Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je vais observer une certaine vigilance sur le temps de parole si nous voulons terminer, avant la levée de la séance, les dossiers de la 5e Commission.

Je vous propose maintenant d?examiner le projet de délibération DU 47, auquel sont joints les amendements nos 159, 217, 218 et 219, ainsi que les v?ux nos 128, 160, 161 et 162.

La première oratrice est Sandrine MÉES.

Mme Sandrine MÉES. - Merci.

Le groupe Ecologiste reconnaît l?ambition de ce projet, à savoir l?aménagement d?un site compliqué situé à proximité d?un grand ensemble qui a mal vieilli. Nous constatons avec satisfaction que certaines demandes des habitantes et des habitants ont été retenues lors de la concertation. Nous pensons notamment à la suppression de l?immeuble qui était prévu sur le parvis de la future salle omnisports. Est-ce que vous pouvez nous éclairer sur le caractère définitif ou non de la suppression de cet immeuble ? Est-ce qu?un bâtiment sera quand même construit à cet emplacement après les Jeux olympiques, car je trouve que cela n?est pas clairement affirmé dans le projet de délibération ? Est-ce que vous pourrez répondre à cette première question ?

D?autre part, le dialogue avec les habitants ne doit pas s?interrompre. L?Association pour le suivi de l?aménagement Paris Nord-Est a indiqué qu?il lui semblait nécessaire de poursuivre la discussion sur certains points. Nous espérons que, malgré la clôture de la concertation, le dialogue continuera.

Sur la programmation bâtie, nous formulerons quelques remarques. Nous sommes en désaccord avec la construction de deux immeubles de 50 mètres. L?objectif est de rentabiliser le foncier. Or, les habitantes et les habitants ne sont pas particulièrement demandeurs de la construction de nouveaux bâtiments en hauteur, et ils l?ont souvent exprimé pendant la concertation. Les documents annexés à ce projet de délibération nous rappellent que cette emprise bénéficie d?une vue dégagée. Préservons cette ouverture paysagère qui constitue aussi notre patrimoine commun.

Je parle toujours des deux bâtiments de 50 mètres. La hauteur prévue nécessite une modification du plan local d?urbanisme. Nous ne voulons pas que des projets d?aménagement intègrent comme une évidence un déplafonnement des hauteurs qui ne fait pas consensus, mais nous aspirons à des quartiers à taille humaine. Nous trouvons dommage de construire des bâtiments aussi massifs aux portes de Paris, comme si l?on devait recréer une frontière.

Je vais maintenant parler de la programmation logement. Sur les 41.000 mètres carrés de logements prévus, seulement 35 % sont des logements sociaux, pour 65 % de logements intermédiaires et libres. Nous pensons aux milliers de personnes en attente sur les listes de demandeurs de logement social, et nous demandons dans notre v?u qu?au moins 50 % des logements prévus soient des logements sociaux.

Nous souhaitons également, pour éviter la spéculation qui peut avoir lieu sur les nouveaux quartiers, que les logements privés soient adossés à l?organisme "Foncier Solidaire" qui est mentionné dans le projet de délibération, mais de manière vague. C?est ma deuxième question. Nous aimerions être assurés que ce nouvel outil sera utilisé de manière importante sur cette opération.

Concernant la programmation bureaux, 50.000 mètres carrés de bureaux, soit un tiers de la surface construite, cela nous semble beaucoup. La priorité, selon nous, n?est pas aux bureaux, mais au partage du travail et à la transition énergétique du territoire en créant des emplois là où les personnes logent, c?est-à-dire dans toute la Métropole.

J?en viens maintenant au problème du périphérique. Nous étions les premiers, avec l?opération "Carré vert", en 2008, à dénoncer cette autoroute urbaine, les nuisances pour la santé qu?elle entraîne et le modèle de ville anti-écologique qu?elle perpétue. La construction d?un immeuble-pont qui est dans le projet ne prend pas en considération les futures physionomies et usages du périphérique. Notre v?u demande de renoncer à cet immeuble-pont afin de ne pas poursuivre une politique onéreuse et obsolète de couverture du périphérique. Si nous émettions une ambition collective, en réalité, le périphérique pourrait être totalement débarrassé de ces nuisances actuelles à l?horizon 2030.

La Ville semble admettre que le périphérique doit être transformé car il n?est pas viable écologiquement, mais continue comme avant à construire mur-écrans, immeubles-ponts, et à accueillir à proximité du périphérique des équipements sensibles comme les crèches. Rien, pas même les études santé annexées à ce projet de délibération, ne nous assure que le positionnement d?écrans génère une baisse conséquente et acceptable des polluants, donc rien ne permet d?être sûr que les habitants seront protégés. Les premières livraisons de logements sont prévues pour 2025. On avait bien le temps de réfléchir à un projet qui ne préemptait pas le futur du périphérique. Voilà quelques éléments qui font que, pour nous, ce projet, bien qu?indispensable, ne nous satisfait pas totalement sur ses ambitions programmatiques, et le suspense reste entier avant l?intervention de mon camarade Pascal JULIEN.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Sandrine MÉES. Je donne la parole maintenant à Didier GUILLOT.

