Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente.- Nous passons à l?examen du projet de délibération DAE 206 et du v?u n° 22 qui concernent les conciergeries sociales et solidaires : fixation d?un montant de redevance d?occupation du domaine public. La parole est à M. Alexandre VESPERINI pour le groupe Parisiens, Progressifs, Constructifs et Indépendants, puis à M. Philippe DUCLOUX pour le groupe Socialistes et Apparentés.

M. Alexandre VESPERINI.- Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, voilà un projet de délibération très intéressant, que j?avais eu l?occasion de rapporter en mairie du 6e arrondissement. Il s?agit d?une initiative salutaire, intelligente, qui va, je pense, favoriser l?économie de proximité, la lutte contre l?isolement, le retour vers l?emploi et le retour vers l?employabilité à travers un système de micro-entreprenariat. C?est exactement ce type de dispositif que la Mairie de Paris et tous les acteurs locaux devraient encourager.

Très concrètement, le projet de délibération nous fait un petit retour sur le lancement de ce dispositif en 2016 : la création et l?installation de 6 kiosques qui vont proposer à des dizaines de personnes éloignées de l?emploi, habitants de différents quartiers de Paris, des travaux de conciergerie, à savoir du bricolage, des menus travaux, du gardiennage d?animaux et d?autres services, permettant à un certain nombre de personnes d?avoir une aide à domicile du quotidien. Ces 6 kiosques ont été installés à partir de 2016, avec une autorisation d?occupation du domaine public. D'ailleurs, le projet de délibération traite très précisément du montant de la redevance fixe et variable que devront payer les personnes qui occuperont ces kiosques. Ce système fonctionne visiblement plutôt bien, puisqu?en 2016, nous en étions à 6 kiosques et maintenant, nous allons en avoir 4 supplémentaires, c?est-à-dire 10.

Je souhaiterais poser 3 questions d?observation.

Premièrement, comment peut-on faire mieux connaître ces kiosques ? Ce sont des conciergeries qui fonctionnent bien. Dans les quartiers où elles sont installées, elles commencent à être bien connues. Cela dépend des quartiers. Nous allons en avoir une dans notre arrondissement, le 6e. Peut-être que l?on pourrait faire plus pour faire mieux connaître ces dispositifs parce qu?évidemment, il y a une concurrence d?Internet, d?un certain nombre de plateformes de voisinage. Je pense à "nextdoor.fr" et à "marketplace", rattachées à des sites de réseaux sociaux comme Facebook. Comment faire pour mieux diffuser ces informations sur les conciergeries sociales et solidaires qui permettent de favoriser l?insertion sociale et solidaire dans les quartiers ?

Ma deuxième question concernait la digitalisation de cette offre. Je l?ai évoqué avec le "market place" et la plateforme de voisinage.

Ma troisième question : dans ce Conseil ou en tout cas dans la commission concernée, la 1re Commission, comment disposer d?informations plus précises sur l?évolution de la situation professionnelle de ces micro-entrepreneurs qui ont recours à ces kiosques avant et après cette activité ? On nous dit qu?une dizaine de personnes ont pu en profiter. Je pense que cela vaudrait le coup de connaître un peu mieux ce qui a fait que cela fonctionne bien pour eux. Y a-t-il parfois des situations d?échec, de demi-échec, des situations mitigées ? Ainsi, nous pourrions nous prononcer sur ce type de délibération l?année prochaine, je l?espère, avec davantage de précisions et avoir un état des lieux fourni. C?est la limite que je pourrais donner à ce projet de délibération : sa documentation est sommaire, alors que le sujet est très intéressant et plein de promesses. Merci.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente.- Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Olivia POLSKI. Ah, non, il y a d?abord M. Philippe DUCLOUX. Pardon.

M. Philippe DUCLOUX.- Je me disais : "Pauline m?oublie".

Je ne reviendrai pas sur les propos de mon collègue, M. VESPERINI. Nous souhaitions, nous, le 11e arrondissement, présenter un v?u, parce que le déploiement des conciergeries sociales et solidaires s?inscrit pleinement dans le champ de l?économie sociale et solidaire. C?est un secteur d?activité bien connu que la Ville de Paris défend, et que la mairie du 11e arrondissement développe et souhaite développer davantage.

Ces activités de mise en relation entre une personne nécessitant une prestation, que ce soit du gardiennage, du bricolage, du ménage, et une autre en mesure de la réaliser, avec des habitants à proximité, favorisent l?emploi local. A partir de là, les conciergeries sociales et solidaires contribuent également au développement du lien social et participent de la vie du quartier, notamment à travers l?organisation d?événements festifs, conviviaux autour de ces diverses implantations parisiennes et locales. 20 % des demandes de prestation adressées à ces structures le sont via l?une de ces implantations physiques, les 6 dont on a parlé tout à l?heure.

Nous émettons, en lien avec ce projet de délibération, sur proposition du maire du 11e arrondissement, M. François VAUGLIN, des élus et de moi-même - en l'occurrence le Conseil de Paris émet le v?u - que soit étudiée la possibilité qu?un kiosque de conciergerie sociale et solidaire occupe et anime un lieu dans un arrondissement que j?aime beaucoup, le 11e, et ce, dans un futur proche. Voilà le v?u que je présente au nom des élus du 11e arrondissement. Je vous en remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente.- Merci beaucoup. Je donne la parole à Mme Olivia POLSKI.

