Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DAC 554 - Apposition d'une plaque commémorative en hommage à Charles Aznavour 36, rue Monsieur le Prince (6e).

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2019


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DAC 554 relatif à l'apposition d?une plaque commémorative en hommage à Charles Aznavour, au 36, rue Monsieur-le-Prince, dans le 6e arrondissement.

La parole est à M. Alexandre VESPERINI.

M. Alexandre VESPERINI. - Merci, Madame la Maire.

Je regrette, d'ailleurs que, sur un projet de délibération culturel qui concerne Charles Aznavour, il y ait aussi peu d?inscriptions dans cette Assemblée, car il s?agit non seulement de l?un des plus grands interprètes, mais aussi l?un des plus grands auteurs, chanteurs, compositeurs de musique moderne que nous ayons connu au XXe siècle. Je vois M. DUCLOUX qui opine du chef. Sur tous ces bancs, nous sommes d?accord pour convenir du fait que Charles Aznavour est probablement, comme je le disais, le génie de la chanson du XXe siècle après Charles Trenet, ou à égalité avec lui. Mais nous ne sommes pas là pour faire le "Guiness".

En tout cas, en tant qu?élu, je me réjouis et me félicite du fait que la Mairie de Paris ait décidé d?apposer une plaque commémorative en hommage à Charles Aznavour dans le 6e arrondissement, où il a vécu une partie de son existence, notamment le début. Une plaque commémorative, c?est bien, mais une place, une artère, une médiathèque, un équipement municipal digne de ce nom, ce serait mieux. Je crois que ce n?est pas forcément à la hauteur de la personnalité qu?il a eue, ni de la trace qu?il a laissée dans la société française.

Je voudrais juste dire une chose. J?ai eu la chance, comme un certain nombre d?entre vous peut-être, d?assister à l?un de ces derniers concerts. Il avait dit, de manière assez émouvante, qu?il souhaiterait qu?un acteur, un grand poète, une grande personnalité puisse lire ses textes et pas seulement les chanter. Car, comme vous le savez, ce sont des chansons à texte, contrairement à ce qu?une certaine intelligentsia a voulu faire croire ou dire dans les années 1960, 1970. Comme M. Aznavour avait eu des démêlés fiscaux, on avait décidé que M. Brassens était beaucoup plus intellectuel, plus digne d?intérêt que Charles Aznavour, alors qu?en réalité, il est du même niveau que Brassens, voire, pour certaines chansons, plus important et plus fort en termes d?émotion. Mais enfin, bon, c?est comme cela.

Je crois que la Mairie de Paris doit faire un effort supplémentaire pour rendre hommage à Aznavour, qui était un très grand chanteur. Etant le benjamin de ce Conseil de Paris, je pourrais chanter.

J?ai oublié de dire une chose : Aznavour a été aussi un grand chanteur attaché à Paris. Dans tout son répertoire musical - c?est pourquoi je regrette qu?il n?y ait pas plus de prises de parole - il y a énormément de chansons portant dans leur titre "Paris" : "Paris au mois de mai", "Paris au mois d?avril". Dans "La Bohème", il est question de Montmartre. Dans les paroles d?un certain nombre de chansons, il y a des références à des rues. La rue Sarasate dans "Comme ils disent", est une rue du 15e arrondissement trop méconnue, que Charles Aznavour a fait connaître à travers une chanson qui a été mondialement reconnue.

Je crois qu?il est important que l?on puisse rendre un hommage digne de la personnalité et de l??uvre qui étaient celles de Charles Aznavour. Je le dis en étant, encore une fois, le benjamin du Conseil de Paris, cela peut faire sens. A un moment donné, il faudrait que la Mairie de Paris soit à la hauteur. Merci.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

La parole est à Mme Béatrice LECOUTURIER.

Mme Béatrice LECOUTURIER. - Merci, Madame la Maire.

