Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

Mme Olivia POLSKI, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DGRI 47 : subvention de 100.000 euros à l?association "SOS Méditerranée" pour un programme de sauvetage en mer et de soins aux migrants dans le cadre de l?aide d?urgence. La parole est à Mme Raphaëlle PRIMET pour cinq minutes.

Mme Raphaëlle PRIMET. - Madame la Maire, mes chers collègues, la Méditerranée reste la voie maritime la plus meurtrière au monde pour les migrants. Plus de 2.560 personnes sont mortes en tenant de traverser la Méditerranée en 2018, selon les chiffres publiés par le Haut-Commissariat de l?O.N.U. aux réfugiés. Ils étaient près de 3.140 migrants morts ou portés disparus en 2017. Le nombre d?arrivées sur les côtes européennes est en baisse. En 2018, le H.C.R. comptait près de 115.000 migrants arrivés à destination, contre plus de 170.000 en 2017. C?est une chute drastique par rapport au pic de 1,015 million d?arrivées en 2015, au c?ur de la crise des réfugiés. En 2018, le premier pays d?origine des migrants était la Guinée, suivie par le Maroc et le Mali, puis la Syrie en quatrième position.

Pour nous, il n?y a pas de crise migratoire, mais une crise de l?accueil en Europe. On pense d'abord au gouvernement italien, à son Ministre de l?Intérieur qui tient un fort discours anti-migrant. Il a fermé les ports aux bateaux humanitaires. Plusieurs navires ont été contraints d?errer en Méditerranée depuis l?été, faute de savoir où accoster. Alors que la voie principale de migration passait jusqu?à présent par la Lybie et l?Italie, l?Espagne est redevenue l?an dernier la première porte d?entrée de l?Europe, avec 57.215 arrivées par la mer, contre 22.000 en 2017. De son côté, l?Italie a enregistré 23.300 arrivées, en chute libre par rapport à 2017.

"En 2019, il est essentiel de sortir de l?impasse actuelle et de mettre fin à des approches au cas par cas, c'est-à-dire bateau par bateau, pour savoir où débarquer les passagers secourus", a déclaré le porte-parole du H.C.R. en France, Céline SCHMITT, en plaidant pour un mécanisme régional de débarquement. Nous sommes bien loin de la prise en compte de ces recommandations des instances internationales. Les navires humanitaires, qui dénoncent des entraves croissantes à leurs actions, sont de moins en moins nombreux à ?uvrer en Méditerranée. Début décembre, "Médecins sans frontières" et "SOS Méditerranée" ont dû mettre un terme aux opérations de l?Aquarius, devenu un symbole de la crise européenne sur l?accueil des migrants.

Nous sommes heureux de la contribution de la Ville de Paris à l?affrètement d?un nouveau navire pour aller sauver les réfugiés en mer. Notre groupe a contribué modestement à travers l?organisation, par Nicolas BONNET-OULALDJ, à cette solidarité concrète on organisant une exposition de peintures et de dessins de presse au bénéfice de l?association "SOS Méditerranée" et de l?Aquarius, dans le 12e arrondissement. Y participaient trois artistes : Olivier de BASTIER, plasticien, Maryam MADJIDI, écrivaine, et Erwann TERRIER, le caricaturiste d?Arte. Tous les bénéfices ont été versés à l?association "SOS Méditerranée". Je crois à la solidarité active des citoyennes et des citoyens eux-mêmes, et au travail des associations. Je crois à l?action des collectivités locales comme la nôtre. Je crois à une Europe solidaire et pas forteresse. C?était le sens de notre v?u au soutien à Domenico LUCANO, le maire de Riace. A ce Conseil, nous vous demanderons d?apporter votre soutien à Carola RACKETE, capitaine du "Sea-Watch 3".

