Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

30 - 1999, DASCO 30 - Subvention à l'université " Paris IX-Dauphine " (16e) pour la création d'un Institut de recherches et d'études en management des entreprises européennes et la réfection du hall d'accueil. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer la convention correspondante. - Montant : 1.602.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1999


M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DASCO 30 : subvention à l'université " Paris IX-Dauphine ", dans le 16e arrondissement, pour la création d'un Institut de recherches et d'études en management des entreprises européennes et la réfection du hall d'accueil, pour un montant de 1.602.000 F.
La parole est à Mme SILHOUETTE.
Mme Cécile SILHOUETTE. - Je vous remercie.
Je ne vois pas d'inconvénient à ce que la Ville participe dans une certaine mesure à la réfection du hall d'accueil de l'université " Paris IX-Dauphine " et la somme de 432.000 F peut donc, d'après moi, être accordée.
Mais je ne comprends pas ce qui justifie l'importance de l'aide proposée pour la création d'un Institut de recherches en management des entreprises européennes.
D'abord, vous n'indiquez nullement dans le projet de délibération quelle instance de l'université a décidé la création de cet Institut.
Ensuite, " Paris-Dauphine " travaille depuis des années en partenariat avec des entreprises qui contribuent financièrement à certains de ses projets. Pourquoi pas celui-ci, puisqu'elles sont en premier lieu concernées ? Les 1,7 million de francs que vous voulez octroyer pourraient être utilement et rapidement attribués aux travaux d'urgence de l'école Boulle ou autres lycées et établissements professionnels.
Enfin, une telle somme pourrait donner lieu à la présentation d'un budget et au développement du projet dans l'exposé des motifs. Ce n'est nullement fait.
Cerise sur le gâteau : la subvention pour la création de l'Institut est mélangée à celle pour la réfection du hall d'accueil. Tout ceci imputé sur une ligne à créer.
Je pense que tout cela n'est pas acceptable. Nous voterons contre ce projet de délibération.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - La parole est à M. Jean de GAULLE.
M. Jean de GAULLE, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Il est en effet apparu important d'aider l'université Paris IX car il s'agit d'une des grandes universités internationalement reconnue dans le secteur de l'économie et de la gestion.
Il est essentiel pour la Ville de Paris de favoriser les conditions de formation des cadres qui animeront demain nos entreprises et participeront à la vitalité du tissu économique de la Capitale.
L'aide que la Ville de Paris a choisi d'apporter aux universités se traduit par l'inscription d'une ligne spécifique dans le budget municipal destinée à soutenir des projets d'investissement. C'est dans ce cadre que deux demandes importantes de l'université de Paris IX ont été sélectionnées afin de bénéficier cette année d'une subvention.
Je ne reviens pas sur la restructuration du grand hall d'accueil, Mme SILHOUETTE y a fait référence.
Je dirai deux mots sur la création de l'Institut de recherche et d'études en management des entreprises européennes qui s'inscrit donc dans l'action entreprise depuis de nombreuses années par l'université Paris IX afin de prendre en compte la dimension européenne dans ses programmes de formation et de recherche.
La lisibilité interne et externe de cette volonté, tout comme la mobilisation et la coordination des énergies justifient la mise en place de cette structure universitaire spécifique.
L'aide de la Ville à hauteur de 1.170.000 F - et non, 1,7 million, chère collègue - servira à contribuer à l'aménagement des locaux, environ 150 mètres carrés, dégagés par redéploiement interne, ainsi qu'à l'achat de matériels informatiques et audiovisuels.
Il est aussi rappelé que l'aide inscrite au budget pour ce type d'actions n'est pas une charge supplémentaire puisqu'elle est issue du redéploiement des crédits précédemment affectés aux chairs municipales.
Je voudrais insister sur la nécessité pour la Ville de s'engager en faveur de l'enseignement supérieur afin que Paris reste une grande capitale universitaire et scientifique. Je voudrais rappeler à cet égard que sur la seule période 1990-1994, les collectivités locales ont contribué pour 32 milliards de francs au plan " Université 2000 " et qu'il n'est plus possible de raisonner aujourd'hui comme il y a 10 ans. C'est bien dans cet esprit que la Ville de Paris a décidé de participer activement au plan " Université 3e millénaire ", U3M.
M. Pierre GABORIAU, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 30.
Qui est pour ?
Contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DASCO 30).