Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe "Génération.s" relatif à l'occupation temporaire du collectif d'artistes "Le Post".

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2019


 

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 53 relatif à l'occupation temporaire du collectif d'artistes "Le Post".

Il est présenté pour le groupe EGCP par Mme Nathalie MAQUOI.

Mme Nathalie MAQUOI. - Merci.

"Le Post" est un collectif artistique installé depuis le mois de janvier au 29, rue Blanche, dans un bâtiment qui appartient à Generali, qui est fermé depuis 2009 sans qu?aucune activité ou projet d'activité nouvelle à notre connaissance n'ait été envisagée.

Une vingtaine d?artistes occupent ce lieu en résidence, dans des ateliers de sérigraphie, de vitrail, de peinture, de sculpture, de graphisme et animent ces espaces.

Le groupe "Génération.s" a rencontré ce collectif d'artistes, et ils nous ont fait part des difficultés qu'ils avaient pour trouver des espaces de travail collaboratif dans Paris.

En effet, au vu du contexte immobilier parisien qui est extrêmement tendu, un article de presse nous le rappelait encore aujourd'hui avec l'augmentation du prix au mètre carré, de la pression du foncier et aussi parfois des mises en concurrence qui sont rendues obligatoires, l'enjeu est donc la survie de la création artistique à Paris, de la diversité culturelle et de l'impact sur les territoires où ces collectifs et ces artistes s'implantent notamment, parce que très souvent, comme dans ce cas-ci, ils ont un rôle d'animation dans les quartiers et en lien avec les acteurs sociaux.

On le voit bien dans le succès, par exemple, des Portes ouvertes où on a plus de 1.000 Parisiennes et Parisiens qui ont pu rencontrer les résidents des lieux, assister à des expositions et découvrir les ateliers de création.

Nous voulons donc encourager la Ville de Paris à poursuivre et à renforcer son action auprès des promoteurs et propriétaires bailleurs pour ?uvrer en faveur d'occupations temporaires ou pérennes de collectifs d?artistes, pour assurer la diversité, la mixité artistique. Du coup, aujourd'hui, le collectif et les artistes sont sous la menace d'une expulsion. Peut-être avez-vous plus de nouvelles à ce sujet ?

Nous vous interpellons, Monsieur l'adjoint au Maire, pour qu?une solution soit trouvée et qu'une convention d'occupation puisse être signée au bénéfice du "Post" afin qu'ils puissent poursuivre leurs activités qui sont reconnues par les habitants du quartier.

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Pour vous répondre, la parole est à M. Frédéric HOCQUARD.

M. Frédéric HOCQUARD, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire, merci, Madame MAQUOI.

Effectivement, je me suis aussi rendu au collectif "Le Post", au 29, rue Blanche. La maire du 9e arrondissement aussi s'y est rendue, puisque cet endroit est dans le 9e arrondissement.

Aujourd'hui, nous avons une difficulté puisque la pression foncière que nous pouvons observer sur Paris touche aussi les milieux artistiques, notamment les plasticiens, puisqu'on a affaire à un public artistique de créateurs plus précaires et ne bénéficiant pas forcément des mêmes soutiens et des mêmes aides dans ce domaine. Nous cherchons par tous les moyens à garder une création et une diversité artistique sur Paris avec un certain nombre de choses. Certains sont installés avec pignon sur rue, rue de Rivoli, depuis un certain nombre d'années. Nous avons aussi relogé le collectif "La Main" dans le 15e arrondissement dans les locaux de la Ville à la fin de l'année.

Là, il se trouve qu'un collectif d'artistes a investi un bâtiment qui est un bâtiment non occupé depuis plus de dix ans, qui appartient à Generali, qui n?a donc pas d'utilité sociale. Je me suis rendu sur place, bien évidemment, et j'apporterai un avis favorable à votre v?u.

J'ai rencontré le directeur général de Generali en lui suggérant qu'à cet endroit, qui relève de l'intercalaire privé, donc qui ne relève pas de la Ville de Paris elle-même, une solution du type convention d?occupation précaire puisse être trouvée, à partir du moment où toutes les conditions de sécurité seront renforcées et acceptées. C'est à peu près le cas, par exemple, pour des choses comme le chauffage. Il se trouve que cela relève de nous, puisque c'est la C.P.C.U. qui chauffe ce bâtiment, et la C.P.C.U. est même passée sur place pour vérifier l'état d'installation du chauffage.

J'apporterai un avis favorable à votre v?u en soulignant qu'il faut que les arts et la création, notamment les collectifs de plasticiens, puissent avoir toute leur place dans notre ville.

Il en relève de la diversité artistique, de la diversité de création. Toutes les solutions doivent être trouvées, y compris des solutions qui, même si elles prennent des chemins de traverse au point de départ, on puisse les faire rentrer dans un cadre d'occupation précaire, avec l'accord du propriétaire. Cela peut nous permettre pour des bâtiments qui n'ont pas d'utilité sociale à un moment donné, d'en trouver une dans le cadre qu'est la convention d'occupation précaire. J'apporterai donc un avis favorable à votre v?u. Je vous remercie.

M. Paul SIMONDON, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Génération.s", assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2019, V. 114).

Je vais suspendre la séance, puisque M. le Préfet de police arrive.

Suspension et reprise de la séance.