Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la nécessaire implantation de structures économiques dans le 15e et leur prise en compte dans les futurs projets immobiliers de l'arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2009


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u référencé n° 68 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à l'implantation de structures économiques dans les futurs projets immobiliers du 15e arrondissement.

Je donne la parole à Mme MACÉ de LÉPINAY.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY.- Merci, Monsieur le Maire.

Ce v?u part d?un constat établi en particulier par mon collègue Grégoire LUCAS, adjoint au maire du 15e.

Le 15e est très clairement sous-doté en matière d'équipements à destination des acteurs économiques.

Dans les années 1980 et 1990, la mise en place d'équipements du genre pépinières, hôtels d'entreprises, maisons de l'emploi dans les arrondissements de l'Est parisien se justifiait par le déséquilibre économique qui existait entre l'Est et l'Ouest.

Aujourd'hui, ce déséquilibre a en grande partie disparu, et l'on retrouve une situation ubuesque, où l'Ouest parisien est un désert en termes d'infrastructures municipales d'accueil des entreprises.

Le 15e arrondissement est en tout et pour tout doté d'un hôtel d'entreprise situé boulevard Martial-Valin et aura bientôt une pépinière dans la Z.A.C. "Boucicaut". C'est tout et c'est trop peu.

On attend par ailleurs la venue annoncée par Christian SAUTTER depuis longtemps, mais sans cesse repoussée d'une maison de l'emploi dans le 15e arrondissement.

Un hôtel d'entreprise, une pépinière, c'est trop peu pour la huitième ville de France, trop peu pour un arrondissement qui compte près de 25.000 acteurs économiques, dont plus de

10.000 entreprises.

La Mairie du 15e et ses élus avaient, à l?occasion des discussions sur la modification du P.L.U., suggéré au commissaire enquêteur d'installer des pépinières et hôtels d'entreprise sur diverses emprises.

Aucune des suggestions n'a été reprise par la Ville.

Ce v?u demande donc à ce que l'on fasse preuve d'un plus grand volontarisme en matière d?équipements économique et, "in fine", que la politique d'urbanisme de la Ville de Paris soit moins anti-économique.

Je vous remercie, Monsieur le Maire.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour vous répondre, la parole est à M. SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, adjoint. - Oui, Monsieur le Maire, je répondrai avec plaisir à Mme MACÉ de LÉPINAY, que de nombreux projets économiques sont en cours dans le 15e arrondissement.

Je citerai le projet Boucicaut où, comme vous l'avez dit, une pépinière va être créée, le projet de la rue de la Fédération, le projet de Beaugrenelle, qui entraînera la création de 1.200 emplois.

J'ajouterai - je sais que mon ami Jean-Louis MISSIKA y a joué un rôle important - le soutien apporté à l'Institut Pasteur, l'un des fleurons du 15e arrondissement, soutien qui permettra à l'Institut Pasteur de construire de nouveaux bâtiments avec un fort enjeu en termes d'emplois.

Je crois donc que ce que vous dites sur le développement économique du 15e arrondissement est inexact.

Je crois que la politique d'urbanisme développée sous l'impulsion d?Anne HIDALGO a pour but de créer des quartiers du XXIe siècle caractérisés par ce que les spécialistes appellent la mixité sociale et la mixité fonctionnelle. En français, cela veut dire que dans les quartiers, il y a à la fois des logements, de l'activité économique, des équipements publics et des espaces verts. La mixité sociale, c'est par exemple qu'il y a à la fois des logements privés et des logements sociaux.

Vous avez évoqué la question de la "Maison du développement économique et de l'emploi" qui s'appelle maintenant la "Maison des entreprises et de l'emploi".

Il est vrai que j?ai évoqué au cours d'un précédent conseil l'idée que la maison qui est partagée entre le 14e et le 15e arrondissement puisse s'installer 273 rue de Vaugirard.

La superficie, le loyer, convenaient parfaitement, malheureusement, la copropriété s'est opposée à ce projet et je le regrette probablement comme vous, et le projet n'a pas pu aboutir.

Nous avons eu aussi une piste sérieuse au 20 rue Lecourbe, mais le loyer était vraiment complètement prohibitif.

Je suis donc tout à fait prêt à rechercher une solution entre le 14e et le 15e arrondissement : il n'y a pas de frontières hermétiques entre ces deux arrondissements. Compte tenu du ton inutilement polémique du v?u que vous avez défendu d'ailleurs avec talent, je proposerai son rejet.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Bien. Merci, Monsieur le Maire.

Madame MACÉ de LÉPINAY, le retirez-vous ?

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Non.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - D'accord.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.