Madame la Maire, mes chers collègues, Charles Aznavour fait partie de ces monstres sacrés qui appartiennent naturellement à notre histoire, notre culture, notre patrimoine. Charles Aznavour, c?était celui que tout le monde aimait. Il faisait l?unanimité autour de lui, tant par son talent que par son histoire. L?Arménie, il ne l?a jamais oubliée, mais il sera toujours reconnaissant à la France d?avoir accueilli ses parents en 1923, alors qu?ils devaient rejoindre les Etats-Unis. Connaissant l?exode et la résistance, ils lui ont transmis les valeurs de courage et d?engagement.

Oui, on a tous dans le c?ur un petit bout d?Aznavour. Ses chansons, qui touchent la tête et le c?ur, ont su fédérer toutes les générations, toutes les sensibilités et toutes les origines. Charles Aznavour, petit Arménien devenu star internationale, c?était la richesse de la diversité, la réussite grâce à un travail acharné et la simplicité d?un homme attaché à des valeurs humanistes universelles. Il restera un exemple de longévité et d?amour de la scène, où il s?est produit jusqu?à l?âge de 93 ans. Il s?est éteint à 94 ans, en 2018, laissant à son actif 1.200 chansons.

Paris est fière aujourd'hui de lui rendre hommage par la pose d?une plaque au 36, rue Monsieur-le-Prince, dans le 6e arrondissement.

Vous me permettrez, en guise d?adieu, de reprendre les paroles de Charles Aznavour : "Adieu, tout ce qui fut nous, tout ce qui fut notre vie, adieu, ce monde un peu fou que le bonheur nous avait bâti, adieu, il me faut partir, le destin sépare les êtres que Dieu voulait réunir". Alors, adieu et merci, Monsieur Aznavour.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je donne la parole maintenant à M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement.

M. Jean-Pierre LECOQ, maire du 6e arrondissement.- Merci, Madame la Maire.

Je ne pouvais pas rester insensible à ce concert, si je puis dire, sans m?associer aux interventions de mes deux collègues, dans toute leur diversité, qui sont des amis politiques que j?aime beaucoup, comme dirait Johnny : Béatrice LECOUTURIER et Alexandre VESPERINI. Je m?associe bien évidemment à leur demande. Charles Aznavour, au cours de sa longue carrière, est à l?origine de 1.200 chansons - certains disent même 1.300 - et il a tout dit. Il a embrassé la variété. Je crois que chacun peut se reconnaître à travers une chanson de Charles Aznavour. Donc je ne dirai pas ce que vous avez fort bien dit dans vos prises de parole respectives, mais vous avez raison : il faut que la Ville de Paris, au cours des prochaines années, rende un hommage beaucoup plus grand que celui de la pose d?une simple plaque, qui ne fait que relater le fait que Charles Aznavour, jeune Arménien arrivant à Paris, alors que son père exerçait une profession modeste dans la rue Saint-André des Arts, a effectivement habité à cette adresse.

Je voulais signaler que le Conseil de Paris s?honore, néanmoins, de cette prise de décision rapide, d?autant que les auteurs sont le conseil de quartier Odéon et mon adjointe Chantal LAMBERT-BURENS, qui, la première a été informée de l?existence de cette adresse, du fait que Charles Aznavour, jeune enfant, y habitait. Elle s?est assurée que la copropriété de l?immeuble était d?accord, car, comme Catherine VIEU-CHARIER le sait, on ne peut pas mettre de plaque sur un immeuble s?il refuse.

Je tenais donc, tout en rendant hommage à Charles Aznavour comme les orateurs précédents l?ont fait, tout en s?associant à leur demande, celle d?un hommage beaucoup plus important à travers un nom donné à un équipement - mais prenons le temps de le faire au cours des prochains mois et prochaines années - rendre à ses auteurs initiaux ceux qui sont à l?origine de ce projet de délibération. Mais je suis très content que la Ville propose au vote de notre Assemblée cette plaque qui constitue, en quelque sorte, un premier hommage à un auteur immense, dont chaque Français garde la trace dans son c?ur et sa mémoire. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Catherine VIEU-CHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Je vous remercie pour toutes vos interventions. Vous avez dit des choses fort intéressantes, mais vous m?eussiez interrogée, vous ne seriez pas intervenus. Car il y aura une rue ou une place "Charles Aznavour".

