Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

85 - QOC 99-246 Question de MM. Jean-Yves MANO, Pierre SCHAPIRA et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police au sujet de l'opération "un dimanche sans voitures dans le bois de Boulogne"

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1999


Libellé de la question :
" Dans le même esprit que l'espace réservé aux cyclistes, aux piétons et aux rollers sur les voies sur berge, le dimanche, ne peut-on envisager un "dimanche sans voitures" dans le bois de Boulogne ? Ceci permettrait aux Parisiens d'apprécier cet espace de nature dans sa véritable dimension de poumon vert de la Capitale.
De nombreuses associations sont sensibilisées sur ce projet. Le 26 septembre, journée où les hippodromes d'Auteuil et de Longchamp sont sans activité, permettrait l'organisation d'une telle opération.
Cette journée pourrait s'accompagner de multiples animations dans le bois de Boulogne, desservi par des navettes gratuites en bus non polluants. De plus, elle se situerait à quelques jours de la journée nationale sans voitures.
Quelles suites M. le Maire de Paris et M. le Préfet de police comptent-t-ils donner à cette proposition, qui recueille un écho important parmi les associations, les Parisiens et les habitants du 16e arrondissement ? "
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
" S'il est envisageable de restreindre la circulation automobile dans le bois de Boulogne, l'interdiction complète, fût-ce pour une journée, ne semble guère possible.
En effet, il est tout d'abord indispensable, sauf à créer d'importantes difficultés pour les habitants de ce secteur et des communes riveraines, de maintenir en circulation les voies bordant le bois de Boulogne (allée du Bord-de-l'Eau, etc.), mais aussi l'axe pont de Suresnes - Porte-Maillot, et les voies alimentant les bretelles d'accès au boulevard périphérique.
De plus, comme cela a été constaté en août 1997, lors des Journées mondiales de la jeunesse, une interdiction de la circulation nécessite la mobilisation de moyens exceptionnels de la part de la Préfecture de police, afin de gérer les différentes entrées du bois et ses conséquences sur les voiries environnantes.
Par ailleurs, tout projet de cette nature doit prendre en compte l'activité des diverses concessions du bois (restaurants, etc.).
Enfin, les voies du bois de Boulogne ouvertes à la circulation le dimanche, servent également de zones de stationnement pour les nombreux usagers, qui se déplacent très souvent en famille (avec voitures d'enfants, etc.). Leur fermeture entraînerait des difficultés d'accès pour les familles ainsi que des reports très importants de stationnement sur les sites avoisinants, notamment à Neuilly, Boulogne, et dans le 16e arrondissement de Paris, avec les conséquences induites pour les riverains.
En conclusion, il pourrait être examiné certaines fermetures supplémentaires, notamment des voies qui sont déjà interdites à la circulation la nuit, mais il est nécessaire d'obtenir, au préalable, l'accord du Préfet de police pour la mise à disposition des effectifs nécessaires au contrôle et à la gestion des accès. "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" L'éventuelle réservation de la circulation dans les voies du bois de Boulogne aux seuls piétons, rollers et cyclistes impliquerait, outre l'inactivité des hippodromes d'Auteuil et de Longchamp, celle des nombreux concessionnaires et établissements qui exercent leur activité dans le bois.
Par ailleurs, le trafic automobile que supportent les allées de la Reine-Marguerite et de Longchamp, la route de l'Hippodrome et la route de Sèvres-à-Neuilly se reporterait sur les voies longeant le bois en y augmentant sensiblement le volume de la circulation à un niveau susceptible d'y créer des encombrements peu compatibles avec l'esprit de l'opération envisagée.
Enfin, la mise en oeuvre d'une telle opération nécessiterait la présence de très nombreux fonctionnaires de police chargés de surveiller les barrages interdisant l'accès des véhicules aux voies du bois de Boulogne.
L'organisation d'une telle manifestation ne manquerait donc pas de poser d'importantes difficultés.
En revanche, il convient de rappeler que de nombreux chemins forestiers sont réservés toute l'année aux piétons, au profit desquels une partie de la chaussée de l'allée de la Reine-Marguerite entre la Porte-de-Boulogne et la route de la Grande-Cascade est par ailleurs réservée les samedis, dimanches et jours fériés de 8 heures à 18 heures. "