Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

- Subventions (25.00 euros) à 7 associations pour le financement de 7 projets au titre de la thématique "Genre et espace public".

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DDCT 7 relatif à l'attribution de subventions à sept associations pour le financement de sept projets au titre de la thématique "Genre et espace public".

La parole est à Mme Joëlle MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - Merci, Madame la Maire. La dernière étude de l?Institut national d?étude démographique sur les violences de genre nous rappelle que, en France, un quart des femmes âgées de 60 à 69 ans est victime chaque année d?une des nombreuses formes que peut prendre la violence sexiste dans l?espace public : insultes, dragues importunes, harcèlement sexuel ou encore violences physiques et sexuelles. La liste est longue et ces chiffres nous montrent la distance qui nous sépare encore d?une véritable égalité des genres dans l?espace public, des genres et des orientations sexuelles d?ailleurs, comme nous le rappellent quasi-quotidiennement l?actualité des faits divers et ces agressions homophobes, lesbophobes ou transphobes. Si les deux phénomènes sont liés, c?est qu?ils sont généralement les fruits d?une même culture, cette culture du viol à la française dont parle Valérie REY-ROBERT dans un ouvrage récent - une culture patriarcale qui prend des formes spécifiques dans notre pays, le pays de l?amour, de la grivoiserie et de la gauloiserie.

Le projet de délibération qui nous est présenté vise précisément à lutter contre les stéréotypes oppressifs véhiculés par cette culture. Cette lutte passe à la fois par une déconstruction des préjugés sexistes au sein de groupe d?échanges, tels que ceux proposés par l?association "Archipélia" et ses "Lundis Femmes solidaires", mais aussi par des études genrées des usages dans l?espace public, telle que celle menée par l?association "Genre et Ville". Les marches exploratoires sont un autre outil privilégié de ces associations ; elles permettent notamment la réappropriation de leur quartier par des femmes qui n?osent souvent pas l?explorer de peur d?être victimes de ces violences. Ces marches sont aussi l?occasion d?identifier des problèmes propres à chaque territoire en termes d?égalité de genre et de sexe, et de proposer des idées novatrices quant à l?aménagement de l?espace public vers plus d?inclusivité.

Si le mouvement "Me Too" a marqué une étape importante dans le combat pour l?égalité, c?est par des actions telles que celles portées par ces associations qu?il continue au quotidien. Aussi, les Ecologistes voteront avec enthousiasme pour ce projet de délibération. Je vous remercie.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie. Pour vous répondre, je donne la parole à Hélène BIDARD.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Merci beaucoup, Madame la Maire.

Chers collègues, notre ville rayonne bien au-delà de ses propres frontières et c?est aussi pour cela que nous devons être exemplaires dans notre capacité à inclure, à protéger et à veiller sur toutes les habitantes de Paris.

Les femmes représentent 53 % de la population parisienne - des femmes talentueuses, conquérantes, solidaires, des jeunes femmes, des mères, des femmes plus âgées, des travailleuses, des usagères, des femmes plus vulnérables, invisibilisées aussi, isolées, des femmes victimes de violence. Leur point commun à toutes, malheureusement, vous l?avez dit, c?est d?avoir fait l?expérience, quels que soient leur âge, leur origine, leur lieu d?habitation et leur classe sociale, d?un sentiment d?insécurité et d?exclusion de l?espace public par du harcèlement de rue sous différentes formes.

Cette exclusion trouve son origine dans la sexuation du monde - par Geneviève FRAISSE, la philosophe, mais nos références se rejoignent néanmoins - dont j?ai déjà eu l?occasion de parler dans cet hémicycle. Schématiquement, aux hommes l?espace public, et l?espace politique d?ailleurs ; aux femmes, l?espace privé et domestique.

Dans un contexte d?impuissance assez manifeste de l?Etat, malgré la création du délit d?outrage, dans cette capacité à assurer la sécurité des femmes et à lutter contre les violences par manque de moyens dans les espaces publics, les efforts fournis ces dernières années par la Ville de Paris sont importants. Ce projet de délibération vous propose d?ailleurs de soutenir une partie des associations intervenant sur le terrain aux côtés des Parisiennes via une démarche de prise en compte du genre dans l?espace public. Il s?agit tout d?abord de poursuivre les marches exploratoires de femmes dans les quartiers ; 10 marches ont eu lieu à ce jour, sans compter celles faites par d?autres partenaires comme la R.A.T.P., permettant d?une part un "empowerment" des participantes, mais aussi de faire des préconisations extrêmement concrètes pour les futurs projets d?aménagements urbains ou architecturaux. Dans la même veine, nous proposons de soutenir les recherches-actions sur la place des femmes dans Paris, permettant de bien analyser et proposer des solutions appropriées en termes d?aménagement et d?urbanisme. J?émets ici d?ailleurs le souhait que, dans un avenir proche, nous incluons systématiquement le critère du genre dans toutes les commandes d?études quantitatives et qualitatives que nous passons avec différents organismes comme l?APUR. Ces données seraient fort utiles au développement de politiques publiques toujours plus inclusives pour permettre de compléter nos politiques publiques en ce sens. Je pense également bien sûr au guide "Genre et espace public" qui était à destination des professionnels de l?aménagement et de l?urbanisme de la Ville de Paris. Une deuxième édition est en cours de réalisation et sera présentée courant septembre pour organiser la lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel, l?aménagement, la mobilité, le développement durable, la résilience, la vie nocturne aussi, la participation citoyenne, le sport, les représentations symboliques - toutes les bonnes pratiques y sont référencées pour que les différentes directions de la Ville de Paris puissent travailler sur ce sujet. Cette démarche permet aussi l?intégration du critère de genre, de prise en compte du genre dans les projets d?urbanisme sur les sept grandes places parisiennes actuellement en rénovation. Une réflexion pour l?exclusion de toute publicité sexiste ou discriminatoire fait aussi partie de ce que nous portons pour lutter contre le harcèlement de rue dans les contrats de concession passés ou en cours de la mandature. Parmi les actions que nous vous proposons de soutenir, il y a également l?ensemble des outils permettant la participation collective des femmes dans les instances de la vie institutionnelle, démocratique et citoyenne ; un atelier d?autodéfense, pour que les femmes se sentent plus libres de se déplacer dans toutes les rues. Je vous rappelle que nous accueillons, par exemple, la Coupe du monde de football dans notre pays. Vous retrouverez un projet de partage de l?espace public ciblé sur les équipements sportifs de proximité, en accès libre, pour les rendre plus sécurisés et avec plus de visibilité pour le public féminin. J?en profite donc, puisqu?il me reste un peu de temps, pour saluer le travail de la Ville pour l?accompagnement de la Coupe du monde de football qui non seulement donne de la visibilité au sport féminin, permet un débat plus large sur la place des femmes dans le sport, mais laissera à n?en pas douter un héritage dans notre manière d?appréhender les grands événements sportifs et sur la place des femmes dans ces événements sportifs. Bien sûr, je parle aussi pour les Jeux olympiques de 2024. D?ici la fin de l?année, vous le savez, nous ouvrirons la Cité de l?égalité et des droits des femmes dans le 6e arrondissement. Elle sera conçue et aménagée par des collectifs de femmes urbanistes et architectes et elle a vocation à donner une visibilité accrue et une place nouvelle aux femmes et aux combats féministes à Paris. J?espère qu?elle nous permettra d?avancer en ce sens.

Mme Véronique LEVIEUX, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDCT 7.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2019, DDCT 7).