Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DAC 63 - Signature d'une convention et d'un avenant passée avec l'Association du Festival d'Automne à Paris (1er) pour l'attribution de subventions. Montant : 410.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du le projet de délibération DAC 63 relatif à la signature d'une convention et d'un avenant passée avec l'Association du Festival d'Automne à Paris (1er) pour l'attribution de subventions de 410.000 euros.

Madame MACÉ de LÉPINAY, vous avez la parole.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.

Je me suis, en effet, inscrite sur ce projet afin que notre Assemblée salue aujourd'hui de manière unanime la mémoire d?Alain Crombecque, disparu il y a un peu plus d?une semaine, en plein Festival d'automne.

Vendredi dernier, en l'église Saint-Germain-des-Prés, s'est rassemblée autour de lui la foule de ses amis, un millier d'acteurs de la culture, pleins de tristesse, exprimant leur reconnaissance et leur admiration pour l??uvre immense d?Alain Crombecque.

Je ne veux pas retracer ici sa carrière ; de nombreux articles l?ont fait et le feront.

Je veux témoigner que pour notre ville, Alain Crombecque a été un partenaire très utile et très loyal, proposant chaque année des spectacles, des concerts et des expositions hardis, superbes, parfois difficiles mais toujours exigeants et donnant du retentissement à la création de nombreux artistes.

J'ajoute qu?Alain Crombecque a multiplié les partenariats avec beaucoup d?institutions culturelles de notre ville.

Vous nous proposez de voter une subvention d'équipement destinée à numériser les archives du Festival d'automne. J'y vois aujourd'hui une coïncidence particulière, comme je remarque qu?Alain Crombecque a disparu peu après Merce Cunningham, dont il devait fêter cette année le 90e anniversaire au Théâtre de la Ville.

Les figures d?Ugo RONDINONE qu'il a installées au Jardin des Tuileries forment une ronde étrange et amusent les enfants avec leurs sourires grimaçants et leurs yeux ronds. Ils créent de la joie en cet automne attristé.

Je veux simplement dire par ces quelques mots un grand merci à Alain Crombecque pour ce qu'il a été pour nous et pour ce qu?il a fait pour la culture et tout spécialement pour notre ville.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci, Madame.

J'imagine que Christophe GIRARD aura à c?ur de s'associer à l'hommage rendu à un grand maître.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Plus que s'associer, puisque Alain Crombecque était, par ailleurs, un ami de très longue date et qu?Hélène MACÉ de LÉPINAY était à mes côtés aux obsèques d?Alain Crombecque, il y a quelques jours seulement.

J'avais dit d?Alain Crombecque qu'il était un être poétique, silencieux, profond, contemplatif, exigeant, mélancolique, un homme d'une culture immense et singulière, qui savait prendre le temps de voir et de découvrir.

D'ailleurs, j'ai passé un long moment avec ses deux proches collaboratrices, Marie COLLIN et Joséphine MARKOVITS il y a quelques jours seulement pour reparler longuement d'Alain et un peu parler de la suite avec le président Pierre RICHARD, que je vais voir dans quelques jours, car la Ville comme l'Etat, et la Ville en particulier d'ailleurs, est un partenaire indéfectible depuis toujours, depuis la création par Michel Guy en 1972, de ce Festival d'automne. Lorsque Michel Guy décéda, c'est Alain Crombecque qui venait déjà de diriger remarquablement le Festival d'Avignon, qui prit la suite de ce qui est devenu un des festivals les plus reconnus dans le monde pour la création contemporaine, qu'il s'agisse de la danse, du théâtre, de la musique, des arts plastiques ou du cinéma.

Depuis 37 ans, le Festival d'automne passe commande à des créateurs, aménage des structures de travail entre professionnels français et étrangers, présente et suscite des démarches expérimentales, accueille en France des ?uvres significatives inédites, fait découvrir les cultures non occidentales, notamment asiatiques.

Il joue depuis 37 ans un rôle d'impulsion et d'ouverture pour la création contemporaine dans tous les domaines. Il s'ouvre chaque année à de nouveaux publics en investissant la ville dans son ensemble et, d'ailleurs, vous citiez, chère collègue, Ugo RONDINONE, avec, en effet, ses sculptures extravagantes, étonnantes dans le Jardin des Tuileries, tout comme, d?ailleurs, vous auriez pu citer cette maison magnifique avec cette vidéo et cet enregistrement de ce couple qui se déchire en langue anglaise dans cette maison d?Ugo RONDINONE qui est installée dans la nef du "104" à Paris dans le 19e.

L'année dernière, le Festival d'automne a rassemblé plus de 130.000 spectateurs autour de plus de 60 projets, dans 26 lieux partenaires, soit 25 % de plus par rapport au nombre de spectateurs de l'édition 2007.

Pour la 37e édition, qui s'est ouverte le 15 septembre 2009, le Festival d?automne nous offre une programmation de grande qualité, audacieuse, inventive, instinctive, dérangeante et démesurée, comme toutes les programmations d?Alain Crombecque.

Le Festival retrouve notamment Bob WILSON, fidèle participant des premières heures, avec le "Berliner Ensemble", une mise en scène de l'opéra de quat?sous de Brecht, et rend hommage à Merce Cunningham, comme vient de le signaler mon éminente collègue Hélène MACÉ de LÉPINAY, en lien avec le théâtre de la Ville.

Et d'ailleurs, à cette occasion, un bruit persistant et répété circule au sein des services du Ministère de la Culture, nous indiquant une probable volonté de se désengager.

Sachez que la Ville sera très vigilante, à la fois pour le Festival d'automne, pour la mémoire d?Alain Crombecque, pour la mission de service public que rend ce Festival d'automne, indépendant mais soutenu, pour que l'Etat et le Ministère de la Culture jamais ne se désengagent.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 63.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DAC 63).