M. Didier GUILLOT. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, le secteur du Nord de Paris est en mutation urbaine profonde et particulièrement intéressante. L?arrivée du tramway, le prolongement de la ligne 12, l?arrivée d?un nouveau quartier du côté d?Aubervilliers et Saint-Denis, l?ouverture du centre commercial "Le Millénaire", le succès du nouveau quartier Claude Bernard dans le 19e, l?émergence du quartier Chapelle-International, la création d?un parc à Chapelle-Charbon et l?arrivée imminente du campus Condorcet reconfigurent totalement ces quartiers dont on ne parle, hélas, trop souvent qu?au travers de la question des migrants ou de la "colline du crack". Le développement des trafics ou de campements, que ce soit de migrants ou de Roms auparavant sur ce secteur, est d?ailleurs l?une des conséquences du caractère interstitiel, enclavé, isolé et non abouti de ce quartier.

Il était donc indispensable d?avoir un projet ambitieux sur le secteur appelé ici "Gare des Mines-Fillettes". Ce quartier est aujourd?hui marqué par un double enclavement : celui du quartier Charles Hermite, qui est coincé entre le boulevard périphérique et la barre de logistique "Géodis" qui, je l?espère un jour, fera l?objet d?un autre projet aussi, mais ce sera peut-être pour dans 10 ans, celui de deux immeubles d?habitation exilés à l?angle du boulevard périphérique et de l?autoroute, et on peut difficilement faire pire en termes d?enclavement, avec une accessibilité fort compliquée, pour ne pas dire cauchemardesque pour tout piéton ou cycliste.

C?est peu dire que ce projet d?aménagement d?un nouveau quartier est le bienvenu sur ce secteur. Le projet de délibération qui nous est soumis est ambitieux en termes de logement ou de densité, et cela ne nous pose aucun problème, la hauteur non plus dans un quartier où une tour de bureaux atteint déjà 128 mètres et deux tours de logements tangentent les 90 mètres. Le quartier Chapelle-International a d?ailleurs fait émerger plusieurs tours de 50 mètres et, à ma connaissance, chacun peut déjà mesurer combien elles s?insèrent parfaitement dans le paysage urbain de ce secteur. D?autres projets d?ailleurs sur Plaine Commune sont prévus, là aussi avec des grandes hauteurs, donc pour moi, ce n?est pas un sujet.

Une fois encore, comme dans le débat sur Bercy-Charenton, la densité n?est pas l?ennemie de l?économie. Nous préférons des logements sociaux réels aux logements sociaux virtuels qui ont tant coûté dans cette mandature. Il était équilibré de ne pas faire que du logement social non plus, sachant que le secteur de la Chapelle concentre à peu près les deux tiers des logements sociaux du 18e, donc on ne peut pas faire que du logement social dans un tel quartier.

La programmation d?équipements autres que des logements est aussi bien pensée et équilibrée. Le changement de nature des immeubles de Valentin Abeille est aussi une bonne chose. Nous saluons également l?arrivée de l?Arena 2 qui sera un élément très important de requalification urbaine au même titre que l?arrivée du campus Condorcet.

Pour autant, nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération, non pas tant en raison de ce qui est programmé ici, mais plutôt en raison de ce qui a été déprogrammé, parce que ce projet de délibération est d?abord l?aboutissement d?un triple abandon de très beaux projets sur ce secteur.

Premièrement, le projet du "Marché des 5 continents" qui était prévu à l?emplacement de l?Arena 2 et qui a mobilisé tous les élus du 18e depuis fort longtemps pour trouver une belle alternative au marché sauvage de Château-Rouge. Nous voterons d?ailleurs le v?u concernant ce projet pour le réintégrer dans ce projet de délibération. L?abandon du quartier universitaire international du Grand Paris, le Q.I.G.P. L?abandon de ce très beau projet de nouveaux quartiers de logement pour les étudiants internationaux est d?ailleurs le fait d?un blocage incompréhensible des élus du territoire de Plaine Commune. L?abandon, enfin, du quartier intercommunal avec la création d?un immeuble-pont sur le boulevard périphérique et, de façon beaucoup plus ambitieuse que ce qui est prévu là, à proximité de la Porte d?Aubervilliers. A un moment où tout le monde parle de casser la fracture du boulevard périphérique, c?était précisément la plus belle façon de recoudre de la ville à l?échelle métropolitaine. Ces trois projets ont mobilisé beaucoup de temps et d?énergie des élus depuis 15 ans, et il est assez incompréhensible que ces belles ambitions soient toutes les trois abandonnées au profit d?un projet qui, finalement, reste classique. Notre arrondissement n?en est pas à son premier abandon ou recul d?ambition dans cette mandature. Je pense notamment à l?I.C.I. Pourtant, ces quartiers dits périphériques méritent précisément les plus belles ambitions et les plus grandes innovations urbaines.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Didier GUILLOT. Je donne maintenant la parole à Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Monsieur le Maire.

Enfin, ce bout de ville longtemps délaissé, longtemps oublié, rejoint les grands projets des aménagements de Paris Nord-Est et, pour le dire plus brutalement, rejoint Paris tout simplement.

Regardons la réalité de ces quartiers. Ceux qui les connaissent savent bien que les réintégrer dans la ville, ce n?est pas qu?une question de réhabilitation et d?espaces verts, mais bien l?élaboration d?un projet urbain dans ses différentes dimensions : mixité des usages et des populations, présence forte des services publics et d?équipements locaux valorisants, fluidité des déplacements, liaison avec la ville par des transports en commun, désenclavement des cités aujourd?hui refermées sur elle-même, équipements de niveau parisien qui amènent nos citoyens métropolitains et touristes à fréquenter et à être présents sur ce territoire, présence d?une dimension économique par l?implantation d?entreprises, de bureaux et d?artisans, création d?espaces publics, offre diversifiée de logements nouveaux et réhabilitation des anciens.

