Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe "Génération.s" relatif aux enseignements artistiques.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Le v?u référencé n° 190 est relatif aux enseignements artistiques.

Je donne la parole à Mme Léa FILOCHE, pour le groupe "Génération.s". Pardon, à Mme Nathalie MAQUOI pour le groupe "Génération.s".

Mme Nathalie MAQUOI. - Merci, Madame la Maire, mes chers collègues.

"L'art est un anti-destin", nous disait André Malraux. C'est en effet par l'art que l'homme peut défier son temps, dépasser ses déterminismes sociaux. Encore faut-il lui donner les moyens. En effet, la réforme Blanquer décriée par nombre d'acteurs de l'éducation va pousser aussi les élèves à faire des choix stratégiques et professionnels de plus en plus tôt - on y était déjà revenu au précédent Conseil -, ce qui va favoriser les choix de formations plus professionnalisantes pour le processus d?orientation et défavoriser les options sports et artistiques.

Cette réforme instaure un tri social où seuls les élèves issus de milieux culturels favorisés ou ceux qui se destinent à un milieu artistique choisiront les options artistiques au lycée. Cela va également aggraver les inégalités sociales en privant les établissements les plus fragiles de ces enseignements et priver les milieux populaires ou ceux qui voudront simplement accéder à cette pratique artistique de l'ouverture à l'art et à la culture.

Les partenariats artistiques qui permettaient la présence d'artistes transmettant aux élèves à la fois des processus de création, leurs compétences, la diversité des expériences artistiques, et qui participent à la richesse incontestable des options pour les lycéens parisiens, ne sont plus garantis et questionnent sur la qualité de l'enseignement. L'enseignement artistique dès le lycée est indispensable, notamment pour démocratiser la culture et pour un accès à l'égalité. C'est pourquoi, face à la menace de la disparition des enseignements artistiques au lycée, nous demandons que la Ville de Paris réaffirme l'importance des partenariats statutaires existants entre le ministère de l'Education nationale et celui de la Culture, pour qu?ils soient pleinement impliqués dans le déroulé des formations optionnelles artistiques. Au vu de la fermeture des options facultatives annoncée pour la rentrée prochaine et parce que nous défendons une éducation artistique et culturelle égalitaire accessible à toutes et à tous, nous demandons que la Mairie de Paris interpelle le rectorat pour qu?il facilite aux élèves la possibilité de s'inscrire dans le lycée de leur choix pour suivre un enseignement non proposé dans leur lycée de secteur.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Merci, Madame MAQUOI.

Pour répondre, je donne la parole à notre cher collègue Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE, adjoint. - Nathalie MAQUOI ne m?en voudra pas si je commence en disant que Mme LANG était moins arrogante quand elle était députée de la commission que je présidais sous la précédente législature. Me taxer de manque de sérieux - j?ai relu le v?u de l'Exécutif -, c?est que vous ne l'avez pas lu, Madame LANG. Continuez à faire des débats dans les écoles, vous ne pouvez que participer à une mobilisation encore plus forte des enseignants et des parents d?élèves contre la loi Blanquer. L'enseignement artistique, comme Nathalie MAQUOI vient très bien de le rappeler, et je sais son investissement personnel dans le 20e arrondissement, est un élément essentiel au développement et à l'émancipation des élèves. De ce fait, avec Christophe GIRARD, nous voulons très concrètement augmenter les résidences artistiques dans les collèges l'année prochaine, notamment dans les établissements d?éducation prioritaire. Le v?u porte sur la réforme du lycée et du baccalauréat, qui inquiète très légitimement de nombreux enseignants et professionnels de la culture, dont la pétition recueille déjà plus de 12.500 signatures. Même si le gouvernement réaffirme la nécessité des enseignements artistiques avec la spécialité art, dans la réalité, toute la richesse des options artistiques facultatives risque de disparaître avec la réforme du lycée et du baccalauréat. Beaucoup moins d'élèves vont pouvoir bénéficier d'un enseignement artistique, notamment dans les lycées où la spécialité art n'existera pas. C?est pourquoi j?émets un avis très favorable à l?adoption de ce v?u, sous la réserve de la suppression du premier point du délibéré du v?u. En l'occurrence, je souhaiterais que nous puissions, majorité municipale, nous rassembler sur ce v?u. Je remercie encore le groupe "Génération.s" pour son initiative.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Madame MAQUOI, acceptez-vous cet amendement ?

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Génération.s", amendée par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u amendée est adoptée. (2019, V. 276).

V?u déposé par le groupe "Génération.s" relatif à 3 lycéens du lycée Hector Guimard (19e).