Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains et Indépendants relatif à l'attribution de la Citoyenneté d'Honneur de la Ville de Paris aux journalistes, écrivains et intellectuels emprisonnés en Turquie.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2019


 

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant au v?u référencé n° 203 relatif à l?attribution de la Citoyenneté d'Honneur de la Ville de Paris aux journalistes, écrivains et intellectuels emprisonnés en Turquie.

La parole est à Mme Alix BOUGERET, pour deux minutes.

Mme Alix BOUGERET. - Merci, Madame la Maire.

Le rôle et la valeur de la Citoyenneté d'Honneur sont de reconnaître un combat pour les libertés fondamentales et de protéger son ou ses récipiendaires. Selon Reporters sans Frontières, l'année 2018 est marquée par une montée de l'hostilité contre les journalistes. 66 journalistes sont décédés dans le monde et 20 pays sont en situation très critique au regard de la liberté de la presse. Dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans Frontières, la Turquie occupe la 150e place sur 180 pays, révélant ainsi que la situation des médias est devenue particulièrement critique depuis la tentative de coup d?Etat en juillet 2016. Il est ainsi à déplorer la fermeture de 160 organes de presse, 2.500 journalistes privés de leur emploi, 123 contraints à l'exil, sans compter les biens de 50 journalistes saisis, et surtout 100 journalistes actuellement emprisonnés à la suite de procédures judiciaires expéditives. Malgré la dénonciation par la diplomatie française de ces atteintes répétées contre ces professionnels de l?information, certains journalistes ont vu leur condamnation durcie par des peines de 10 années de prison, voire de réclusion à vie. Nous considérons, avec mes collègues du groupe les Républicains et Indépendants, et je crois partager cette exigence avec chacun d?entre vous dans cette Assemblée, que s'attaquer à la presse, c'est faire reculer tout un pays, et qu'une presse libre et indépendante constitue le fondement d'une vraie démocratie. Pour ces raisons, nous vous demandons que la citoyenneté d'honneur de la Ville de Paris soit attribuée à tous les journalistes, écrivains et intellectuels turcs emprisonnés pour les assurer du soutien du Conseil de Paris dans leur combat pour la liberté d'expression, et que cette distinction soit remise en leur nom à Asli ERDOGAN, écrivaine exilée à Francfort, lauréate du prix Simone de Beauvoir, porte-parole de la résistance de l'ensemble des professionnels des médias turcs. Je vous remercie.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Merci, Madame BOUGERET.

Pour vous répondre, je donne la parole à M. Patrick KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Je voudrais, pour commencer, remercier Alix BOUGERET et, je crois, le groupe les Républicains pour ce v?u. Il est important, et je vais devoir y opposer un avis défavorable, mais je voudrais vous en expliquer les motifs, qui n'est pas du tout un désaccord sur le fond, bien au contraire.

La situation de la Turquie au regard des droits fondamentaux des droits de l'homme est absolument accablante, probablement par l?ampleur, la pire au monde. Ce pays est en train de devenir une prison pour tous les esprits indépendants, ou ceux qui sont supposés l'être, qu'il s'agisse d'élus locaux, de magistrats, d'avocats et évidemment de journalistes ou d'intellectuels.

Nous avons déjà eu l'occasion, ici au Conseil de Paris, de voter la citoyenneté d'honneur à un journaliste éminent qui a échappé de peu à la mort, Can DÜNDAR, alors qu?il se rendait à son propre procès. Can DÜNDAR était là avec nous. Nous avons eu l'occasion, devant les mairies parisiennes, d'afficher les portraits de journalistes turcs emprisonnés avec l'artiste C215. Nous avons accueilli, ici à l'auditorium, au mois de septembre dernier, Asli ERDOGAN, pour une conversation sur la situation des intellectuels en Turquie. Je crois que nous devrons y revenir. Nous ne pouvons pas voter une citoyenneté d'honneur de manière générale, et c'est le premier motif de refus. De plus, nous avons déjà une citoyenneté d'honneur sur la situation de la presse en Turquie et, malheureusement, nous ne pourrions à chaque séance y revenir tant la situation est grave. Il faut aussi constater, et je veux vous rendre cette justice, que la situation se dégrade en Turquie, que des universitaires français notamment, qui étudient ou qui travaillent en Turquie, sont empêchés ou incarcérés, que la situation des journalistes ne cesse de se dégrader. J'aimerais que vous retiriez votre v?u, mais que nous continuions de travailler ensemble. Je voudrais finir mon propos sur une note d'espoir. C'est évidemment la situation des élections locales en Turquie qui a vu la victoire inattendue mais extrêmement importante, dans trois villes majeures, Istanbul, Ankara et Izmir, de figures d'opposition à ERDOGAN. Nous allons être en mesure de travailler avec des villes qui vont redevenir des villes seules et peut-être, par ce biais, faire des choses extrêmement utiles sur le terrain de la protection des droits des défenseurs des droits de l'homme en Turquie. Voilà les motifs pour lesquels je veux d?abord vous remercier, puis vous demander néanmoins de retirer votre v?u pour les raisons que je viens d'expliquer et que, j'espère, vous aviez bien compris.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Madame BOUGERET, acceptez-vous de retirer votre v?u ?

Mme Alix BOUGERET. - Je vais remercier Patrick KLUGMAN de rappeler cet engagement collectif en faveur de la liberté de la presse et sur la situation en Turquie, et nous retirons notre v?u.

Mme Antoinette GUHL, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Merci, Monsieur KLUGMAN.

V?u déposé par Mme SIMONNET relatif à l'attribution de la citoyenneté d'honneur de la Ville de Paris à Julian Assange.