Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

les Républicains et Indépendants relatif à l’ouverture d’un centre d’accueil pour les personnes migrantes (17e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 156 relatif à l?ouverture d?un centre d?accueil pour les personnes migrantes dans le 17e arrondissement.

La parole est au maire du 17e arrondissement, M. Geoffroy BOULARD.

M. Geoffroy BOULARD, maire du 17e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais revenir sur les faits, et les faits sont d?abord des annonces de la Maire de Paris le 7 mai dernier à l?occasion d?une visite porte de la Chapelle où elle a annoncé, par voie de presse, une nouvelle fois, sa volonté de proposer deux sites à l?Etat, dans le 12e et dans le 17e arrondissement, afin d?y accueillir des personnes migrantes. En amont de cette déclaration, personne, à la mairie du 17e, visiblement dans les cabinets de ses adjoints ni auprès de ses adjoints, n?a jamais été consulté et informé d?un tel projet.

Le 27 mai dernier et malgré les nombreuses sollicitations de mon cabinet auprès des services de la Maire de Paris, aucun détail n?avait encore été fourni sur un projet impactant, important ; on parle d?accueillir des personnes migrantes et, naturellement, dans de bonnes conditions.

Le site proposé, après recherche, s?est révélé être au pied du tribunal de Paris, sur un terrain privé dont le président de la société propriétaire n?était lui-même pas au courant. Ce site se situe à proximité du tribunal de Paris, de la D.R.P.J., d'une cité judiciaire, un lieu stratégique ; il s'agit d'une parcelle, qui était pourtant en vue pour être réquisitionnée pour une éventuelle extension du tribunal de Paris. L?installation d?une telle infrastructure, à proximité directe de sites sensibles, implique naturellement le déploiement de moyens techniques et humains supplémentaires pour assurer la surveillance de ce site. Les flux générés par l?activité soutenue du parquet de Paris et, il faut le rappeler, à cet endroit précis sur le terrain de la section "terrorisme et atteinte à la sûreté de l?Etat" qui utilise la parcelle voisine de la parcelle visée par ce projet de la Maire de Paris, non concerté, le fonctionnement régulier du tribunal de Paris et de la D.R.P.J., je le rappelle, tout cela nécessite une sécurité maximale, tant des visiteurs que des personnels. Il ne s?agit pas de polémiquer sur le fait d?accueillir un centre de migrants, puisque le 17e arrondissement l?a fait, avenue de Clichy, mais l?annonce non concertée, non préparée est tout à fait inacceptable. Je demande donc simplement, après la mobilisation notamment du président du tribunal de Paris, du procureur de la République, de la Préfecture de police, que la Maire de Paris renonce à ce projet sur ce site précis. Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire du 17e arrondissement.

La parole est à Dominique VERSINI, pour vous répondre.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, Monsieur le Maire du 17e arrondissement, cher Geoffroy BOULARD, je mesure bien et je vois votre émotion, mais je pense que vous racontez les faits de façon assez biaisée évidemment.

La Maire de Paris n?a pas proposé un site dont elle n?est pas propriétaire. A l?occasion d?une discussion avec le Préfet de Région, M. CADOT, qui recherche des lieux et des sites pour ouvrir des centres d?accueil, ce qu?il appelle C.A.E.S. ou centres de réfugiés, C.A.D.A., centres d?accueil pour demandeurs d?asile ou centres pour réfugiés, la Maire de Paris lui a fait savoir qu?il y avait deux options à Paris, à sa connaissance : un terrain dans le 12e arrondissement et dont nous avons parfaitement connaissance puisque Paris en est propriétaire ou est en train de le devenir - nous pouvons le faire - et un terrain dans le 17e arrondissement, où c?est tout à fait différent. La Maire de Paris n?a pas dit "nous avons un site, vous pouvez y aller". Cela ne s?est pas passé comme cela.