Mme Olivia POLSKI, adjointe.- Madame la Maire, mes chers collègues, comme cela a été largement dit, ce dispositif est extrêmement intéressant et a d?excellents retours de la population. Je ne vais donc pas le répéter.

Pour répondre à la question "comment mieux communiquer ?", nous accompagnons le dispositif "Lulu dans ma rue" depuis 2015, puisque l?expérimentation a commencé cette année-là. Cela fait qu?il y a un succès croissant. "Les Lulus" sont contactés par ailleurs par d?autres structures. Je sais que "MédiaKiosk" est très intéressé pour d?autres endroits en France. Beaucoup de communications ont été faites. Evidemment, on peut toujours s?améliorer. On fera de la communication sur nos réseaux sociaux sur les 4 nouveaux emplacements. Je ne doute pas que les mairies d?arrondissement concernées sauront relayer tout cela.

Concernant la question de la digitalisation de cette offre, je pense que c?est parce que vous n?êtes pas allé sur leur site Internet que vous en parlez. En effet, ils ont déjà un site Internet assez performant sur lequel il est possible de faire appel à leurs services directement. Il y a trois possibilités : on peut les appeler, faire une demande par Internet ou se rendre physiquement au kiosque. Je vous incite à aller voir leur site Internet.

Concernant la question des informations plus précises, vous disiez que ce projet de délibération était imprécis. J?écoute ce que vous dites. Je suis désolée, j?ai écouté. En l?occurrence, vous avez dit que c?était assez imprécis. Je vous explique. En l?occurrence, c?est un projet de délibération qui fixe le montant d?une redevance d?occupation du domaine public. Il y a déjà eu un appel d?offres et la réponse est passée avec le projet de délibération. C?était là-dedans qu?il pouvait y avoir des éléments plus précis à vous apporter sur la question de l?emploi, qui était employé et tout ce que cela donnait derrière. Je laisserai Afaf GABELOTAUD compléter puisque l?on va faire une co-réponse sur ces éléments.

Je ne vous ai pas interrompu.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente.- Allez-y, parce qu?Afaf GABELOTAUD doit répondre ensuite. Merci beaucoup. Mme Afaf GABELOTAUD pour compléter cette réponse et sur le v?u.

Mme Afaf GABELOTAUD, adjointe.- Ni sur Facebook, ni sur aucun autre réseau social, mais en direct, je vais vous répondre sur plusieurs points. Déjà, sur le v?u.

Je remercie le maire du 11e arrondissement et les élus du groupe Socialistes et Apparentés pour ce v?u, qui fait suite au vote du Conseil de Paris pour les 6 premières conciergeries sociales et solidaires. Nous avons aujourd?hui le bonheur d?en avoir 4 supplémentaires. Je précise juste que ce dispositif permet, dans le cadre du "Plan parisien pour l'insertion et l'emploi" d'engager une action volontaire en faveur de l?accompagnement des personnes les plus éloignées de l?emploi. Dans ce cadre, il s'agit véritablement d?un public très éloigné de l?emploi. Cette action en fait pleinement partie. Aujourd?hui, 500 personnes sont employées au sein de ces conciergeries. Les 6 premiers kiosques ont été une réussite, tant pour les personnes éloignées de l?emploi, qui ont retrouvé une activité, que pour les habitants, qui profitent d?un nouveau service de proximité retissant du lien social et une cohésion de territoire.

Nous proposons de voter un projet de délibération fixant le montant de redevance de l?occupation de l?espace public pour un marché de 10 kiosques de conciergerie sociale et solidaire. Concernant le v?u, j?émettrai un avis favorable à ce que soit étudiée la possibilité d'installer de nouvelles conciergeries sociales et solidaires sur Paris, dont un kiosque dans le 11e arrondissement. Par ailleurs, sur la communication, ma collègue Olivia POLSKI a répondu. En effet, si vous allez sur les sites de ces conciergeries, des prospectus sont diffusés, la communication est relativement bien faite. Sachant que ce n?est pas un modèle économique comme un autre et nous sommes là pour les aider.

Concernant l?évolution sur le public, il faut savoir qu?un "sourcing" est fait par la DASES pour repérer les personnes qui sont au R.S.A. et suivies dans ce cadre. Des chiffres commencent à remonter aujourd?hui. Ils ont aussi un "sourcing" propre qui provient du terrain. Ils vont voir les personnes en difficulté, en situation de rue. Ils ont une évaluation propre. Nous serons en mesure de pouvoir vous donner tous ces éléments prochainement, je pense. Aujourd?hui, la DASES et la DAE font un suivi précis de ce public, sachant qu?il reste très éloigné du travail, que nous faisons un travail "de dentelle". On n?est pas sur une exhaustivité, avec une obligation de résultat, comme on peut l?avoir dans certains autres domaines.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente.- Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 22 du groupe Socialiste et Apparentés, avec un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2019, V. 203).

Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DAE 206.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DAE 206).

Je vous remercie.

2019 DU 146 - Exonération de certains droits de voirie 2019 pour les commerces dont l?activité a été affectée par des troubles à l?ordre public au cours des mois de février et mars 2019. Voeu déposé par le groupe LRI relatif à l'application des exonérations aux commerçants des avenue de Wagram, des Ternes, Carnot et Mac-Mahon.