Je vais d?abord répondre sur ce projet de délibération qui concerne l?apposition d?une plaque commémorative en hommage à Charles Aznavour. Car, effectivement, la disparition du chanteur - vous l?avez dit fort bien tous les trois - a ému toutes les Parisiennes et les Parisiens, et vous pensez bien que les hommages ont plu à cette époque et continueront de se dérouler.

Pourquoi ne fait-on qu?une plaque aujourd'hui ? Parce que, pour l?instant, nous sommes en relation avec la famille de Charles Aznavour, que nous avions trouvé des endroits, que nous lui avions proposé plusieurs lieux - une allée, un jardin - et que, malheureusement, elle n?a pas souhaité ces lieux-là parce que cela ne lui convenait pas, ce que je respecte tout à fait. Nous sommes donc en train de chercher d?autres lieux dans Paris. En attendant de trouver la place, l?allée, la rue, le jardin qui s?appellera "Charles Aznavour", nous avons tout de même souhaité marquer très vite dans la ville l?hommage à Charles Aznavour, pour toutes les raisons que vous avez extrêmement bien expliquées.

Cela me permet de vous parler d?un autre chanteur, parce que tous les jours, j?ai une question sur lui. Il s?agit de Johnny Hallyday. Nous avons effectivement voté un v?u à l?unanimité pour que Johnny Hallyday ait une voie, une place, un jardin, etc. On cherche. Mais vous n?êtes pas sans savoir qu?il y a quelques problèmes quant à l?héritage et aux droits concernant Johnny Hallyday, Jean-Philippe Smet à l?état civil. Et donc, nous sommes désolés, mais nous ne pouvons pas pour l?instant rendre hommage à Johnny Hallyday, parce que nous attendons que les deux familles s?entendent au moins sur ce point. Ce sera peut-être dans 10 ans.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - On ne va pas attendre aussi longtemps. Il va falloir conclure.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Pour conclure, mes chers collègues, vous pensez bien qu?à aucun moment la Ville de Paris n?aurait imaginé ne faire qu?une plaque commémorative pour Charles Aznavour. Il est évident que c?est un immense chanteur et qu?une plaque, c?est bien, mais ce n?est pas à la hauteur de ce grand poète et chanteur, de cette grande personnalité. Ce que je vous incite?

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Laissez Catherine VIEU-CHARIER finir sa réponse, parce que, là, on en est à trois minutes.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Ce que je vous incite à faire, mes chers collègues, lorsque vous avez une interrogation, c?est de venir vers moi. Vous me connaissez, je suis disponible et je vous répondrai sur toutes les interrogations et les angoisses qui vous habitent lorsqu?il s?agit d?hommages aux grandes femmes et aux grands hommes. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - C?est bien noté, chère Catherine. J?ai une demande d?explication de vote du groupe Socialiste et Apparentés.

Je donne la parole à M. Philippe DUCLOUX.

M. Philippe DUCLOUX. - Merci, Madame la Maire.

N?étant plus vice-président de la 2e Commission, je me permets tout de même d?intervenir après les différentes interventions, et surtout après les réponses de Catherine VIEU-CHARIER qui, effectivement, est toujours disponible pour dire que notre groupe s?associe, et votera ce projet de délibération qui vise à apposer, dans un premier temps, comme le disait Catherine, cette plaque au 36, rue Monsieur-le-Prince, en hommage à Charles Aznavour, chanteur, comédien, acteur, enfin, un monstre sacré qui a marqué le XXe siècle.

On peut aussi souligner son engagement par rapport à ses origines, à tout ce qu?il a fait, par exemple lorsqu?il était allé en Arménie au moment du tremblement de terre qui avait fait des milliers de morts. C?était à la fois un artiste et un homme engagé.

Vous aurez compris que mon groupe votera avec enthousiasme ce projet de délibération.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Très bien.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 554.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2019, DAC 554).