Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants relatif à l'amélioration du cadre de vie du quartier Porte de Saint-Ouen - Porte Pouchet.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Nous en arrivons au v?u référencé n° 69 relatif à l'amélioration du cadre de vie du quartier porte de Saint-Ouen - porte de Pouchet.

Je redonne la parole à Jérôme DUBUS, pour le défendre.

M. Jérôme DUBUS. - On a parlé du Nord-Est parisien, on peut aussi parler du quartier porte Pouchet porte de Saint-Ouen, où on a eu des incidents assez graves, dans la journée du 16 juin avec des bandes qui se sont affrontées. Ce n'est pas la première fois que nous avons ce phénomène dans ce quartier. Il y avait un calme relatif jusqu'à maintenant, et malheureusement nous avons dû enregistrer cet affrontement, il y a environ trois semaines.

Il y a un certain nombre de mesures qu'il faut prendre, c'est tout l'objet de ce v?u. Cela s'adresse à la fois à la Mairie de Paris et à la Préfecture de police, puisque les deux sont en cause, si je puis dire.

Nous demandons, dans ce v?u, premièrement que ce quartier soit classé zone de sécurité prioritaire sur la porte de Saint-Ouen et sur la porte Pouchet.

Deuxièmement, nous demandons qu'il y ait une réunion d'information dans les meilleurs délais, organisée par la Mairie de Paris, la mairie du 17e et la Préfecture de police, de manière à sécuriser et rassurer les habitants.

Troisièmement, nous demandons qu?il y ait une campagne de prévention renforcée à l?égard des riverains pour cet été. Il est d'ailleurs un peu tard, mais rien n'est encore définitif sur ce sujet.

Quatrièmement, nous demandons qu?il y ait un renforcement sur ce quartier du plan de vidéo-protection de la capitale, avec l'installation de plusieurs caméras. Cela fait plusieurs fois que nous le demandons. Enfin, nous demandons que nous ayons un programme beaucoup plus large de réinvestissement de l'espace public dans le quartier de la porte de Saint-Ouen et de la porte Pouchet, notamment en matière de propreté, de lutte contre les exclusions et d'amélioration du cadre de vie. Toutes ces mesures conjuguées, mesures de prévention, mesures d?information et mesures de vidéo-protection, permettront vraisemblablement à ce quartier d'avoir une vie plus tranquille pour ses riverains et pour ses habitants.

Je vous remercie.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Jérôme DUBUS.

Je donne la parole à Colombe BROSSEL, pour répondre.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Monsieur DUBUS. Difficile de répondre à autant d'interpellations sur autant de sujets en deux minutes.

Le v?u n'a pas été déposé en Conseil du 17e, il arrive directement ici. D?accord.

J'imagine que M. BOULARD, le maire du 17e, vous l'a dit. Nous nous sommes réunis autour des sujets de prévention et de sécurité, il y a de cela quelques jours à la mairie du 17e, avec le maire, l'ensemble des services de la Ville, le commissariat, les clubs de prévention spécialisée et l'antenne jeunes. Nous avons travaillé ensemble à bâtir les actions d'urgence et les actions de moyen terme, et les actions de long terme.

Je pourrais vous parler de l'ensemble des quatorze actions proposées dans le cadre de la stratégie parisienne de prévention des rixes, à l'initiative d'Anne HIDALGO. Je pourrais vous dire que le 17e arrondissement a déployé un dépliant de prévention des rixes, extrêmement bien fait. Il y a beaucoup de choses qui se font et qui se mettent en ?uvre. Pour autant, je ne me sens pas ici, dans cet hémicycle, de pouvoir proposer, en l'absence du maire du 17e arrondissement, un cadre de travail en direction des habitants.

Geoffroy BOULARD le sait, à chaque fois qu?il aura besoin de l'action des services de la Ville en matière de prévention comme de sécurité, quels que soient les sujets, nous serons présents. Je serai présente, comme je l'étais il y a quelques jours et je continuerai à l'être, parce qu'il y a une politique publique qui est déjà bien enclenchée. Elle reste certainement à améliorer et nous étions encore hier en train d'échanger avec le maire du 17e. Mais il y a des cadres et des lieux pour le faire et je le ferai bien volontiers. C'est pourquoi je vous proposerai de retirer ce v?u ou, à défaut, j?apporterai un avis négatif. Non pas sur le fond, mais parce qu'il y aura de meilleurs cadres dans la mairie du 17e pour échanger et travailler.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Colombe BROSSEL.

Madame la Représentante du Préfet de police, je vous donne la parole.

Mme LA REPRÉSENTANTE DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.

Effectivement, ce secteur est le théâtre de nombreux incidents liés au phénomène de bandes essentiellement, et aux incivilités d'ailleurs dont sont à l'origine des individus de ce quartier.

