnes atteintes d?autisme à des degrés divers, dont 25 % d?enfants, enfants de tous les âges, certains en âge d?être scolarisés, mais aussi des adolescents, des jeunes adultes dont les familles assument souvent seules l?accompagnement et dont on imagine la galère que cela peut représenter au quotidien.

Le 6 avril 2018, le Premier Ministre et la Secrétaire d?Etat chargée des personnes en situation de handicap présentaient la stratégie pour l?autisme au sein des troubles du neuro-développement 2018-2022, axée sur la recherche scientifique et le diagnostic. Elle succédait alors aux trois plans autisme antérieurs portés par les gouvernements successifs. Stratégie nationale construite autour de cinq engagements majeurs : renforcer la recherche et les formations, mettre en place les interventions précoces prescrites par les recommandations de bonnes pratiques, garantir la scolarisation, c?est indispensable, et la scolarisation effective des enfants et des jeunes, favoriser l?inclusion des adultes et soutenir les familles.

Cette journée est donc l?occasion de dresser le bilan d?un an d?actions au niveau national. Les associations pointent aujourd?hui le risque d?une politique d?inclusion au rabais au regard de l?immense retard pris par notre pays.

La Ville de Paris, depuis 2001, a, quant à elle, fait de l?autisme l?une de ses priorités et l?a réaffirmé dans sa stratégie "Handicap, inclusion et accessibilité universelle" 2021, celle qui a été adoptée par notre Assemblée en mars 2017. Les chantiers sont, en effet, nombreux et ont pour objectif l?accompagnement des personnes autistes dans leurs projets de vie, qu?il s?agisse de l?inclusion scolaire et périscolaire des enfants, ou l?accès à un logement autonome, indispensable également pour pouvoir vivre sa vie et vecteur d?inclusion socioprofessionnelle.

Devant la nécessité de mettre en adéquation l?offre des services de la Ville de Paris et de ses partenaires institutionnels et associatifs, vous avez souhaité, Madame la Maire, avec votre adjoint Nicolas NORDMAN, dont je salue l?action, créé en 2018 une semaine parisienne d?information et de sensibilisation à l?autisme. Cette semaine se décline dans nos arrondissements par une série d?événements.

A l?occasion de cette journée internationale, pourriez-vous, Madame la Maire, détailler l?ambition de la politique parisienne à destination des personnes autistes ?

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Madame CORDEBARD. Je donne la parole à Nicolas NORDMAN pour vous répondre.

M. Nicolas NORDMAN, adjoint. - Madame la Maire, mes chers collègues.

Merci, Alexandra CORDEBARD, d?avoir posé cette question en cette "Journée mondiale de sensibilisation à l?autisme".

Cette question concerne, vous l?avez dit, de très nombreux Parisiens - 4.000 personnes à Paris - mais aussi leurs familles, que j?ai eu l?occasion de rencontrer ces derniers jours et qui portent avec leurs enfants des situations parfois très difficiles, sur lesquelles nous devons collectivement nous mobiliser. Au-delà de cette journée mondiale, vous l?avez dit également, nous avons souhaité organiser une semaine parisienne pour la deuxième année, avec l?objectif non seulement de sensibiliser le grand public, mais aussi de faire bouger les lignes. Car sensibiliser le grand public est la condition pour faire bouger les lignes sur cette question très importante. Durant cette semaine, se dérouleront toute une série d?initiatives et de manifestations, avec notamment le "Centre Ressources Autisme Ile-de-France" et de très nombreuses associations, que je souhaite saluer parce qu?elles ?uvrent quotidiennement autour de cette question.

Vous avez également évoqué la stratégie nationale autisme élaborée par le Gouvernement. Il s?agit d?un quatrième plan, même s?il n?est pas désigné comme tel par le Gouvernement, parce que dans ce domaine, comme d?ailleurs pour beaucoup de sujets relatifs au handicap, il faut une certaine continuité d?action pour pouvoir avancer.

Indépendamment de ces plans, la Ville de Paris, dans le cadre de sa stratégie "Handicap Accessibilité", propose, depuis maintenant plusieurs années, une stratégie et une politique tout à fait ambitieuses sur le sujet. Elle repose sur trois piliers.

D?abord, la détection et la formation. En la matière, nous avons lancé en 2018 une plateforme de diagnostic très précoce des troubles du spectre autistique dès 18 mois. Il s?agit de la "Boussole", dispositif gratuit visant à établir si un enfant présente ou non un trouble du spectre autistique, pour l?orienter, le cas échéant, vers des soins ou des prises en charge personnalisés. Cela limite ainsi ce que les spécialistes appellent la "perte de chance". Nous avons également mis en place un ambitieux plan de formation pour les personnels des crèches et de la petite enfance, parce que, là aussi, la détection précoce est majeure pour pouvoir mieux et plus rapidement prendre en charge. Le deuxième pilier, c?est l?inclusion dans la société. L?objectif est de faciliter l?accès des personnes autistes aux loisirs, au sport, à la culture, à la scolarisation. Je souhaite indiquer qu?en lien avec mon collègue Patrick BLOCHE, nous allons, dès la prochaine rentrée scolaire, créer trois classes d?unité d?enseignement élémentaire spécifiquement dédiées pour les enfants autistes, en lien avec l?A.R.S. et l?Education nationale. C?est une mesure très concrète qui va permettre cette école inclusive que nous souhaitons promouvoir. Dernier point, très rapidement. Nous avons aussi une politique très volontariste pour trouver des solutions pour les personnes autistes. C?est la raison pour laquelle, d?ici à 2020, nous aurons créé 350 nouvelles solutions pour elles.

Il s'agit d'une politique très ambitieuse que je suis ravi d?avoir pu mettre en lumière dans le cadre de cette "Journée mondiale de sensibilisation à l?autisme".

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup. Merci pour cette réponse.

Hier, je disais que, sur la question de l?emploi, depuis septembre, avec un portage plus direct, nous avions pu mettre en évidence un certain nombre de sujets sur la question du handicap, même si le travail était fait, et très bien, par les équipes et les élus engagés sur ce sujet. Je dois dire que Nicolas NORDMAN, depuis qu?il a pris en charge cette question du handicap, fait bouger les lignes, notamment sur cette question de l?autisme pour laquelle nous pouvons tous convenir du retard pris par notre pays sur la reconnaissance, le diagnostic et, bien sûr, sur les solutions.

Je voulais le souligner à l?occasion de cette question d?actualité. VIII - Question d'actualité posée par le groupe Ecologiste de Paris à Mme la Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative à l'impact de l'urbanisme sur la pollution de l'air.