Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Voeu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'installation d'une caméra de vidéoprotection à l'angle des rues de La Jonquière et Berzélius.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous en arrivons au v?u n° 72, qui me conduit à donner la parole à Mme Alix BOUGERET.

Mme Alix BOUGERET. - Merci, Monsieur le Maire.

Un v?u que je présente avec Geoffroy BOULARD et Frédéric PÉCHENARD. Il est relatif à l?installation d?une caméra de vidéoprotection à l?angle des rues de La Jonquière et Berzélius aux Epinettes, un quartier qui est un point où se focalisent plusieurs difficultés. On constate, malgré les signalements régulièrement faits au commissariat par la mairie et par les riverains, une récurrence des trafics de drogue ainsi que des regroupements constatés à l?angle de ces deux rues. Les nuisances pour les riverains continuent. Le climat d?insécurité qui en résulte est un sujet que nous connaissons bien à la mairie du 17e arrondissement. Ce n?est pas nouveau puisque nous avons saisi à plusieurs reprises la Préfecture de police ou la Mairie de Paris, notamment dans le cadre du déploiement d?un nouveau plan de vidéoprotection dans le 17e arrondissement et au-delà.

Le maire du 17e arrondissement, M. Geoffroy BOULARD, a adressé un courrier au Ministre de l?Intérieur, en date de novembre 2018, pour l?alerter sur la nécessité de renforcer ce plan de vidéoprotection parisien. Des réunions locales sont organisées régulièrement dans le cadre du contrat de sécurité d?arrondissement, notamment sur ce quartier. Le v?u qui s?adresse au Préfet de police demande que soit confirmée l?installation d?une caméra de vidéoprotection à l?angle des rues de La Jonquière et Berzélius dès que possible, pour permettre à ce quartier de retrouver un climat apaisé. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Alix BOUGERET. La parole est à Mme Colombe BROSSEL, pour vous répondre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci.

Je laisserai M. le Préfet de police répondre sur la demande qui lui est directement formulée.

Je tiens à rappeler le fait que nous avons eu, à de nombreuses occasions dans cet hémicycle, des échanges ou des interpellations communes et conjointes entre la mairie du 17e arrondissement et la Mairie de Paris sur la question du trafic de stupéfiants à l?angle des rues de La Jonquière et Berzélius. Cela fait partie de la liste concernant un certain nombre de points dans Paris, que j?avais adressée il y a plusieurs mois de cela au Préfet de police et au Procureur de la République en leur demandant que la question de la lutte contre ce que je vais appeler le "deal de rue" - ce trafic de stupéfiants qui certainement ne concerne pas des centaines de tonnes de drogue, mais est le plus délétère pour les habitants parce que présent dans l?espace public, les halls d?immeubles, mettant une sorte de chape de plomb sur un quartier entier et pouvant en pourrir plusieurs - soit une priorité pour l?ensemble des services de la Préfecture de police. C?est un endroit que vous aviez signalé et que j?avais signalé.

C?est donc la raison pour laquelle j?apporterai un avis favorable à votre v?u, avec la réserve que je formule à chaque fois : les caméras de vidéosurveillance, les caméras de vidéoprotection ne sont pas en soi un objectif, mais un moyen comme d?autres qui doit être mis à la disposition du travail de la police et de la justice. Cela ne m?exonérera pas de continuer à demander le renforcement des moyens humains dans les commissariats à Paris, parce qu?il faut de la présence humaine pour être aux côtés des habitants et "être sur le dos" - si vous me permettez cette familiarité - des délinquants.

Dernier mot : j?en profite pour remercier la Préfecture de police parce que, pour un certain nombre de ces points de "deal" connus et signalés, il y a eu une mobilisation de vos services, Monsieur le Préfet, avec une belle affaire dans le 17e arrondissement, rue de Saussure, mais également de belles affaires dans les 18e et 19e arrondissements. Je continuerai à me faire le relais des habitants et de mes collègues maires d?arrondissement pour que la lutte contre le trafic de stupéfiants soit une priorité au c?ur de l?action de la Préfecture de police.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire. Je vous donne la parole, Monsieur le Directeur.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.

