Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DLH 63 - Réalisation par SAGECO d'un programme de construction comportant une résidence sociale de 17 logements PLA-I, une maison-relais de 24 logements PLA-I et un local d'activité situé 43 rue Belliard (18e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DLH 63 concernant la réalisation par SAGECO d'un programme de construction comportant une résidence sociale de 17 logements PLA-I, une maison-relais de 24 logements PLA-I et un local d'activité situé 43 rue Belliard (18e).

La parole est à Mme Roxane DECORTE.

Mme Roxane DECORTE. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, il nous est demandé d?approuver la réalisation par SAGECO d'un programme de construction comportant une résidence sociale de 17 logement PLA-I, d?une maison-relais de 24 logements PLA-I, et d'un local d?activités au 43 rue Belliard, dans le 18e arrondissement.

Nous avons déjà eu ce débat en conseil du 18e arrondissement et au sein de la 8e Commission. Mon intervention ne vous surprendra donc pas.

Diversifier au sein des mêmes immeubles les différents types de logement - PLUS, PLA-I, PLS - en les répartissant de manière aléatoire dans les opérations de construction menées par les bailleurs sociaux, c'est un enjeu pour assurer la mixité sociale. Je cite "in extenso" la page 42 du programme de campagne municipale de MM. VAILLANT et DELANOË pour le 18e arrondissement.

Permettez-moi une nouvelle fois de m?interroger sans tabou sur le concept de mixité sociale. Vous parlez de mixité sociale, c'est bien en termes d'affichage, c?est un bel objectif républicain, ce sont des belles paroles dites la main sur le c?ur. Pour autant, pour le 18e arrondissement, c?est toujours plus de logement locatifs à usage social dans les quartiers les plus populaires, qui en sont déjà pourvus, toujours plus de résidences sociales.

Vous venez de rencontrer le secrétaire d'État en charge du logement et de l'urbanisme, Benoît APPARU, qui va plutôt dans le sens de ce que je dis actuellement.

Ce qui fait la ville, la qualité du vivre-ensemble, c'est l'équilibre, l?insertion humaine, l?équilibre entre les catégories sociales, l'équilibre entre les générations, l?équilibre des fonctions, l'équilibre urbain.

Depuis mars 2008, deux maisons relais ont été déjà décidées rue Championnet, à proximité de la rue Belliard. Il faudrait, au contraire, desserrer le logement social dans ces quartiers pour que la Ville elle-même ne devienne pas cette machine à exclure.

Evidemment, le souci de mixité doit s'accompagner d'une volonté d?accueillir nos concitoyens les plus fragiles, de transformer les hôtels meublés en résidence sociale ou en maison relais, mais pas toujours dans le même secteur.

Donc, dans le sens de cette intervention, le groupe U.M.P.P.A. s'abstiendra.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur MANO, vous avez la parole.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Il est vrai qu?avec constance, vous revenez sur ce type d?intervention.

Pour autant, quelle est la réalité aujourd'hui du 18e arrondissement en matière du logement social ? Cet arrondissement a beaucoup de logement social de fait, mais pas de logement social S.R.U. Il y en a, nous progressons, mais nous n'avons pas encore 20 %.

Et si nous voulons bien comparer à d?autres arrondissements comme le19e qui dépassent les 30 % de logements sociaux, on voit bien que nous avons encore des marges de progrès dans le 18e arrondissement.

Pour autant, bien évidemment, la notion d?équilibre, pour nous, est importante et nous n'avons pas, par finalité et choix systématiques, le fait de ne pas faire de résidence sociale dans d'autres arrondissements que dans le 18e.

Il se trouve que nous avons une population historique dans le 18e arrondissement, dont les besoins sont importants en matière de structure sociale, facteur de tremplin, de parcours résidentiels ultérieurs.

Par rapport à du logement social classique, le fait d'avoir des maisons relais ou des pensions de famille, où on a un accompagnement social qui permet aux gens de progresser dans leur autonomie future me semble nécessaire et utile et presque moins risqué que du logement social pur.

En même temps, j'entends ce que vous dites sur la mixité et je le partage ; soyez rassurés sur notre volonté de mixer des produits aussi dans le 18e. Pour autant, par rapport à la problématique spécifique posée dans le 18e, nous nous devons, là comme ailleurs, de faire des résidences sociales.

C?est pourquoi je demande le retrait de votre amendement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

J'ai une explication de vote de M. BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Maire.

Je dois dire que je trouve quand même cette explication de Mme DECORTE assez ahurissante, parce qu?on ne peut pas, en permanence, verser des larmes de crocodile sur la pauvreté dans ce pays et s?opposer systématiquement à la construction de logements sociaux dans l'ensemble des quartiers de Paris, évidemment, aussi dans les arrondissements que vous gérez ; il faut en faire dans le 16e, il faut en faire dans le 8e, mais il faut en faire aussi dans le 18e arrondissement où nous atteignons péniblement le taux des 20 % prévu par la loi S.R.U.

Alors, je vous le dis, je trouve cela assez ahurissant et quand on vous entend dire cela, on se dit que d?une certaine manière, les masques tombent, il y a une hypocrisie dans votre discours et d'ailleurs, vous le savez, l'ensemble des élus U.M.P. du 18e arrondissement n?ont pas tenu votre position et c?est heureux !

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur GAREL, pour une explication de vote ?

M. Sylvain GAREL. - Très brièvement, parce que je suis complètement d'accord avec ce que vient de dire mon collègue Ian BROSSAT, mais simplement, j?ajouterai, Madame DECORTE, qu?il y a un problème, parce que vous dites : "pas partout", mais je ne vous ai jamais entendue intervenir depuis huit ans pour dire le contraire, pour dire : "dans ce programme, il n'y a pas assez de P.L.A.I." ; jamais je ne vous ai entendu dire cela, que ce soit dans le 18e ou dans un autre arrondissement. Vous n'intervenez toujours que parce que, d?après vous, il y a trop de P.L.A.I. dans les immeubles du 18e arrondissement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

(Mme DECORTE demande la parole).

Vous voulez quoi ? Une explication de vote ? Vous n?avez pas été mise en cause. Ils ont dit la vérité?

Allez-y !

Mme Roxane DECORTE. - Simplement, en Conseil du 18e arrondissement, le groupe U.M.P. s?est abstenu de manière unanime?

(Mouvements divers sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

M. Ian BROSSAT. - Non.

Mme Roxane DECORTE. - Bien sûr que si ! C?est vrai que vous êtes peut-être plus informé de ce qui se passe à l?U.M.P. que moi-même.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Cela n?est pas de notre faute.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 63.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DLH 63).