Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons aux dossiers qui sont de la compétence de Christophe NAJDOVSKI, et nous commençons avec le projet de délibération DVD 16 relatif au parc de stationnement Alban-Satragne, convention de concession pour l'entretien et l'exploitation.

La parole est à Mme la Maire du 10e arrondissement, Alexandra CORDEBARD.

Mme Alexandra CORDEBARD, maire du 10e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Je me suis inscrite sur ce projet de délibération d'abord pour dire et rappeler que nous avons besoin de ces équipements en sous-sol, pour continuer notre stratégie de désencombrement de l'espace public en surface.

Ce renouvellement de D.S.P. permet notamment, grâce au nouveau contrat, la mise en ?uvre de nouvelles places de stationnement vélo, de bornes de recharge électrique, de l'augmentation des places accessibles aux personnes à mobilité réduite, et des investissements de sécurité indispensables qui vont intervenir.

Egalement, je me félicite que cette nouvelle délégation qui sera donnée à Indigo prévoie aussi une étude que nous attendons avec beaucoup d'impatience pour le déplacement de la trémie de sortie du parking, qui permettrait de reconquérir un espace plus important notamment piéton sur l'espace public autour du jardin. Ce jardin nouveau, puisque cette délégation de service public intervient au moment clé dans le réaménagement du quartier Saint-Lazare, réaménagement en profondeur du square Alban-Satragne. Je voudrais en profiter pour faire un salut amical et remercier mon adjoint Sylvain RAIFAUD, qui a mené le projet. Ce jardin qui doit être agrandi va permettre, pour un quartier qui en a beaucoup besoin, celui de la Gare de l'Est, de retrouver un espace ambitieux pour les familles, permettant à l'ensemble des enfants du quartier de trouver un lieu. Ce square réhabilité, agrandi sur la rue du Faubourg-Saint-Denis, va également se voir accompagné de la réhabilitation des chaussées alentour qui viendront compléter un investissement de la Ville très important dans l'ancien enclos Saint-Lazare, qui a vu il y a 10 ans l'ouverture d'une école maternelle, puis d'un centre social, puis d'une crèche, puis de la médiathèque magnifique Françoise Sagan, puis d'un gymnase, et qui verra prochainement la réhabilitation de l'ancienne chapelle Saint-Lazare, notamment grâce au budget participatif. C'est tout un quartier qui se transforme. Un quartier, et cela fait écho aux discussions que nous avions hier avec le Préfet de police, qui en a bien besoin, puisqu'il est aujourd'hui notamment en grande difficulté, difficulté liée à la fois au trafic et à la délinquance qui s'y est installée. Je n'avais pas prévu de parler de cela, mais un agent de la DPE a été agressé hier. Il est absolument important que nous réinvestissions dans ces quartiers populaires comme nous le faisons à Paris aujourd'hui, et que nous puissions développer sur cet espace un vrai lieu apaisé qui nous permettra de vivre autour de la Gare de l'Est comme doit pouvoir le faire l'ensemble des habitants de Paris dans tous les quartiers. Merci, Monsieur le Maire.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Alexandra CORDEBARD.

La parole est à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Je remercie la maire du 10e, qui par son intervention montre bien que ce projet de délibération relatif au parking ne saurait être appréhendée simplement sous l'angle du parking, mais de bien voir l'ensemble de ce qui se joue dans ce quartier, les besoins qui s'y expriment et les nécessités de repenser l'aménagement de ce quartier.

Oui, finalement, ce projet de délibération est emblématique même s'il pourrait passer inaperçu dans la masse de toutes les concessions, délégations et privatisations, franchement contradictions et abandons de cette majorité. Le parking Alban-Satragne est situé en haut du Faubourg-Saint-Denis, juste avant le boulevard Magenta, et s'étend sous le jardin public qui conduit à la médiathèque Françoise Sagan, ou plutôt qui devrait y conduire, car tout a été fait pour cloisonner ce morceau de ville.

