Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Voeu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif à la fermeture de classes à l'école maternelle Wurtz.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2019


 

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Les v?ux nos 195 et 196 sont relatifs à un moratoire sur la fermeture de classes dans le 2e arrondissement et à l?école maternelle Wurtz.

Nous les examinerons donc de façon concomitante.

Je donne la parole d?abord à Jacques BOUTAULT, le maire du 2e arrondissement, puis à Jean-Noël AQUA, chacun pour deux minutes maximum.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Madame la Maire, c?est un v?u du conseil de quartier Montorgueil Saint-Denis, dont je me fais l?écho.

Ce v?u porte sur les conséquences de la diminution du nombre d'habitants dans l?ensemble du Centre de Paris, et le 2e arrondissement en particulier. Depuis quelques années, le Centre de Paris perd des habitants, alors qu?il en avait gagné énormément entre 2001 et 2015. Aujourd?hui, on assiste à une décrue qui entraîne des fermetures de classes, puisqu?il y a moins d?habitants.

Cette perte des habitants est due à quatre phénomènes, notamment le développement des locations courte durée, saisonnières, la suppression de l?encadrement des loyers, la vacance qui se développe dans les étages les plus exposés aux nuisances de la fête nocturne dans laquelle semble se spécialisait le Centre de Paris, mais aussi l?accroissement des résidences secondaires, occupées quelques semaines par an, souvent par des personnes fortunées.

Considérant qu?il n?y a pas de fatalité à ces phénomènes, et qu?avec un travail qu?a d?ailleurs déjà entrepris la Ville de Paris pour limiter le développement des meublés touristiques saisonniers pour que l?encadrement des loyers soit à nouveau effectif, nous pensons que le Centre de Paris peut cesser de perdre des habitants, voire en gagner, comme cela était le cas précédemment.

Aussi, pour ne pas encore pénaliser les parents d?élèves et les contraindre à partir dans des quartiers où il y a plus de classes dans les écoles publiques, nous souhaitons, avec le conseil de quartier, qu?un moratoire soit décrété sur les fermetures de classes dans le Centre de Paris. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Monsieur BOUTAULT. Monsieur AQUA.

M. Jean-Noël AQUA. - Madame la Maire, mes chers collègues.

Encore une fois, avec ce Gouvernement, il y a les grands discours d?un côté et la réalité crue de l?autre. D?un côté, Jean-Michel BLANQUER nous parle de l?école de la confiance, de l?autre, il saigne l?Education nationale de 2.800 postes d?enseignants.

Comment vouloir améliorer la qualité des enseignements avec moins d?enseignants ? D?un côté, Jean-Michel BLANQUER limite à 12 le nombre d?enfants par classe en R.E.P. et se répand en autocongratulations, mais de l?autre, il augmente le nombre d?enfants dans les autres classes. Le dédoublement des uns se traduit par la dégradation pour les autres, avec un bilan globalement négatif. Il y a besoin de saigner 2.800 postes pour le Ministre.

Nous avions déjà voté un v?u au dernier Conseil de Paris pour déplorer la dotation globale en nombre de postes et demander l?augmentation de la dotation budgétaire sur Paris. Si les besoins sont globaux, ils se traduisent en autant de cas d?école, si vous me permettez l?expression.

En l?occurrence, notre v?u concerne l?école maternelle publique du 16, rue Wurtz dans le 13e arrondissement, école pour laquelle le Rectorat prévoit une fermeture de classe qui serait la plus lourde en termes de conséquences sur le 13e. A l?heure où nous parlons, cette fermeture aurait pour conséquence d?augmenter le nombre d?élèves par classe, avec une moyenne de près de 27 élèves par classe, soit au-dessus de l?effectif moyen des écoles hors R.E.P., qui est de 25,7 à l?instant T, et il y aura probablement d?autres inscriptions dans les semaines à venir. Les effectifs de l?école augmentent encore, la période n?étant pas terminée. Nous le savons, la qualité d?enseignement est fonction de la présence humaine. Aussi, nous demandons que, sur cette école comme dans les autres cas, la dotation budgétaire académique soit rehaussée pour éviter la fermeture de classes et mettre les moyens en face des besoins. Je vous remercie.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Je n?aurais pas associé ces deux v?ux, mais qu?importe, je vais répondre communément, parce que nous avons d?autres v?ux ultérieurement sur la carte scolaire. Nous sommes en plus dans deux arrondissements différents, 2e arrondissement d?un côté, 13e arrondissement de l?autre. Je vais me livrer à cet exercice avec beaucoup de plaisir.

Jacques BOUTAULT, vous êtes maire du 2e arrondissement. Je ne reviens pas sur votre constat qui a amené, s?il le fallait, à dire que la baisse des effectifs scolaires dans le centre de Paris, et d?ailleurs dans d?autres arrondissements, n?est pas un problème scolaire en tant que tel, mais un problème lié à un certain nombre de faits que vous avez rappelés de façon très pertinente, notamment le développement de Airbnb.

Sur le 13e arrondissement, Jean-Noël AQUA, avec beaucoup de raison, vous avez dit qu?il ne faut pas déshabiller Pierre pour habiller Paul. Il ne faut pas, à partir du moment où le dédoublement a été mis en place pour les CP et CE1 dans les écoles REP+ et R.E.P., que dans les écoles qui ne sont pas en éducation prioritaire, il y ait une augmentation mécanique par insuffisance de postes du nombre moyen d?effectifs par classe.

De ce fait, mon extrême vigilance s?est exercée avec d?autres élus de notre Assemblée le 14 février dernier lorsqu?a été dessinée la carte scolaire de la rentrée 2019. Cette carte scolaire sera ajustée lors d?une réunion technique au mois de juin. Je garderai la même vigilance et relaierai toutes les préoccupations que vous avez exprimées.

Une fois que j?ai dit cela, sur votre v?u, Jacques BOUTAULT, je souhaiterais paradoxalement que vous le retiriez, car la demande d?un moratoire n?est pas possible en tant que tel. On ne peut pas adopter un moratoire dans le 2e arrondissement, ou sinon adopter des moratoires dans tous les arrondissements. Il faut, à mon avis, si on veut être efficace, pertinent et convaincant, pouvoir se battre établissement par établissement pour demander des postes et demander que le niveau moyen d?effectifs par classe, qui a tendanciellement baissé depuis 2012, reste au niveau où il se situe actuellement.

Il m?arrangerait beaucoup, Monsieur BOUTAULT, que vous retiriez votre v?u.

Parallèlement, sous réserve de quelques amendements, je donne un avis favorable au v?u n° 196 défendu par Jean-Noël AQUA.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Le v?u est-il retiré, Monsieur BOUTAULT ?

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Puisque Patrick BLOCHE parle d?efficacité, le but étant de maintenir les postes et les effectifs dans ces écoles, si le moratoire n?est pas le bon outil, on va retirer le v?u, mais avec une attention très particulière. J?entends l?engagement de Patrick BLOCHE à tout faire pour que les effectifs scolaires restent stables et que, en l?occurrence, les postes d?enseignants ne soient pas supprimés et les classes pas fermées.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur BOUTAULT.

Monsieur AQUA, les amendements sont acceptés.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 196 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2019, V. 186).

Voeu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif aux suppressions de postes au lycée Voltaire.