Les mesures que nous avons mises en place pour répondre à ce phénomène, outre le fait que nous nous appuyons sur notre plan de lutte contre les bandes, c'est le renforcement de la présence policière dans le secteur, avec une fidélisation des effectifs de la Brigade territoriale de contact du 17e arrondissement : la multiplication, dans ce cadre-là, de tous les contrôles, de l'éviction des perturbateurs sur la voie publique, les verbalisations systématiques de tous les tapages, toutes les incivilités comme des stationnements abusifs, etc. Nous avons également renforcé cette présence dans le cadre de la période estivale, avec une présence plus soutenue sur les horaires à risque entre 16 heures et 22 heures. Avec cela, nous organisons - ce qui témoigne bien d'un partenariat qui est soutenu - des opérations coordonnées quotidiennes de deux heures, de façon aléatoire, et ces opérations seront réalisées tous les jours durant la période estivale. Comme je le disais tout à l'heure, nous mobilisons aussi les outils de police administrative. Un des individus du quartier va être prochainement expulsé pour troubles de jouissance. Cela devrait aussi permettre d'améliorer la situation en évinçant les personnes qui posent difficulté sur des motifs différents que des motifs strictement de sécurité publique. Deux caméras vont être très prochainement installées dans ce secteur pour permettre d?améliorer encore la couverture vidéo dont on dispose. Nous sommes évidemment prêts à participer à toute réunion sur le sujet, comme nous l'avons fait le mois dernier. Cela permet de mettre en place des mesures efficaces. Nous sommes à l'écoute de l'ensemble des remontées et des suggestions qui peuvent éventuellement être faites.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci, Madame la Représentante du Préfet de police.

Je mets aux voix le v?u n° 69 avec un avis défavorable?

Une demande d'explication de vote d?Alix BOUGERET ? Vous avez la parole.

Mme Alix BOUGERET. - Merci beaucoup.

Excusez-moi, juste pour dire que nous allons voter le v?u présenté par Jérôme DUBUS puisqu'évidemment, ces mesures vont dans le bon sens. Certaines sont à l'étude. Mme BROSSEL l'a rappelé, il y a un cadre de travail qui est mis en place et qui existe, et nul doute que le maire du 17e aura à c?ur de poursuivre ce travail en lien avec la Mairie de Paris et la Préfecture de police. Néanmoins, nous voterons ce v?u en l'état.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Merci pour cette vraie explication de vote. Je dis cela parce que là où je suis, mon avis? Je me permets cet avis technique.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe PPCI, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Nous en avons fini avec les dossiers concernant la délégation de Colombe BROSSEL. Dépôt de questions d'actualité.

M. Patrick BLOCHE, adjoint, président. - Mes chers collègues, je vous informe que 11 questions d'actualité ont été déposées.

La première question d'actualité, posée par le groupe Socialiste et Apparentés à Mme la Maire de Paris, est relative à "la situation de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris et des services d'urgences."

La deuxième question d'actualité, posée par le groupe Ecologiste de Paris à Mme la Maire de Paris et à M. le Préfet de police, est relative "aux gazages des militant-e-s écologistes sur le pont de Sully."

La troisième question d'actualité, posée par le groupe Communiste - Front de Gauche à Mme la Maire de Paris, est relative aux "Vacances Arc-en-Ciel"."

La quatrième question d'actualité, posée par le groupe Parisiens Progressistes, Constructifs et Indépendants à Mme la Maire de Paris et à M. le Préfet de police, est relative "à la délinquance à Paris."

La cinquième question d'actualité, posée par le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants à Mme la Maire de Paris, est relative "aux interventions de groupes d'influence dans les écoles."

La sixième question d'actualité, posée par le groupe les Républicains et Indépendants à Mme la Maire de Paris, concerne "l'aménagement de l'espace public parisien."

La septième question d'actualité, posée par le groupe Démocrates et Progressistes Indépendants à Mme la Maire de Paris, est relative "à la densification."

La huitième question d'actualité, posée par le groupe "Génération.s" à Mme la Maire de Paris et à M. le Préfet de police, est relative "à la pollution au plomb suite à l'incendie de la cathédrale Notre-Dame, le 15 avril 2019."

La neuvième question d'actualité, posée par le groupe "100% Paris" à Mme la Maire de Paris et à M. le Préfet de police, est relative "à la mobilisation de Paris et de la Préfecture de police contre les féminicides." La dixième question d'actualité, posée par le groupe UDI-MODEM à Mme la Maire de Paris et à M. le Préfet de police, est relative à "l'organisation et de déploiement d'une véritable police municipale à Paris." Enfin, la dernière question d'actualité, posée par Mme SIMONNET à Mme la Maire de Paris et à M. le Préfet de police, est relative "aux risques sanitaires de pollution au plomb suite à l'incendie de Notre-Dame."

Je vous propose de suspendre la séance, il est quasiment 13 heures. Je vous souhaite un excellent appétit.

La séance sera reprise à 14 heures 45 avec les questions d'actualité.

Suspension et reprise de la séance.