Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Rappel au règlement.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Monsieur PENINOU, je vous donne la parole pour un rappel au règlement.

M. Mao PENINOU. - Merci, Monsieur le Maire.

Nous sommes réunis en Conseil de Paris depuis maintenant 3 jours. Les travaux de la 3e Commission se sont déroulés longuement et jusqu?à ce matin, et il y a quelques minutes nous avons appris par une série de tweets du journal "Le Parisien" des annonces extrêmement importantes de la Maire sur l?implantation de forêts urbaines à Paris. Nous considérons que c?est un mépris du Conseil de Paris qui n?a été informé ni par la Maire ni par l?adjointe en cause et que ceci relève d?un dysfonctionnement de la Municipalité. En conséquence, nous demandons la vérification du quorum.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - J?avoue que, venant de vous, mais alors venant de vous qui occupiez la fonction qui est la mienne actuellement, je suis scié, mais scié. Mais, après tout, c?est vrai qu?on peut ne pas avoir de mémoire et oublier la responsabilité. Dans la fonction que vous avez occupée en charge de l?organisation, du fonctionnement du Conseil de Paris, il n?y a pas pire que la demande de quorum. Vous voyez ce que je veux dire. Non, je suis désolé. Je suis désolé, vous confondez deux choses. Vous confondez deux choses. Que vous jugiez... Mais je sais. Est-ce que vous me permettez de vous répondre ? Evidemment que c?est de droit. Evidemment que le quorum va être? Mais évidemment que le quorum est de droit, je ne conteste pas le quorum. Permettez-moi néanmoins, en tant que président de séance, de constater que cette mesure, ce rappel au règlement, cette demande de quorum est en réaction avec une interview de la Maire de Paris dans un quotidien. Soit. La conséquence porte sur le travail du Conseil de Paris et sur la libre expression des élus et des groupes. Comme, de toute façon, il faudra terminer cette séance du Conseil de Paris, vous savez très bien quelle en est la conséquence : on terminera plus tard que prévu et on terminera demain soir, sans doute tardivement. Je n?arrive pas à comprendre pourquoi il y a, au-delà du constat, en sachant qu?évidemment vous pouvez manifester toute protestation, qui est légitime par nature, je ne comprends pas que vous proposiez le quorum comme mesure, si j?ose dire, de rétorsion. Bref, le quorum est de droit et, de ce fait, la séance va être suspendue. Oui, allez-y, qui demande le rappel au règlement ? Allez-y, Monsieur BERTHAULT.

M. Jean-Didier BERTHAULT. - Monsieur le Maire, il se trouve que nous avons fait une demande de rappel au règlement simultanément à celle de notre collègue Mao PENINOU, exactement sur le même sujet.

Nous avons découvert aussi sur le site Internet du "Parisien" cette interview de Mme HIDALGO, qui est quand même assez structurante, puisqu?il s?agit d?annoncer 4 forêts dans la Ville de Paris dans un an. Vous voyez en plus le délai. On est sur un troisième jour de Conseil de Paris, nous avons déjà délibéré sur un certain nombre de sujets et on nous annonce un projet aussi important.

Ainsi, en vertu de l?article 12 du règlement qui dit que les affaires relevant de sa compétence sont présentées au Conseil de Paris, nous nous associons totalement à la demande qui vient d?être faite par M. PENINOU.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur BERTHAULT. Monsieur de FROMENT ? Vous avez la parole.

M. Jean-Baptiste de FROMENT. - Oui, Monsieur le Maire, évidemment je m?associe également à ce que viennent de dire mes collègues Mao PENINOU et Jean-Didier BERTHAULT. En plus, ce n?est pas la première fois, ce n?est pas un coup d?essai pour Mme HIDALGO. Je crois qu?il y a un véritable problème.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Très bien, je vous ai entendu, en sachant que la proposition de la Maire de Paris, comme vous le savez, ne vaudra qu?une fois que nous aurons débattu et voté en Conseil de Paris, et cela arrivera inévitablement lors d?une prochaine séance. Allez-y, Eric AZIÈRE. Allez-y, exprimez-vous.

M. Eric AZIÈRE. - En tant que président de groupe, je vais m?associer aux demandes qui ont été faites. Les déclarations de la Maire étant le fait générateur, il ne s?agit pas des déclarations en elles-mêmes, mais du mépris, en effet, dans lequel elle tient les débats en Conseil de Paris, puisque ces effets d?annonce privent le Conseil de Paris de toute occasion d?en parler, de toute occasion de débat.

J?ajoute? Et j?ajoute à titre personnel que j?admire la Maire de Paris?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Chut ! Laissez M. AZIÈRE parler, c?est lui seul qui a la parole. Allez-y. Allez-y, Président.

M. Eric AZIÈRE. - J?ajoute à titre plus personnel que j?admire la Maire de Paris, j?admire sa manière de voir Paris avec des lunettes sans doute magiques et imaginaires. Elle voit des forêts partout, elle voit Paris comme la plupart des Parisiens ne voient pas Paris. Sur ce plan, je trouve qu?il y a un effet d?annonce qui va au-delà peut-être même du calcul électoral ou politicien. C?est à se demander si la Maire de Paris vit dans la réalité dans laquelle vivent les Parisiens. C?est une raison supplémentaire pour que nous vérifiions le quorum, histoire que nous voyions aussi si la réalité du Conseil de Paris se confronte au règlement intérieur.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - De ce fait, vous vous êtes exprimés et, dans mes fonctions de président de séance, évidemment je suspends la séance jusqu?à la vérification du quorum. Que voulez-vous que je vous dise d?autre ? Il y a une demande de vérification de quorum, je suspends pour vérifier le quorum. On l?a vérifié, la vérification est faite, mais on n?a pas le quorum. De ce fait, je suspends la séance en attendant que nous ayons le quorum. La séance est suspendue.

(La séance, suspendue à vingt heures cinq minutes, est reprise à vingt heures quinze minutes, sous la présidence de M. Patrick BLOCHE, adjoint).

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Chers collègues, pour répondre à un certain nombre d?interrogations, je précise que la séance est suspendue jusqu?à demain matin, 9 heures.

Je vous souhaite de ce fait une bonne soirée.

Suspension et reprise de la séance.