Madame la conseillère, je ne reviendrai pas sur la situation que vous avez décrite dans ce secteur du 17e arrondissement. Je voudrais concentrer mon propos sur le plan de vidéoprotection de la Préfecture de police lui-même. J?ai déjà eu l?occasion, ici, devant votre Conseil, d?en rappeler les grandes caractéristiques. Un plan développé par la Préfecture de police implanté sur le domaine public municipal, qui représente un effort financier d?environ 250 millions d?euros depuis son lancement et le début du déploiement des caméras en 2010. 62 d?entre elles équipent aujourd'hui le 17e arrondissement et permettent d?appuyer les interventions et la mobilisation des effectifs de la police nationale, notamment ceux du 17e arrondissement, de les appuyer à la fois dans la surveillance quotidienne, dans la protection quotidienne de nos concitoyens à travers le dispositif dit "des vidéopatrouilles", et d?appuyer leur travail dans le cadre des investigations qui peuvent être menées à la suite de faits de délinquance ou dans le cadre de la lutte contre les trafics de stupéfiants.

Les perspectives budgétaires pour la période 2019-2021 permettent d?envisager raisonnablement - j?avais déjà eu l?occasion de le dire - l?implantation de 100 nouvelles caméras, ou plus exactement l?équipement de 100 nouveaux sites par an en 2019, 2020 et 2021, permettant de mailler la couverture opérationnelle de Paris. Ces sites sont choisis au regard de leur pertinence opérationnelle pour les services de la Préfecture de police - Direction de la sécurité de proximité de l?agglomération parisienne, Direction de l?ordre public et de la circulation, Direction du renseignement le cas échéant - et sont croisés avec les demandes formulées par les élus. Toutes ne peuvent pas être satisfaites ? plus de 400 demandes ont été adressées à la Préfecture de police par les élus parisiens - mais certaines d?entre elles peuvent l?être. Ce sera le cas en 2019 ou 2020 pour l?angle des rues de La Jonquière et Berzélius, parce que dans ce cas précis, la vidéoprotection pourrait apporter un plus à l?action quotidienne des effectifs de police.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Directeur. J?ai une explication de vote de M. Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Cela fait 9 ans que l?on déploie des caméras. Aujourd?hui, le P.V.P. accède à 30.000 caméras, tout compris, avec ses partenaires et les interconnexions. Je n?ai pas vu la délinquance, le crime, les délits et les incivilités baisser en proportion. J?ai presque l?impression, quand j?écoute la droite qui ne cesse de dire que l?insécurité augmente à Paris, que plus on met de caméras et plus l?insécurité augmente. C?est la raison pour laquelle nous voterons contre ce v?u.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci pour cette explication de vote, Pascal JULIEN.

Je mets donc aux voix le v?u n° 72.

Pardon ? Il y a une autre explication de vote ? Oui, allez-y, je vous en prie.

Mme Valérie NAHMIAS. - Je ne peux pas ne pas intervenir après ce que vient d?être dit. C?est faux. Ce n?est pas qu?il y en a plus, mais grâce aux caméras, on a pu résoudre beaucoup plus de méfaits parce que l?on a pu avoir les preuves. Non, je suis désolée, cela a été des faits, cela a été nommé. Donc, évidemment que le groupe UDI-MODEM appuiera la demande du groupe les Républicains et Indépendants dans le 17e arrondissement et appuiera toutes les demandes de caméras qui seront proposées à Paris.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Valérie NAHMIAS.

Le groupe UDI-MODEM votera ce v?u. Il fallait que cela se sache.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 72, avec, si j?ai tout compris ou plutôt tout suivi, un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est donc adopté. (2019, V. 126).

Voeu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'occupation du domaine public Porte de Montmartre.