Pour réussir ce projet, il n?est pas possible de raisonner à la carte en défendant tel ou tel point suivant ses habitudes. Non, si nous voulons un réel changement, il faut travailler et développer toutes ces actions et ces programmes en prenant le menu complet et pas que certains éléments.

Oui, ce quartier peut s?inscrire dans une nouvelle dynamique à partir de l?implantation de l?Arena 2, de la programmation mixte habitat emploi, de la production de logements, y compris privés, nécessaires pour favoriser une mixité réelle de la population.

Si nous pouvons regretter l?abandon du projet du "Marché des 5 continents", il nous faut d?autant plus imaginer des équipements qui pourraient enclencher une dynamique positive par le maintien de l?espace de "Paris Jeunes", l?intégration d?un équipement de petite enfance, la création des équipements sportifs et un équipement culturel que j?espère être une maison des pratiques amateurs, car la dimension culturelle a une force de dépassement et de transformation d?évolution positive de la réalité concrète.

Effectivement, il sera procédé au désenclavement de l?intégration des ensembles immobiliers de la cité Charles Hermite et Valentin Abeille, souhait qui, depuis des années, est souhaité par la population et les forces positives du quartier. Les communistes du 18e, comme les habitants, ont marqué leur approbation lors de la dernière réunion publique à ce projet qui s?inscrit dans une véritable volonté de changement positif pour le quartier. Nous voterons bien sûr ce projet de délibération, avec toutefois une remarque concernant les mesures et moyens suivis du respect des engagements. En effet, sous prétexte que le projet Gare des Mines-Fillettes est une opération olympique, la participation du public par voie électronique sera organisée après désignation d?un garant par la convention nationale du débat public par le maire. On le sait bien, la voie électronique ne peut pas à elle seule permettre une participation citoyenne. Au contraire, il faut confirmer la poursuite sous forme d?ateliers et de réunions publiques avec des échanges en phase opérationnelle entre les services de la Ville, les élus, les aménageurs, les citoyens et les partenaires du projet, afin d?approfondir et de préciser les sujets restant à travailler et, en parallèle, avec les habitants de Charles Hermite qui y seront pleinement associés. Ce devenir immobilier, j?espère qu?il se fera bien toujours avec la participation des habitants, et j?espère que le groupe Communiste sera entendu sur cette demande. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Danièle PREMEL. Je donne maintenant la parole à Christian HONORÉ.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire, vous nous présentez le projet d?aménagement du secteur "Gare des Mines-Fillettes" à la porte de la Chapelle.

Nous sommes d?accord pour aménager ce quartier populaire qui connaît actuellement, tout le monde le sait, de graves difficultés, pour en faire un quartier où il fait bon vivre. Bien entendu, et j?insiste, nous soutenons la création du centre sportif Arena 2. En revanche, nous ne sommes pas d?accord sur l?économie générale de votre projet. Vous pouvez encore l?améliorer.

D?abord, nous vous le répétons avec Pierre-Yves BOURNAZEL, nous sommes hostiles à la densification de Paris. Paris est la sixième ville la plus dense du monde et, pourtant, vous voulez créer encore plus de 700 logements supplémentaires. Il est indispensable d?alléger le projet pour créer plus d?espaces verts, d?espaces de vie, des lieux de respiration. Ce quartier a besoin d?équipements, de commerces de proximité de qualité. Les habitants sont prêts à s?y investir. C?est ce que nous disent toutes les personnes que nous rencontrons.

Paris est pauvre en espaces verts, puisque l?on compte dans le 18e arrondissement moins d?un mètre carré par habitant d?espaces verts, ce qui est vraiment trop peu. J?ai bien noté les avancées. Par exemple, la Chapelle est conservée, tant mieux. La mobilisation des habitants a porté ses fruits, puisque, je vous le rappelle, elle a suscité une pétition qui a été signée en nombre.

Cependant, malgré ces avancées, le compte n?y est pas. C?est la raison pour laquelle nous vous demandons de poursuivre la concertation avec les associations. En particulier, je pense à l?association "ASA" qui s?investit énormément dans ce projet.

Je vous propose les amendements suivants. D?abord, le parvis d?Arena 2 est aménagé en esplanade en maximisant la végétalisation. Les arbres existants sont préservés et des arbres supplémentaires sont plantés. 50 % des 35 % de logements sociaux sont des logements étudiants ou destinés aux apprentis. 30 % des logements intermédiaires sont attribués, si possible, en priorité au corps enseignant et au personnel administratif de l?Education nationale, ce qui est cohérent avec la création du campus Condorcet à proximité. De plus, nous vous demandons un effort significatif pour faciliter l?ouverture de commerces de proximité de qualité. Enfin, j?insiste sur le fait que la hauteur des immeubles soit limitée à 37 mètres maximum. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Christian HONORÉ. Je donne maintenant la parole à Léa FILOCHE. Je donne de fait la parole à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Vous êtes sûre, Léa FILOCHE ?

Sur ce projet, comme sur le projet de délibération relatif à la porte de Montreuil, je m?abstiendrai, et j?aurai à nouveau des interrogations.

Cela a été dit par différents collègues, il y a évidemment une très forte attente dans le quartier, parce qu?énormément de difficultés s?accumulent, en étant non liées les unes aux autres. On a déjà abordé dans ce Conseil les problématiques de "crack", d?exilés et d?autres problématiques urbaines plus classiques. Il y a une attente très forte de transformation complète de ce quartier.