C'est un lieu où se mêlent plusieurs publics, plusieurs populations. On a des réfugiés, des sans-abri qui se reposent sur les bancs du jardin Alban-Satragne, mais hélas les accès côté médiathèque ont été fermés alors qu?il y avait un accueil dans la médiathèque de livres en français facile qui avait été pensé, très fortement mis en avant à l'ouverture de cet équipement, car cet équipement se voulait vraiment ouvert sur la ville et sur les publics vulnérables, celles et ceux qui viennent de loin, sont tout juste arrivés et vont se poser dans ce jardin.

A priori, vous allez me dire, quel rapport avec le parking ? Outre le fait que la privatisation fait ici comme ailleurs les affaires, plus du CAC40 que des Parisiennes et des Parisiens, cela nous prive de revenus qui vont dans les caisses des grands groupes, mais aussi de la maîtrise complète d'équipements qui sont insérés dans un espace public. Privatiser, c'est bloquer une politique.

Là, vous proposez que le groupe Indigo continue à emporter cette exploitation. Je voudrais attirer votre attention, le groupe Indigo sur l'exploitation des parkings municipaux, c'est grosso modo 40 millions d?euros de bénéfice net par an qui vont dans leur poche. Donc, qui ne vont pas dans les caisses de la Ville, qui ne vont pas dans les caisses des Parisiennes et Parisiens, qui ne vont pas financer des aménagements publics.

Il faut comprendre que le recours au privé nous coûte cher. Votre logique de délégation de service public, de marché, de concession, etc., nous coûte un pognon dingue, et ce pognon dingue, c'est 40 millions d?euros pour les parkings.

En gardant le parking Alban-Satragne géré par le public, on pourrait aller plus loin que ce que vient d'évoquer la maire du 10e. Oui, on pourrait totalement revoir ses accès, voire ses usages. Le jardin pourrait et doit être agrandi, les rues qui le longent rendues piétonnes, des toilettes et les douches pourraient être installées pour les personnes qui attendent un toit, leurs droits et leurs papiers. La ville pourrait être bien meilleure, et leur vie à elles et eux pourrait l'être aussi.

Mais non, à chaque fois l'important ce n'est pas de faire de la politique pour les gens, ce qui compte c'est de faire des concessions et toujours plus d'argent pour les mêmes.

Il est temps de reconquérir la ville. Cela commence par ces morceaux de souterrains ici comme ailleurs. C'est pour cela que je ne voterai pas ce projet de délibération, je ne voterai pas ce recours au privé.

Je ne sais pas les voix que vous entendez dehors, si ce sont celles de ceux qui occupent le gymnase Roquépine sans doute. En tout cas, je sais qu'ils devaient venir ce matin. Mais, faisons la ville pour aussi ces personnes-là au lieu de la faire pour de grands groupes privés qui se "gavent" sur notre dos, sur la Ville, alors que justement il y a de quoi trouver de l'argent en gérant nous-mêmes pour répondre à l'intérêt général. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci beaucoup, Danièle SIMONNET.

Je donne la parole à Christophe NAJDOVSKI, pour répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce parc de stationnement est exploité depuis 15 ans dans le cadre d'une délégation de service public. Cette délégation arrive à échéance le 6 août 2019, et il a été décidé de renouveler cette délégation de service public et de regrouper cet ouvrage avec d'autres ouvrages situés à proximité, de manière à avoir une meilleure mutualisation des ouvrages implantés dans les secteurs des gares du Nord et de l'Est. Comme cela a été notamment travaillé avec la mairie du 10e arrondissement, le renouvellement de la concession a anticipé l'hypothèse de rénovation et d'agrandissement du square Alban-Satragne jusqu'à la rue du Faubourg-Saint-Denis, et donc on est bien dans cette optique de pouvoir modifier les choses de manière à permettre cette rénovation et cet agrandissement qui participent de l'amélioration du cadre de vie du quartier. Je rappellerai que nous sommes dans le cadre d'une délégation de service public, c'est-à-dire avec un cahier des charges très précis, des obligations qui correspondent à celles définies par la collectivité publique, et des redevances également perçues par la Ville de Paris concernant cette activité de gestion des parkings.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Christophe NAJDOVSKI.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 16.

Qui est pour ?

Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2019, DVD 16). 2019 DVD 17 - Communication sur le bilan annuel des recours administratifs préalables obligatoires (RAPO) formulés au titre du contrôle du stationnement payant durant l?année 2018.