Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2019 DEVE 64 - Dénomination "jardin Marie-Thérèse Auffray" attribuée au jardin de la Z.A.C. d’Alésia situé 8, rue de la Sibelle (14e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Nous revenons aux dossiers de la 2e Commission, là où nous nous étions arrêtés hier à 21 heures.

Nous examinons le projet de délibération DEVE 64, si possible dans le silence : dénomination "jardin Marie-Thérèse Auffray" attribuée au jardin de la Z.A.C. d'Alésia, situé rue de la Sibelle dans le 14e arrondissement.

Chers collègues, je vous demande un peu de silence, avant de donner la parole à Carine PETIT.

Madame la maire du 14e arrondissement, c'est à vous.

Mme Carine PETIT, maire du 14e arrondissement.- Merci, Monsieur le Maire.

"Des portraits décapants, sans complaisance, qui ont secoué le sommeil du monde." C?est ainsi que Marie-Jo BONNET, historienne d?art, parlait des ?uvres de Marie-Thérèse Auffray. C'était une femme libre, engagée, anticonformiste, assumant son homosexualité pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle s'est installée avec sa compagne dans un village normand, pour y tenir une auberge, le café-tabac du village. Elles étaient toutes les deux résistantes et l'atelier parisien de Marie-Thérèse Auffray servait à cacher des combattants alliés.

Je suis très heureuse parce que je ne connaissais pas le parcours, la vie, et l'?uvre de Marie-Thérèse Auffray, jusqu'à cette proposition de dénommer un jardin du 14e arrondissement, situé dans le quartier d?Alésia, pas très loin du parc Montsouris, pour lui donner ce nom, celui de Marie-Thérèse Auffray.

Pourquoi le 14e arrondissement ? Parce que nous avons retrouvé - c'est un travail collectif - que Marie-Thérèse Auffray avait découvert Paris, avait appris à aimer Paris, lorsqu'elle avait intégré l'Ecole des Arts Déco de Paris, et elle y avait fréquenté un atelier d'artistes de la rue d'Alésia. Elle avait ensuite eu, elle-même, son propre atelier dans la rue Gazan, très proche du jardin de la Z.A.C. "Alésia".

La Z.A.C. "Alésia" est un jardin qui n'est pas nouveau, qui remonte maintenant à quelques années. Il portait toujours ce nom tristement P.L.U. de la Z.A.C. "Alésia". Il portera, le 11 octobre prochain, le jour de l'anniversaire de Marie-Thérèse Auffray, ce nom. Je voulais remercier l'ensemble de ce travail collectif, de donner des noms féminins, des noms de femmes, à des espaces publics de Paris. J'espère que les enfants, les habitants, les amoureux de ce jardin, connaîtront et apprendront à connaître le merveilleux parcours de Marie-Thérèse Auffray, qui est un symbole dans beaucoup de domaines de son existence et de nos vies de citoyen.

Je sais, et je crois, que les descendants de Marie-Thérèse Auffray nous regardent, ainsi que les personnes engagées dans l'association qui porte son nom, pour faire connaître son travail, son parcours et sa vie. Du coup, je laisse la parole à Catherine VIEU-CHARIER, qui complétera parfaitement les éléments de la vie de cette femme, qui était restée dans l'ombre. Je vous invite à prendre connaissance de son ?uvre artistique, de ses peintures, parce qu'elle était aussi reconnue pour peindre la comédie humaine ou la comédie sociale, des portraits de personnes et de personnalités de tous les jours, mais très bien décrits dans ses peintures absolument très sensibles.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci, Carine PETIT, merci, Madame la maire.

Vous avez vous-même donné la parole à Catherine VIEU-CHARIER, donc je n'ai rien d'autre à faire.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe.- Madame la Maire, chère Carine, je vous remercie pour cette intervention. On dit souvent que l'histoire a été écrite par les hommes, l'histoire avec un petit "h". La discipline fut, il est vrai, pendant longtemps, écrite par et pour les hommes. Mais l'histoire avec un grand "H", on peut dire que les hommes n'en ont pas le monopole, et qu'il faut rendre aux femmes justice en Histoire.

En cette année du 75e anniversaire de la libération de Paris, il était important de célébrer le parcours des femmes résistantes et, dans ce quartier, Marie-Thérèse Auffray représentera une belle figure de femme libre et résistante. Elle y a peint, elle y a exposé, elle y a résisté. Cela permettra aux passants et aux flâneurs, venus profiter de ce jardin arboré, de prendre conscience du rôle crucial qu'ont joué les femmes pendant la Seconde Guerre mondiale. Un bel hommage pour celle qui fut résistante, mais aussi pour l'artiste, la peintre, la femme libre, celle qui refusait le mercantilisme de l?art et dénonçait par ses coups de pinceau les travers de la société.

Comme vous l?avez dit, Madame la maire, la famille et les proches nous regardent actuellement en direct sur Internet. J'en profite pour les saluer et leur dire que nous aurons rendez-vous le 11 octobre, date de la naissance de Marie-Thérèse Auffray, pour une belle fête d'inauguration avec les habitants du quartier Alésia-Montsouris, à vos côtés, Madame la Maire, Carine PETIT, aux côtés de la famille, des proches et des admirateurs de Marie-Thérèse Auffray.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président.- Merci beaucoup, Catherine VIEU-CHARIER.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 64.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DEVE 64).