En première lecture du projet de délibération, il y a beaucoup d?éléments positifs, une volonté de désenclaver, de réhabiliter sur Hermite, Abeille, les idées de passerelles, mais il y a quand même pour moi, vous ne serez pas surpris, un sujet majeur qui est la place de l?Arena 2, qui est plus liée aux Jeux olympiques en tant que tel qu?aux besoins et aux attentes des habitants. Cette Arena 2, qui va être de gestion privée, ce qui rajoute à mon désaccord, est une salle essentiellement événementielle, certes polyvalente, mais de type Bercy. Même si elle a la vocation à accueillir le PSG Handball et le Paris Basket.

Vous vous vantez dans le projet de délibération que l?Arena répondra aux besoins des habitants, mais quand on fait le total, il n?y aura pas plus d?équipements sportifs de proximité qu?avant, puisqu?on va reconstituer les deux gymnases existants.

Vous me répondrez plutôt que d?hurler en séance de manière totalement sauvage. Quel est ce comportement irrespectueux de cette Assemblée ! Je ne comprends pas, Monsieur, crier dans l?Assemblée du Conseil de Paris, cela ne vous correspond pas.

Plus sérieusement, je ne pense pas que ce soit l?équipement qui correspond aux besoins des habitants. On est vraiment dans l?équipement avec gestion privée qui correspond aux objectifs des Jeux olympiques et, hélas, cela semble être la matrice première de l?ensemble du projet. Certes, on nous dit qu?en termes d?équipement, il y aura aussi 1.500 mètres carrés pour les habitants avec un équipement petite enfance, un équipement culturel, mais objectivement, j?ai quand même le sentiment que le ratio n?y est pas. Je cherche désespérément une feuille, mais c?était à mon autre collègue de prendre la parole. J?espère que je ne me suis pas trompée. Je me trompe, c?est terrible, donc je vais essayer de faire de tête. On a par ailleurs d?autres interrogations. Sur la question des?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Laissez poursuivre Danielle SIMONNET qui a retrouvé sa feuille.

Mme Danielle SIMONNET. - Je n?ai pas retrouvé ma feuille, mais je vais essayer de mémoire.

Autre problématique pour moi qui est posée dans ce projet de délibération, c?est le ratio très conséquent en termes de mètres carrés de bureaux. Or, je pense que la problématique centrale à Paris est celle du logement. 52.300 mètres carrés de bureaux sont prévus, et il me semble que le ratio bureau par rapport au logement n?est pas un bon équilibre. Quand on voit le nombre de mètres carrés de bureaux vides à Paris, on ne répond pas à la problématique de l?emploi simplement par ce décompte de mètres carrés de bureaux.

Considérant ensuite la problématique du logement, vous prévoyez 35 % de logements sociaux, 35 % de logements intermédiaires et 35 % de logements privés. Or, on est toujours à Paris sur un ratio où 90 % des demandeurs de logement sont des demandeurs de logements sociaux P.L.A.-I. PLUS, avec même 70 % éligibles au logement le plus social, donc deux fois plus que vous ne le prévoyez dans ce projet.

Vous allez me dire que c?est justement dans ce quartier qu?il faut faire de la mixité sociale. Vous m?avez déjà entendu plus d?une fois intervenir sur la porte de la Chapelle, sur la problématique de bâtiments réservés en P.L.S. sur lesquels on n?a pas réussi à trouver les familles qui avaient des revenus qui correspondaient au P.L.S., et où "Paris Habitat" a surclassé des gens qui n?avaient pas les revenus pour pouvoir payer le loyer et qui se retrouvent surendettés et menacés d?expulsion. Je ne suis pas favorable à ces logiques qui, par ailleurs, participent de la gentrification, parce qu?elles ne sont jamais compensées par une inversion du rapport social des 16e, 8e et 7e arrondissements, et j?en passe, de l?ensemble des arrondissements plutôt ghettos de riches. Point de vigilance sur la rémunération de l?aménageur, mais je n?ai plus le temps. Il y a beaucoup d?interrogations sur la façon dont cela se passe à ce niveau. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Danielle SIMONNET. Je donne la parole à Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Que dit l?étude "Air et santé" jointe au projet de délibération ? Extrait, page 99 : "La campagne de mesures réalisée en septembre 2018 a mis en évidence un secteur impacté par la pollution". Concentration d?oxyde d?azote : elle ne respecte pas les normes de qualité de l?air, et ce, sur l?ensemble du domaine d?étude. Concentration en benzène : elle dépasse les normes sur les sites de proximité routière, dont un terrain de sport. Les dépassements de valeurs limites sont observés sur beaucoup de sites sensibles du domaine d?étude, écoles, équipements, terrains de sport. L?influence du périphérique sur cette pollution est mise en évidence.

Page 37, le tableau 15 montre que sur 17 sites mesurés, 16 sites dépassent les valeurs limites en dioxyde d?azote et en particules fines PM 2.5.

Page 66 : "A l?état projeté, le bâtiment pont et la nouvelle crèche sont exposés à des teneurs en dioxyde d?azote supérieures à la valeur limite, les particules fines 2.5 ne respectent pas l?objectif de qualité".

Une dernière. Le tableau 36, page 72, met en évidence qu?une partie des nouveaux habitants à l?état projeté seront exposés à des teneurs supérieures à la valeur en PM 10 sur le diesel. L?étude conclut que, "au vu de ces dépassements, un risque sanitaire aux particules diesel ne peut être exclu pour les populations riveraines pour l?ensemble des scénarios".

