Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche en soutien aux infirmiers anesthésistes diplômés d’Etat en grève.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2010


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l?examen de la proposition de v?u référencée n° 10 G dans le fascicule, déposée par le groupe Communiste et élus du Parti de gauche, relative au soutien des infirmiers anesthésistes diplômés d?Etat en grève.

C?est Mme SIMONNET qui a une minute pour présenter ce v?u.

Mme Danielle SIMONNET. - Depuis sept mois, les infirmiers anesthésistes diplômés d?Etat sont en grève reconductible et demandent notamment la reconnaissance de leur qualification au grade de Master Bac+5, une revalorisation salariale et le maintien de la reconnaissance de la pénibilité de leur métier.

Il faut savoir que les infirmiers viennent de voir reconnaître leur formation au niveau Bac+3 et que, par contre, la situation des anesthésistes n?a toujours pas été changée.

(Brouhaha).

Ce n?est pas possible, je ne m?entends même pas !

M. Christian SAUTTER, président. - On vous écoute avec attention, Madame SIMONNET.

Allez-y !

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, il y a quand même une grosse mobilisation sur ce sujet depuis sept mois qui, je pense, mérite notre attention à tous.

Faut-il rappeler l?importance de leur mission et de leur qualification ? Imaginez-vous un hôpital sans des anesthésistes devant un bloc opératoire ? Il nous semble extrêmement important de les soutenir.

Il faut savoir que, pour l?instant, le Gouvernement reste sourd et a, pour l?heure, uniquement répondu à la répression des manifestants. D?ailleurs, trois de leurs collègues sont poursuivis au T.G.I., suite à un rassemblement devant le ministère qui a été vivement réprimé.

On parle souvent de la difficulté de recrutement mais les difficultés de recrutement dans les hôpitaux publics, qu?il s?agisse des anesthésistes comme de toutes les infirmières, ne relèvent pas de la fatalité. Si on payait mieux les personnels, si on arrêtait de dégrader leurs conditions de travail, on recruterait le personnel nécessaire.

J?ajoute que le nouveau projet de loi du Gouvernement sur les retraites aggrave encore la situation, puisqu?en augmentant à 42 ans la durée de cotisation requise, ce projet de loi implique pour les I.A.D.E. une retraite à 65 ou 67 ans, et ce, sans augmentation de salaire.

Ayons bien conscience que c?est la santé publique qui est mise à mal par ces politiques uniquement portées par la logique financière et que le Gouvernement, par l?absence totale de dialogue social, est responsable de la poursuite de ce mouvement.

A travers notre v?u, nous demandons que le Conseil de Paris :

- exprime son soutien aux I.A.D.E. grévistes et dénonce la répression des forces de police pendant la manifestation du vendredi 1er octobre dernier ;

- et émette le v?u que le maire intervienne auprès de la ministre de la Santé et du Premier ministre, afin de soutenir la demande d?une ouverture de négociations réelles dans les plus brefs délais.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame SIMONNET.

Je donne la parole à M. Jean-Marie LE GUEN pour donner le point de vue de l?Exécutif.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Tout à fait favorable. J?imagine d?ailleurs que le groupe U.M.P. sera nombreux à voter ce v?u également.

M. Christian SAUTTER, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 10 G déposée par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2010, V. 47 G).

Excusez-moi, Monsieur MARTINS. Je vous donne la parole maintenant, même si c?est pour une explication de vote rétrospective.

M. Jean-François MARTINS. - Tout à fait.

Je me suis abstenu très brièvement parce que, même si la revendication des infirmiers anesthésistes est réelle, je trouve dommage que l?on traite la problématique de la rémunération des professionnels de santé paramédicaux et des professionnels médicaux de manière segmentée en fonction des manifestations. Il y a un sujet beaucoup plus large. Et demander la reconnaissance au niveau Master des infirmiers anesthésistes, alors même que, par exemple, les sages-femmes qui, elles, ont une responsabilité médicolégale, qui, elles, ont un droit de prescription, ne sont, elles, pas du tout reconnues encore à ce niveau, scinder le problème est, à mon avis, la mauvaise solution.

Voilà pourquoi je m?abstiens sur ce v?u.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur MARTINS, de cette explication claire et rétrospective.