Le discours haineux et xénophobe de certains dirigeants européens est non seulement scandaleux, mais meurtrier. Ne pas permettre à un navire qui sauve des gens en mer d?accoster est un acte criminel. Le Gouvernement français, prompt à dénoncer les paroles et les actes de Matteo SALVINI, est loin d?être exempt de reproches, parce qu?il a refusé d?autoriser l?Aquarius à se faire enregistrer dans notre pays, parce que ses ports restent fermés. La France s?était engagée à accueillir un peu plus de 19.000 demandeurs d?asile. On atteint péniblement 50 % de la promesse d?accueil. Nous restons persuadés que si la solidarité européenne avait été organisée, et en particulier vis-à-vis de la Grèce et de l?Italie, nous n?en serions pas à ce stade de montée de l?extrême droite. La France a une responsabilité importante dans cette absence de solidarité. C?est son déshonneur, le déshonneur de la France qui est historiquement un pays d?émigration et d?immigration, d?avoir abandonné sa politique d?accueil pour des raisons électoralistes.

Nous voterons donc avec beaucoup d?enthousiasme fraternel ce projet de délibération qui, au contraire, est tout à l?honneur de notre Ville. Je vous remercie.

(Mme Célia BLAUEL, adjointe, remplace Mme Olivia POLSKI au fauteuil de la présidence).

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Pour vous répondre, la parole est à M. Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, au nom de Patrick KLUGMAN une nouvelle fois, je voudrais remercier Raphaëlle PRIMET d?avoir attiré l?attention sur la subvention à "SOS Méditerranée", même si notre attention est déjà largement focalisée sur ce qui se passe de terrible en Méditerranée. Cette association, créée au printemps 2015, a vocation à être un secours civil de sauvetage en haute mer, décidé par des citoyens qui ont fait le choix d?agir face à la tragédie des naufrages à répétition en Méditerranée. Ce réseau européen constitué de quatre associations - une française, une allemande, une italienne et une Suisse - a permis, depuis 2015, de sauver plusieurs milliers de vies. Nous partageons, avec "SOS Méditerranée", des valeurs simplement humanistes, de dignité, qu?il convient de répéter dans un moment où l?on se surprend encore à imaginer qu?il soit compliqué d?affirmer qu?il n?est pas acceptable de laisser des milliers de personnes se noyer sous nos yeux, ce qui serait d?une passivité complice de faire comme si nous regardions ailleurs. "SOS Méditerranée", en mer comme à terre, poursuit ses trois missions : sauver des vies, protéger les rescapés et témoigner de cette situation en mer.

Les équipes de sauvetage, en collaboration avec M.S.F., partenaire médical à bord, ont recueilli, soigné et secouru plus de 30.000 personnes depuis le début des opérations en février 2016, jusqu?au printemps 2018. Vous savez que, dans le contexte politique européen que nous connaissons, l?association a dû faire face à des entraves administratives et juridiques nombreuses retardant et parfois même empêchant des actions en mer. En août 2018, Gibraltar annonce vouloir retirer son pavillon au navire. L?armateur repavillonne son navire auprès de l?autorité maritime du Panama. Un mois plus tard, c?est le Panama qui lui retire son pavillon, évidemment sur pression du gouvernement italien. En novembre 2018, le Parquet de Catane demandera la saisie préventive de l?Aquarius. Le navire est immobilisé à Marseille. Le 6 décembre 2018, M.S.F. et "S.O.S. Méditerranée" annoncent mettre un terme aux activités de l?Aquarius. Aujourd'hui, "SOS Méditerranée" prépare sa deuxième campagne de sauvetage en mer avec un nouveau navire.

Pour des raisons de sécurité, l?association nous informera seulement une fois en mer du lancement et du nom de ce nouveau bateau, ainsi que de l?armateur. La Ville, et surtout Patrick KLUGMAN en personne, est fière d?être la première institution à avoir soutenu financièrement leurs actions - 25.000 euros dès 2016, 30.000 euros en 2018 - et désormais 100.000 euros d?aide d?urgence pour soutenir cette nouvelle campagne de sauvetage en mer, et pour permettre à nouveau à ces militants dignes et courageux de sauver les vies que d?autres n?ont pas le courage de sauver.

Je vous invite à voter avec beaucoup de courage ce projet de délibération.

Mme Célia BLAUEL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 47.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DGRI 47). Je vous remercie.