Jean-Louis MISSIKA, avez-vous lu ces 125 pages ? Mépriseriez-vous les experts ? La Mairie informera-t-elle de ces risques les futurs habitants, entreprises et salariés, et visiteurs, qui accéderont à des bâtiments et des logements flambant neufs, dont les promoteurs auront tant vanté les qualités ?

Deuxième sujet. Avec seulement deux mètres carrés par habitant, Paris est l?une des métropoles où la nature en ville est la moins présente. Sur ces grands projets d?aménagement, il aurait été impératif de rattraper le déficit. Hélas !

Sur les 20 hectares de la parcelle, la programmation prévoit 55.000 mètres carrés d?espaces verts, dont la moitié accessible au public. Je lis : "Le traitement du sol envisagé devra permettre de réduire les surfaces imperméables et favoriser la pleine terre pour renforcer les trames vertes est-ouest et nord-sud". J?ai l?impression de lire un cahier des charges que je vois passer en commission d?appel d?offres. C?est la phrase standard que l?on voit partout et qui ne mange pas de pain.

Le "Plan Biodiversité" projette d?atteindre 40 % de territoires en surfaces perméables végétalisées d?ici 2050. Ce n?est pas avec un tel projet qu?on y arrivera. En réalité, l?absence d?objectifs chiffrés concernant l?environnement révèle une fois de plus que l?environnement est la variable d?ajustement préférée de certains.

Je lis encore : "Sur près de 470 arbres existants, environ 35 à 40 % seront abattus". C?est énorme, même si le projet prévoit une compensation a minima d?un pour un. Notre v?u demande que la rangée d?arbres qui longe le boulevard Ney soit maintenue, demande partagée par d?autres associations.

Ce projet d?aménagement ne peut être apprécié et compris que dans la perspective du grand aménagement Paris Nord-Est et de l?échelle métropolitaine. Or, la création du jardin Chapelle-Charbon, qu?il fasse trois, quatre ou six hectares, ne comblera pas le déficit actuel et ne suffira pas à absorber les besoins des habitants et usagers de ces nouveaux quartiers qui ne comporteront finalement aucun espace vert de grande envergure.

Bonne nouvelle, les amis ! En 2025, les usagers de drogue auront disparu, ceux qui fréquentent aujourd?hui tout le secteur. Ils auront disparu par évaporation, sans report sur les quartiers voisins. En voilà une bonne nouvelle ! Comme on n?y croit pas trop, nous avons déposé un amendement en faveur de l?ouverture de structures temporaires dédiées à l?accueil de ces personnes malades, et que cela fasse l?objet bien sûr d?une concertation qui ne doit pas s?interrompre. Cela a été dit par d?autres orateurs avant moi.

Autre sujet, l?Arena prend la place prévue pour le "Marché des 5 continents". C?est pour cela que nous avons déposé un v?u. Je ne développe pas, cela a été dit par d?autres orateurs avant moi.

Je conclus. Nous ne partageons pas vos priorités de programmation qui forment le cadre imposé dans lequel s?inscrit une concertation qui ne peut changer les choses qu?à la marge. Vos priorités de programmation font de l?environnement une variable d?ajustement, ce que j?ai affirmé dès la première réunion de concertation concernant ce secteur. C?est pourquoi nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Pascal JULIEN. Je laisse maintenant la parole à Eric LEJOINDRE.

M. Eric LEJOINDRE, maire du 18e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

On a déjà beaucoup parlé de ce secteur de la porte de la Chapelle à la porte d?Aubervilliers au cours de ce Conseil. Nous y étions ce matin avec notamment la Maire de Paris pour avancer sur les urgences de ce secteur.

Ce que nous sommes amenés à voter aujourd?hui, c?est la démonstration de l?investissement massif qu?est celui de la Ville pour ces territoires du nord-est parisien. C?est la démonstration de notre engagement pour changer notamment l?urbanisme dans ce secteur qui en a bien besoin.

Voilà pourquoi ce projet de délibération est une bonne nouvelle pour le 18e et pour le Nord-Est parisien. Il vient dans le cadre d?une mutation urbaine qui a déjà commencé plus à l?Est avec Rosa Parks, le boulevard Macdonald, l?installation d?un équipement culturel organisé par le collectif MU, avec le tramway, avec Chapelle-International dont les premiers logements vont être livrés bientôt, avec l?arrivée du campus Condorcet ou du parc de Chapelle-Charbon.

Aujourd?hui, nous avançons sur la mutation de ce terrain dit de la Gare des Mines, un projet qui est très attendu par les habitants et sur lequel nous avons, depuis de nombreuses années, avancé. Je suis très heureux que nous ayons pu nous saisir de cette opportunité de l?arrivée de l?Arena 2, qui permettra d?installer un lieu de destination supplémentaire à la porte de la Chapelle pour accélérer la mutation urbaine et le projet urbain avec un projet qui, à tous égards, est équilibré.

Il est d?abord équilibré sur le plan du logement, parce que nous atteindrons une bonne densité dans ce quartier. Je ne vois pas la densité comme un objectif en soi, mais je pense que si l?on veut, comme le disait Christian HONORÉ, avoir plus de commerces, si nous voulons avancer sur la question de la mixité sociale, si nous voulons améliorer la situation des écoles, si nous voulons améliorer l?état de sécurité du quartier, il faut qu?il y ait plus d?habitants à cet endroit. Cet équilibre de logement est bien réalisé.

