Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DFA 30 et la parole est à Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - "Écoutez, Monsieur JULIEN, votre idée d'installer sur le toit de la future halle fret dans le futur quartier Chapelle International un vaste toit d'agriculture de plus de 5.000 mètres carrés, bien sûr c'est une idée intéressante mais, enfin, vous comprenez d'abord que ce ne sera pas municipal, ce sera du privé et qu?on n'y fera donc pas ce qu'on veut. Et, quand même, l'importance? L'agriculture, il y a un poids au mètre carré, mais aussi l'étanchéité. De plus, on ne pourra pas faire cela, car, tout de même, on est en hauteur, il y a des questions de sécurité ! Comment voulez-vous faire de l'agriculture sur un toit pareil ? Attendez, vous voulez faire de l'agriculture, mais sur un toit aussi près du "périph", il faut regarder la pollution. On ne peut pas donner, comme cela, à manger des produits qui seront pollués par le "périph" voisin. Attendez ! Votre idée? Oui, d'accord, mais enfin, quel modèle économique, Monsieur JULIEN ! Franchement, un toit, puisque vous voulez du vert, un toit végétalisé, un tapis de mousse sur ce toit, ce serait quand même beaucoup plus réaliste !"

Voilà, c'était en 2011? 2012. J'étais adjoint au maire du 18e en charge des espaces verts et j'avais eu cette idée. Il a fallu me battre, non pas d'ailleurs tellement en mairie, parce que Daniel VAILLANT, et je le dis en toute amitié, il n'est pas là, il s?en "fout", il n?y connaît rien, il m?a laissé monter au charbon, il n'avait rien à perdre et tout à gagner, mais, en revanche, ici, là, à l'Hôtel de Ville, je n'y mettais jamais les pieds, sauf à ce moment-là. Oh, alors là? Alors pas de la part de Fabienne GIBOUDEAUX, évidemment, qui me soutenait, qui était une adjointe écologiste, mais de la part de la DU, de la part d'autres adjoints concernés, peut-être aussi de la culture des services qui étaient là, et qui m?opposaient?

J'avais dû aller, à mes frais, je vous rassure, à New York, à Brooklyn, visiter les toits, à Brooklyn Grange notamment, et je me souviens avoir fait circuler des photos dans une réunion qui avait lieu je ne sais où, ici, pour essayer de convaincre. Mais enfin, c?était? Et on nous a mis des bâtons dans les roues ! Je me souviens comment, avec Fabienne, et cela s'est joué de très peu, le permis de construire, en décembre 2012, c'est au dernier moment qu'on a introduit dans l?E.P.C. deux éléments : la portance de 700 kilos au mètre carré et l'étanchéité du toit. Ouf ! Ensuite, il a fallu continuer de travailler et de convaincre.

Et puis, 2013, on approche des municipales et là, effectivement, il y a un basculement et tout le monde se met à parler d'agriculture urbaine, cela devient un sujet qui cesse d'être tabou.

Mais je voulais témoigner quand même de cette résistance que les Ecologistes ont connue, à laquelle ils se sont heurtés pendant des années, parce que nous portions une utopie. Cependant, comme toujours, on a un pied dans l'utopie et un pied dans la réalité, et cela n?a finalement pas mal progressé, mais on a connu cela pour le bio, les repas végétariens. Le "périph", souvenez-vous comment, dans nos tracts des années 1980, on disait déjà qu'il fallait transformer le "périph" en boulevard urbain et comment on nous rigolait au nez ; aujourd'hui, on est ravi de voir que les idées évoluent. Je pourrais également parler de la petite ceinture, des voies sur berge - d'ailleurs, j'ai apprécié que la Maire de Paris nous donne la paternité de l?idée de libérer les voies sur berge - mais aussi de la politique vélo.

Voilà, je voulais simplement un petit brin de nostalgie, dire pourquoi avec, à la fois un mélange de fierté, oui, et de joie? Et ce n'est pas politicien de dire que nous sommes heureux de voir que les idées écologistes sont plus ou moins reprises un peu par tout le monde, même si je continue de penser qu'il n'y a pas d'écologie sans écologistes.

Nous voterons donc avec plaisir ce projet de délibération.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Pascal JULIEN, nous savons ce que nous vous devons. Je donne la parole à Emmanuel GRÉGOIRE.

M. Emmanuel GRÉGOIRE, premier adjoint. - Mirabeau a eu une très belle formule : "Il y a peu de distance du Capitole à la roche Tarpéienne." Monsieur JULIEN, je suis obligé de vous rendre hommage, comme souvent avec le groupe Ecologiste qui peut avoir de l'avance et nous inspirer. On est donc très heureux aujourd'hui de porter ce très beau projet, c'est une garantie qui permet de développer l'un des projets phares de Parisculteurs que met en ?uvre notre collègue Pénélope KOMITÈS et, évidemment, c'est un projet magnifique que je vous invite à soutenir.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le premier adjoint.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFA 30.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2019, DFA 30).