Un propriétaire privé, partenaire de l?association "Emmaüs Solidarité", a fait savoir à Emmaüs Solidarité avec qui il travaille déjà qu?il avait un terrain qu?il souhaitait mettre à disposition exclusivement d?Emmaüs Solidarité pour accueillir des personnes, qu?elles soient S.D.F. ou qu?elles soient migrantes, peu importait pour ce propriétaire privé. Ainsi, Emmaüs nous l?a fait savoir et l?a fait savoir au Préfet de Région, et Anne HIDALGO n?y a pas vu, effectivement, tous les problèmes que vous mettez en valeur, de dangerosité, de terrorisme etc., d?autant qu?il s?agit quand même, et Colombe BROSSEL l?a précisé l?autre jour, de 700 fonctionnaires de police qui gardent le tribunal de Paris. On n?est donc pas du tout sur un site extrêmement fragile. Le Préfet de Région, de toute façon, a pris note de l?existence de ce lieu et a conclu sur le fait qu?il était en train de faire une instruction.

Nous en sommes là. Absolument, nous avons un courrier de M. CADOT, Monsieur le Maire.

Je ne voudrais pas qu?on retombe sur des débats comme celui qu?on a eu dans le 16e arrondissement qui était quand même assez indigne. Regardez la carte et vous verrez qui accueille dans Paris et qui n?accueille pas de l?hébergement. Eh bien, je suis désolée, tout le monde doit accueillir parce que partout il y a un problème, partout les S.D.F. et les migrants posent problème. Et demandez aux maires d?arrondissement si d?avoir 1.000 personnes, ou au maire du 19e, si ce n?est pas un problème pour eux. Oui, mais ils le font. C?est un devoir, on doit les accueillir et d?ailleurs c?est à l?Etat de les accueillir, donc c?est à l?Etat de prendre ses responsabilités sur le site du 17e arrondissement, et nous mesurerons leur degré de responsabilité. Merci. Vous aurez compris que je suis défavorable à votre v?u.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire, c?était effectivement assez clair. Je mets aux voix ce v?u n° 156? Oui, excusez-moi, je ne vous avais pas vu, Monsieur le Maire du 17e arrondissement ; je vous donne bien entendu la parole pour répondre à Mme VERSINI. Vous avez une minute.

M. Geoffroy BOULARD, maire du 17e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire. Madame VERSINI, je vous remercie pour ces précisions, même si tout cela est quand même bien imprécis. Je n?ai pas raconté une histoire, j?ai dit ce qu?il s?est passé et qu?il y a eu une annonce dans la presse, une communication. Le site pouvait tout à fait être proposé au Préfet de Région sans qu?on communique, puisque les élus locaux n?ont pas été mis dans la boucle, et vous-même, vous n?étiez pas mise dans la boucle, je l?ai appris plus tard. Je dénonce donc une nouvelle fois le fait qu?on communique sur des projets qui ne sont absolument pas ficelés. On parle d?accueillir des personnes migrantes, on ne parle pas de construire un bâtiment. On parle d?accueillir des êtres humains. Je trouve que la gestion de ce dossier est proprement scandaleuse, au mépris des élus locaux, car vous savez très bien que pour accueillir des personnes migrantes il faut aussi des infrastructures autour ; il y a des écoles, etc., voilà. On n?a absolument pas été informé. Accueillir des personnes migrantes, il n?y a aucun problème à partir du moment où les conditions sont réunies. Or elles ne le sont absolument pas au pied du tribunal de Paris et de la D.R.P.J., vous le savez très bien. Le Préfet de Région, vous le savez très bien, a dû vous dire évidemment qu?il allait instruire, mais il est opposé, et vous ne l?avez pas dit en séance. Il est opposé à ce site. Je trouve une nouvelle fois qu?il y a beaucoup de communication mais très peu de concertation et surtout très peu de préparation pour une telle arrivée et pour une telle implantation dans le 17e.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire, pour cette explication de vote qui nous amène à comprendre que vous allez voter votre v?u.

Ce v?u a néanmoins reçu un avis défavorable de l?Exécutif et je le mets aux voix.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme NAHMIAS et le groupe LRI, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.