Il est aussi bien réalisé parce que, effectivement, nous faisons un peu moins de logements sociaux là que nous n'en faisons ailleurs dans Paris, pour la simple et bonne raison qu?aujourd?hui, l?ensemble du quartier est composé à 100 % de logements sociaux. Si nous voulons avancer sur ces équilibres, il faut que nous puissions faire en sorte que des familles arrivent. Je pense que l?investissement que nous avons aussi en matière de logements spécifiques en est la démonstration.

Il est une opportunité aussi d?améliorer la situation, notamment la situation des écoles Charles Hermite dont parlait Pascal JULIEN. Je me réjouis que nous puissions, à cet endroit, couvrir le périphérique dont je rappelle qu?il est situé très en dessous du niveau de la rue. On ne préempte aucun projet futur en protégeant les écoles Charles Hermite de la pollution, puisqu?à cet endroit, de toute façon, le périphérique serait un boulevard urbain qui ne pourrait pas être traversé à pied. Là encore, le projet est équilibré.

Il améliore largement l?offre sportive dans le quartier avec l?Arena 2, mais avec des équipements sportifs de proximité supplémentaires.

Ce projet a fait l?objet d?une très large concertation, bien plus que ce que la loi exigeait, mais c?est la moindre des choses quand on est sur un territoire qui doit aussi profondément muter. Je me permettrai de m?étonner un peu qu?arrivent aujourd?hui, sous forme d?amendements, des équipements qui pourraient être utiles mais qui n?ont jamais été évoqués avec les habitants qui ont pourtant été très nombreux à venir aux réunions de concertation. Je pense notamment à la dernière réunion de concertation. C?est assez rare que, à l?issue d?une réunion de concertation, les intervenants soient applaudis. C?était le cas à cet endroit parce que les attentes sont énormes dans ce quartier.

Je ne pense pas que des amendements ou des v?ux soient le bon outil pour faire arriver des équipements, dont je ne nie pas l?utilité, sur ce type d?endroit. Je pense que quand on est attaché, comme l?est Pascal JULIEN, à tel point qu?il souhaite même une rue de la concertation dans le quartier de Chapelle International, à ce mécanisme, je me surprends que ce soient ces modalités de débat qui soient proposées, mais chacun pourra en juger.

Ce projet est essentiel pour le 18e arrondissement et pour ce quartier de la porte de la Chapelle et de la porte d?Aubervilliers, parce qu?il répond aux exigences et aux besoins d?un territoire qui change. Il permettra de retrouver à la porte de la Chapelle une vraie centralité. Il permettra d?y faire venir des gens du monde entier, de donner un environnement favorable aux étudiants qui vont arriver. Il nous permettra aussi d?accueillir de l?activité économique avec les mètres carrés de bureaux qui sont prévus à Chapelle-International et à la Gare des Mines. Il nous permettra d?avoir un quartier qui vivra le jour et la nuit. Il nous permettra d?avoir des habitants en plus qui pourront occuper l?espace public, qui pourront aller dans les commerces, dont les enfants pourront aller dans nos écoles. Bref, il est équilibré à tous points de vue. Voilà pourquoi je pense qu?il faut le voter avec beaucoup d?engagement, avec la nécessité aussi, et on en a déjà parlé dans les réunions de concertation, que la concertation continue au travers d?un comité de suivi qui, comme sur tous les projets, pourra régulièrement travailler. Il faudra que nous fassions en sorte que l?ensemble des travaux sur ce secteur soient coordonnés, mais je sais que nous y serons attentifs, parce que le futur est forcément radieux, et avec ce projet il le sera encore plus. Il faut que la période de travaux soit la plus maîtrisée possible.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire du 18e arrondissement.

Je donne la parole à Jean-Louis MISSIKA qui en profitera pour répondre et donner l?avis de l?Exécutif sur les quatre amendements et les quatre v?ux rattachés à ce projet de délibération.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci, chers collègues, pour vos interventions dont la densité et la précision montrent à quel point ce projet est important. Je pense qu?il est tout aussi important que le projet concernant la Porte de Montreuil.

C?est un projet de délibération qui vient clôturer un travail très long de plusieurs années. Je voudrais en profiter d?ailleurs pour saluer, non seulement Eric LEJOINDRE et ses collègues du 18e arrondissement qui ont travaillé sur ce projet, Jacques BAUDRIER, mais aussi Anne CHABERT qui, avec ses équipes, a piloté ce projet. Anne a pris sa retraite. C?est d?ailleurs l?ascèse de l?urbanisme que de piloter des projets qui sont sur des durées tellement longues que, parfois, on n?en voit pas le résultat concret, mais j?ai une pensée pour elle à cette occasion.

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur le sujet de Gare des Mines-Fillettes et également sur le sujet de la porte de la Chapelle à l?occasion notamment des questions d?actualité. Le Préfet de police s?est engagé à se rendre sur place avec la Maire de Paris, Eric LEJOINDRE et Mme MÉHAL, dans une approche qui dépasse les clivages politiques. L?intention est de trouver des solutions rapides pour des habitants qui se sentent effectivement abandonnés. Il y a des urgences à traiter, mais il y a aussi la longue durée, la transformation urbaine. La transformation urbaine, c?est cela qui est l?objet de notre projet de délibération de ce jour.

Il faut proposer des solutions urbaines. Dans cet esprit, nous avons travaillé avec les habitants et les associations sur le projet de Gare des Mines-Fillettes. Je confirme ce qu?a dit Eric LEJOINDRE, c?était très émouvant pour nous, les applaudissements qui ont accueilli la présentation finale de ce projet.

