Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de gauche relatif à la situation de l’hôpital Tenon.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2010


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l?examen de la proposition de v?u référencée n° 11 G dans le fascicule, déposée par le groupe Communiste et élus du Parti de gauche, relative à la situation de l?hôpital Tenon.

Madame SIMONNET, allez-y ! Vous avez la parole.

Mme Danielle SIMONNET. - L?hôpital Tenon suit également un mouvement mais, bien entendu, si d?autres élus souhaitent faire des v?ux sur l?ensemble des hôpitaux, ils sont fortement invités, comme on les invite à faire des v?ux sur l?ensemble des personnels de santé pour notre prochain Conseil.

Sur l?hôpital Tenon, on est dans une situation extrêmement difficile, de mobilisation très forte, parce qu?il y a un manque de personnels. Comme vous le savez, lors du week-end du 2 et 3 octobre, la Préfecture de police avait dû prendre la décision notamment de fermer les urgences et de refaire un redéploiement vers les urgences des autres hôpitaux, tellement il n?y avait plus assez de personnels pour assurer les conditions minimales sur l?hôpital.

Cela révèle bien toute la difficulté de l?hôpital public en ce moment en France, à travers l?exemple de l?hôpital Tenon qui, par manque d?effectif, voit un personnel qui a des conditions de travail extrêmement détériorées, et tout cela, avec la fermeture des lits, la fermeture des salles et des conséquences extrêmement graves en termes de santé publique pour l?ensemble des patients.

Comme je n?ai qu?une minute et que je pense que je l?ai déjà écoulée, j?en arrive à la conclusion.

A travers ce v?u, nous demandons que le Conseil de Paris :

- exprime son soutien aux personnels grévistes ;

- demande à la direction de l?hôpital Tenon de revenir sur les mesures de suppression de postes, de lits et de salles et d?adapter les effectifs et les conditions de travail aux besoins des patients ;

- demande à la direction de l?A.P.-H.P. de prendre pleinement en considération les demandes des personnels de maintenir l?ensemble des services et de garantir des conditions de travail respectueuses de la qualité des soins et d?une bonne prise en charge des patients.

Je terminerai juste d?une phrase : vous savez que cet hôpital a été aussi victime de la fermeture du centre I.V.G., qu?il y a une très grande inquiétude sur la fermeture durable des urgences et qu?à ce jour où on a eu une belle réunion en mairie pour nous présenter les beaux travaux et les beaux murs de cet hôpital, tout le monde s?inquiète si, derrière ces murs, on va avoir le personnel adéquat pour que cet hôpital remplisse ses missions.

Merci.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame SIMONNET.

M. Jean-Marie LE GUEN vous répond et donne l?avis de l?Exécutif.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Merci, Monsieur le Président.

Oui, cet avis sera évidemment positif. Je dois remercier notre collègue Mme Danielle SIMONNET de poser ce v?u parce que, finalement, dans une indifférence relative, il se passe des choses extrêmement graves en termes d?accès aux soins.

Ce qui s?est passé dans la nuit du 2 au 3 octobre est à la fois tout à fait exceptionnel et, malheureusement, inclus dans un contexte qui risque de voir se renouveler ce type de situations.

Que s?est-il passé ? Tout simplement, faute de personnel, et nous sommes en ce moment structurellement dans une problématique de manque de personnels, il y a eu la nécessité de fermer les urgences sur Tenon, ce qui a été délesté sur d?autres urgences, qui elles-mêmes à leur tour ont été en limite de rupture parce qu?elles ne pouvaient pas faire face à la demande.

Ce n?est donc pas une situation isolée, mais une situation particulièrement de crise à un moment donné. Malheureusement, nous sommes dans une situation particulièrement grave pour l?Assistance publique et qui amènera vraisemblablement à des accidents très lourds.

De ce point de vue - je reviens à l?intervention de M. LAMOUR qui considérait avec autant de légèreté et de cynisme la problématique de l?accès aux soins sur la Capitale -, je voudrais que le groupe U.M.P. porte la responsabilité de son vote sur ce v?u, pour ce qui se passera inéluctablement dans les mois qui viennent.

Vous voyez que je prends date. Je le dis ici - je regrette que le M. le Président LAMOUR ne soit pas en ce moment même présent en séance - pour prendre date réellement de l?extrême gravité de la situation des hôpitaux parisiens, et singulièrement de l?hôpital Tenon et de la problématique des urgences.

On verra, à ce moment-là, si le président du groupe U.M.P. a quelque chose à dire pour justifier ces différentes attitudes en matière de politique de santé.

M. Christian SAUTTER, président. - Monsieur LE GUEN, merci pour votre réponse. D?autres présidents de groupe aussi sont absents.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Abstention de l?U.M.P.P.A.

La proposition de v?u est adoptée. (2010, V. 48 G).