Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au Palais de la Femme.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous en arrivons au v?u référencé n° 159 relatif au Palais de la Femme. Je donne la parole à Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Le Palais de la Femme, qui est situé au 94 rue de Charonne, a été créé à l?origine comme résidence sociale destinée aux femmes précaires, pour des périodes de courte durée devant déboucher, avec l?aide de l?Armée du Salut, en logement pérenne. Mais, dans les faits, au lieu d?y rester au maximum 2 années, les femmes bien souvent y restent pendant 5 à 10 ans, voire plus de 24 ans pour certaines, faute de propositions de relogement. Il faut savoir que l?Armée du Salut, pour gérer ce lieu, bénéficie de subventions publiques conséquentes pour assurer à la fois un suivi social et des conditions de vie décentes et dignes. La question qui est posée, face à un conflit qui dure depuis plus de 3 ans, vise à savoir si l?Armée du Salut a suffisamment de moyens ou s?il y a un défaut, un problème dans l?organisation du lieu. Il faut savoir en effet que, depuis 3 ans, des femmes résidentes du Palais de la Femme se sont constituées en collectif pour faire entendre leurs droits à des conditions dignes, car elles sont dans de toutes petites chambres avec des loyers qui, au mètre carré, correspondent au prix du logement social mais avec des situations extrêmement difficiles, avec des problématiques de punaises de lit, des problématiques de cafards, des problématiques de souris, de rats ; il n?y a pas assez de cuisines, il n?y a pas assez de salles de réunion, il y a différentes difficultés comme cela. Mais il y a un autre problème. Au départ, c?était vraiment le Palais de la Femme, c?était un lieu exclusivement réservé aux femmes. Or, depuis quelques années, la mixité a été introduite sans que cela ne pose de vrais problèmes, parce qu?on est aussi face à des femmes qui ont souvent subi des violences physiques, des violences sexuelles, et se retrouver dans un lieu mixte, s?il n?y a pas un dispositif particulier, c?est un vrai problème. Ainsi, à travers ce v?u, je voudrais rappeler notre attachement au Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion. La Ville de Paris et les associations se sont engagées à permettre la participation des personnes à l?élaboration de la mise en ?uvre des actions et des politiques qui les concernent. J?ai eu aussi, pas simplement les femmes du Palais de la Femme qui sont en collectif, en contact, j?ai eu aussi?

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci?

Mme Danielle SIMONNET. - ? la responsable du centre et je souhaite à travers ce v?u, vraiment, que la Ville de Paris joue son rôle de médiation pour faciliter le dialogue et surtout l?évolution des conditions pour les résidentes et, en même temps, qu?il y ait une vraie réflexion pour que le Palais de la Femme redevienne véritablement le Palais de la Femme.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Madame SIMONNET.

La parole est à Mme Dominique VERSINI, pour vous répondre.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, chère Danielle SIMONNET, ce v?u que vous présentez vise à nous faire part des revendications de certaines résidentes du Palais de la Femme, vous l?avez rappelé, lieu historique géré par l?Armée du Salut dans le 11e arrondissement. Vous nous dites que les revendications de ces résidentes n?ont été prises en compte par personne. Néanmoins, je note que dès les premières contestations, qui sont légitimes, qui arrivent, l?équipe de direction du Palais de la Femme leur a proposé une réunion visant à ouvrir le dialogue, mais une seule personne du collectif s?est présentée à cette réunion. Je veux également rappeler que la mairie du 11e arrondissement a rencontré par deux fois ces mêmes résidentes ainsi que les militants associatifs qui les soutiennent. Ces femmes vivent dans un centre d?hébergement, c?est vrai. Vous dites qu?elles ne sont pas écoutées ; je pense que ce n?est pas exact. Vous dites que la qualité n?est pas au rendez-vous au Palais de la Femme ; je pense que ce n?est pas tout à fait exact non plus. En effet, en 2018-2019, le Palais de la Femme, soucieux d?améliorer la qualité du service rendu et des espaces collectifs, notamment des cuisines, s?est engagé dans une révision de son projet d?établissement pour apporter, justement, des réponses au collectif des résidentes. Concernant les budgets, le Palais de la Femme reçoit des budgets pour l?hébergement et reçoit des financements publics ; il reçoit aussi les loyers versés par les résidentes. Aussi, il est obligé de faire appel à des dons du grand public pour assurer le fonctionnement de l?établissement. Concernant la mixité, cela vous choque, mais, je suis désolée, cela a été voté par les résidentes après plusieurs réunions de concertation en 2012 et 2013. Concernant l?accès au logement, la même Armée du Salut, pour des femmes qui ne veulent absolument pas être dans des lieux mixtes, a ouvert et a mis ses locaux à disposition dans la Cité de refuge, la Cité des Dames. Vous voyez donc bien que les choses sont vraiment entendues. Enfin, je voudrais terminer en disant que la Fondation de l?Armée du Salut se caractérise par une longue tradition d?accueil et de participation des personnes accueillies. C?est à l?Armée du Salut que sont nés les premiers comités consultatifs de personnes accueillies. Par ailleurs, au Palais de la Femme, vous dites que personne n?écoute personne. Or, tous les trimestres, il y a des réunions avec les résidentes et il y a des réunions d?étage tous les mois. Vous aurez quand même compris que compte tenu du biais par lequel vous abordez ce v?u, je suis défavorable à ce v?u qui ne représente pas la grande majorité des avis des 374 résidentes du Palais de la Femme.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Dominique VERSINI. J?ai une explication de vote, pour le groupe Communiste - Front de Gauche, de Raphaëlle PRIMET.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Simplement pour dire que j?ai moi aussi rencontré des femmes qui font partie de ce collectif. On ne va pas pouvoir voter ce v?u, car il y a beaucoup de choses dont on n?a pas la certitude. En revanche, cette parole existe, ces femmes disent des choses. Est-ce qu?il n?y a pas moyen d?avoir un diagnostic, ce que demande un peu Danielle dans son v?u ? Il y a aussi des questions sur le prix des loyers et sur le relogement, qui sont tout de même des choses dont on pourrait parler. Ainsi, on s?abstiendra.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci pour cette explication de vote. Abstention de votre groupe, Madame PRIMET. Je demande donc à Danielle SIMONNET si elle retire son v?u, peut-être, compte tenu de ce qu?a exprimé Dominique VERSINI.

Mme Danielle SIMONNET. - Je pense que s?il y a depuis 3 ans un collectif qui s?est mis en place, on ne peut pas lui répondre que tout va bien au Palais de la Femme. Je maintiens mon v?u.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme SIMONNET, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.