Je me permets de souligner également que ce projet d?aménagement vient s?ajouter aux autres projets de transformation urbaine que nous avons réussi à engager dans cette mandature. Je pense naturellement au projet de la Porte de Bagnolet qui va être débattu plus tard, mais aussi à celui de la Porte de Montreuil dont nous venons de débattre, de Bédier-Oudiné ou encore de "Inventer Bruneseau" dans le 13e arrondissement. Ces projets montrent que nous avons été capables, tout au long de cette mandature, d?apporter une amélioration du cadre de vie de nombreux habitants des quartiers populaires, avec un souhait de mixité sociale, de mixité d?usage, tout en contribuant à réduire la fracture urbaine qu?est le périphérique, et cela, en préparant sa transformation - je vais y revenir, Monsieur Pascal JULIEN - avec cet objectif central de transformer les portes de Paris en places du Grand Paris.

Ce projet urbain Gare des Mines-Fillettes vient répondre aux différents objectifs du G.P.R.U. Paris Nord-Est. Il vient s?ajouter aux secteurs en mutation de ce territoire : Chapelle International, Chapelle Charbon avec son parc, Condorcet avec son université, Hébert, Macdonald qui transforment le Nord du 18e et du 19e arrondissement pour en faire des lieux dynamiques, inscrits dans une logique métropolitaine.

Ce projet traite les dysfonctionnements que les habitants des portes de la Chapelle et d?Aubervilliers subissent au quotidien : l?enclavement, les nuisances dues au périphérique, les espaces et les équipements publics dégradés, les problèmes liés à la toxicomanie ou à l?errance. Les réflexions qui ont débuté en 2015 autour du projet urbain ont été développées par l?urbaniste Christian DEVILLERS. Ils se sont achevés en 2019 grâce au complément de l?agence de François LECLERCQ. Cette étude a été présentée aux habitants en février dernier. Je crois que les habitants adhèrent fortement à ce projet et qu?ils attendent une forte transformation urbaine.

La future Z.A.C. propose un programme équilibré et cohérent qui vient reconstruire l?interface urbaine entre Paris et la Plaine Saint-Denis, mais aussi entre la porte de la Chapelle et celle d?Aubervilliers. Ce nouveau schéma viendra atténuer l?enclavement de la cité Charles Hermite, mais aussi transformer les deux portes. Il propose une programmation équilibrée avec des surfaces de bureaux et de production au nord du périphérique, et du logement et des équipements publics au sud sur le boulevard Ney.

S?il y a vraiment un endroit où nous avons besoin de locaux de type bureau, c?est bien celui-là, parce que nous avons besoin de créer des emplois. On ne peut pas dire que nous voulons lutter contre le déséquilibre emploi à l?Ouest de Paris et logement à l?Est et au Nord de Paris, et refuser les outils qui nous permettront de créer de l?emploi au Nord et à l?Est de Paris. Ces outils, ce sont notamment les locaux d?activité et les locaux de bureaux.

Ensuite, nous avons des équipements publics au sud, sur le boulevard Ney. L?immeuble de logement social de Valentin Abeille sera transformé et il n?accueillera plus de logements familiaux. L?Arena 2, d?environ 20.000 mètres carrés, soit 8.000 places, rayonnera largement avec un programme sportif et culturel qui va bien au-delà des Jeux olympiques. Nous avons besoin de cette Arena et c?est pour cela que nous la construisons. Les Jeux olympiques sont l?occasion de la construire. Cette nouvelle offre permettra un changement positif avec un lieu de destination.

Nous proposons également la requalification de l?espace public aujourd?hui fortement dégradé qui subit des mésusages importants. Nous allons le végétaliser, le pacifier, en favorisant des circulations douces et des animations.

La création de la place centrale est un des points forts du projet. Elle viendra faire le lien entre le nouveau et l?ancien quartier. Cette jonction urbaine vivante et animée par les différents équipements publics, la crèche, l?équipement culturel, des commerces de proximité, a été proposée par les habitants lors de la concertation et a été intégrée au programme.

On a parlé de densité. Je voudrais rappeler un chiffre sur la densité du projet qui me paraît essentiel. Nous passons d?une capacité initiale de 200.000 mètres carrés envisagés en 2015 à 150.000 mètres carrés aujourd?hui, soit 25 % de mètres carrés en moins, à la suite des différentes étapes de la concertation avec les habitants. La dédensification, c?est aussi cela. Il faut un certain niveau de densité par rapport à des friches ferroviaires telles que celles-là, mais ce niveau de densité, nous l?avons réduit de façon significative.

Le logement et le cadre de vie des habitants de la cité Charles Hermite font aussi actuellement l?objet d?études par "Paris Habitat". Cette étude doit proposer des solutions pour apporter une mixité sociale, mais aussi un nouveau dynamisme économique. Elle prévoit la transformation de certains logements familiaux en colocations étudiantes et la transformation des pieds d?immeubles en locaux d?activité. Ce projet doit venir modifier ces îlots et endiguer le sentiment de relégation sociale que vivent les habitants.

C?est donc un projet fondamental pour ce quartier et pour le 18e arrondissement. Pour ceux d?entre vous qui connaissent les habitants, vous savez à quel point les attentes sont fortes.

Je vous inviterai dans un instant à vous prononcer pour la poursuite de ce projet qui devra faire l?objet d?un nouveau vote. Je vous rappelle que nous sommes à une période intermédiaire. La création formelle de la Z.A.C., nous la prévoyons lors du Conseil de Paris de décembre prochain.

Quelques mots sur les v?ux, d?abord, celui du groupe Ecologiste de Paris. Je peux vous apporter des réponses que je vous propose au nom de l?Exécutif. Le v?u pour la création d?un "Marché des 5 Continents" dans Paris Nord-Est, j?émettrai un avis favorable pour ce v?u s?il est amendé en termes de calendrier, car même si l?idée est intéressante, nous ne pouvons nous engager avant le prochain Conseil de Paris à trouver un lieu concerté avec les habitants. Je vous propose donc de garder l?ambition, mais de supprimer la phrase : "d?ici le prochain Conseil de Paris".

Le v?u sur la programmation bâtie, je vous demanderai de le retirer, sinon j?émettrai un avis défavorable au nom de l?Exécutif, car il propose des changements incompatibles avec le projet tel qu?il est décrit dans le projet de délibération et plébiscité par les habitants.

Pour le premier attendu relatif aux immeubles hauts, je me permets de souligner que, contrairement à ce qui est écrit dans le v?u, le projet urbain n?a pas d?immeubles de grande hauteur. Un I.G.H. est un immeuble de plus de 50 mètres. Ici, ce qui est proposé, ce sont deux secteurs qui peuvent accueillir des émergences de moins de 50 mètres pour du logement. Il y a trois avantages pour cette modification du P.L.U. D?abord, libérer de la surface au sol pour créer des espaces publics et sportifs de qualité. Ensuite, travailler sur un rythme de façade sur le boulevard Ney qui soit harmonieux. Il y a un vis-à-vis dont il faut tenir compte. Le paysage urbain, c?est aussi cela. Enfin, créer une intensité qui permettra aux commerces de proximité de fonctionner.

Je vous rappelle que nous sommes bien en dessous des hauteurs des tours de la porte de la Chapelle ou du quartier Michelet. Cette proposition n?a pas été rejetée, contrairement à ce qui a été dit, par les habitants. Nous avons longuement discuté avec l?association "ASA PNE" qui a effectivement émis un avis réservé à ce stade, mais n?a pas émis un avis négatif sur ce sujet. Pour la deuxième question, vous demandez qu?en plus?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Monsieur le Maire, je vous ai laissé volontairement plus de temps, mais vous êtes déjà à neuf minutes. Je dis cela parce que je ne nous vois pas, à l?heure qu?il est, terminer les dossiers de la 5e Commission, c?est-à-dire vos dossiers.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Je vous donnerai l?avis sur les amendements?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je me permettrai, si vous m?y autorisez par délégation expresse, de donner vos avis.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Absolument.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire, Jean-Louis MISSIKA.

Je vais solliciter maintenant l?avis de notre Assemblée, tout d?abord sur l?amendement 159 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Vous n?avez pas demandé cette possibilité. Je connais votre formalisme.

Monsieur JULIEN, est-ce que vous voulez retirer votre amendement ?

M. Pascal JULIEN. - Nous demandons que la concertation continue. Contrairement à ce qu?on nous a raconté, nous sommes pour la concertation. Je ne suis pas le seul à l?avoir demandé. Nous maintenons cet amendement.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, cet amendement n° 159 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L'amendement n° 159 est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 217 amendé par l?Exécutif, amendement accepté par le groupe les Républicains.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L'amendement n° 217 amendé est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 218 amendé avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L'amendement n° 218 amendé est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 219 avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L'amendement n° 219 est adopté.

Je demande à Pascal JULIEN ou à tout autre membre du groupe Ecologiste de Paris s?il maintient ou s?ils maintiennent le v?u n° 128.

M. Pascal JULIEN. - Le tout autre membre que je suis en profite pour dire que la Chapelle-Charbon est arrivée sans concertation, donc nous maintenons.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 128 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.

J?interroge à nouveau le groupe Ecologiste de Paris, et peut-être plus particulièrement Pascal JULIEN. Est-ce que le v?u n° 160 est maintenu ?

M. Pascal JULIEN. - Il porte sur quoi ?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - J?espère que vous savez sur quoi il porte, puisque vous l?avez déposé.

M. Pascal JULIEN. - On maintient. J?en profite pour dire que mettre un Algéco pour recevoir des personnels usagers de drogue dans le secteur, cela ne mangeait pas de pain.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 160 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.

Nous arrivons au v?u n° 161. Est-ce que vous acceptez l?amendement de l?Exécutif ?

M. Pascal JULIEN. - Avec un enthousiasme délirant ! Cela reporte toutes les choses à la Saint-Glinglin, mais nous sommes pour.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 161 amendé par l?Exécutif, qui donne un avis favorable.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u amendé est adopté. (2019, V. 172).

Nous arrivons au v?u n° 162 également amendé par l?Exécutif. Est-ce que vous acceptez cet amendement ?

M. Pascal JULIEN. - Oui. Je veux voir cela naître avant 2050, quand j?aurai plus de trois mandats derrière moi.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 162 amendé par l?Exécutif, avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2019, V. 173).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 47 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2019, DU 47).

2019 DU 81 - Secteur Gare du Nord (10e). - Création d?un périmètre de projet urbain partenarial. - Approbation d?une convention de projet urbain partenarial. Voeu déposé par Mme SIMONNET relatif à la restructuration des espaces publics jugés nécessaires dans le cadre du projet.