Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2019
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Démocrates et Progressistes relatif aux déplacements lors de l’édition métropolitaine de Nuit Blanche. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2019


 

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Nous étudions maintenant le projet de délibération DAC 291 et les v?ux référencés nos 44 et 44 bis qui s'y rattachent.

Madame Fadila MÉHAL, vous avez la parole.

Mme Fadila MÉHAL. - Monsieur le Maire, chers collègues, la prochaine édition de la "Nuit Blanche" se tiendra la nuit du 5 au 6 octobre 2019 avec cette fois-ci, de façon inédite, plusieurs territoires de la Métropole du Grand-Paris, Paris bien sûr, Aubervilliers, Plaine Commune, Saint-Denis, Gennevilliers, Rueil-Malmaison, Gentilly, Vincennes. C'est une première, je l'ai dit, nous l'attendions depuis longtemps et nous nous en réjouissons.

Néanmoins, il me semble que cette édition devra relever plusieurs défis. D'abord, la rencontre entre l'art contemporain et souvent les publics éloignés.

Nous le savons, beaucoup de personnes n'habitant pas Paris hésitent encore à se confronter à l'art contemporain avec peut-être la peur de ne pas en effet se sentir concernées.

Nous devons tordre le cou à cette idée. Cette édition doit être l'occasion de permettre aux publics, même les plus éloignés, de se saisir, de se rencontrer, et de rencontrer la création contemporaine si diverse et si sensible.

L'art ne peut pas s'adresser qu'à une élite, il doit s'adresser à chacun des habitants. Il doit se décloisonner pour toucher toutes les couches de la société, nous devons le garantir pour la prochaine Nuit Blanche.

Ensuite, il faut une cohésion. Il ne s'agit pas pour notre groupe de créer dans chaque ville une mini Nuit Blanche indépendante et autonome, mais bien de faire dialoguer les territoires participants, afin de créer une véritable identité culturelle métropolitaine.

Et c'est vrai que les approches peuvent être diverses, Saint-Denis devra dialoguer avec Gentilly, peut-être avec Rueil-Malmaison, Plaine Commune avec Vincennes, il est important qu'une toile se tisse entre les habitants de ces villes. C'est pour cela que nous déposons un v?u, pour que les modes de déplacement et les liaisons soient garantis et développés amplement durant cette période. Nous avons vu lors des dernières éditions les dispositifs de déplacement mis en place dans Paris extra-muros avec la R.A.T.P., mais cette édition est singulière, elle va demander plus de moyens, plus de regroupements, il faut absolument garantir une liaison forte. Les lignes de métro automatisées ne suffisent pas. Pour terminer, j'ai encore un peu de temps, la culture est un vecteur de rassemblement. Le Grand Paris ne peut pas être une coquille vide simplement avec des tuyaux, des dispositifs administratifs et un millefeuille. Il faut qu'il y ait une culture métropolitaine, il faut qu'il y ait un sentiment d'adhésion, il faut qu'il y ait une identité commune, oui, la culture permet aux habitants du Grand Paris de se sentir unis et rassemblés. Il semble bien désormais que les prochaines éditions de la "Nuit Blanche" devront continuer dans ce sens, s'ouvrir encore davantage, dépasser le périphérique dont je rappelle, c'est une frontière physique, mais surtout c'est une frontière symbolique. Je vous remercie.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Madame MÉHAL.

Pour vous répondre, la parole est à M. GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Il n'y a pas M. BOURNAZEL ?

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - M. BOURNAZEL s'est retiré.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Merci.

Bien sûr, ce que m'a rappelé Fadila MÉHAL est évidemment un constat que nous faisons depuis bien longtemps, puisque lors de la première Nuit Blanche, le 5 octobre également et c'était en 2002, il y a donc 17 ans, nous avions déjà tendu la main.

Après le grand succès de la première édition, plus d'un million de participants, c'étaient principalement en effet, au-delà des Parisiens et des visiteurs, des femmes et des hommes qui étaient venus de toute la métropole et qui aiment l'art, car contrairement aux idées reçues, chacune et chacun a une immense possibilité de curiosité et un grand goût pour la création.

En effet, nous avons souhaité que "Nuit Blanche" cette année prenne une dimension métropolitaine politique inscrite, beaucoup plus affirmée, et rayonne au-delà du territoire parisien et des villes nombreuses, qui déjà dans la petite couronne et la grande couronne participaient à "Nuit Blanche".

Cette proposition a été soutenue avec enthousiasme par le président de la Métropole du Grand-Paris, Patrick OLLIER, tout comme notre collègue Danièle PREMEL qui était à mes côtés pour la pré-conférence de presse du programme de "Nuit Blanche" imaginé par Didier FUSILLIER et Jean-Max CAUSSE.

Ce projet a été adopté à l'unanimité du Conseil métropolitain, où j'ai eu l'occasion de le présenter le 21 juin dernier. De nombreux équipements culturels de la métropole participeront. Ainsi, une contribution financière, c'est une grande première, de 200.000 euros à différentes communes de la métropole, de sensibilités vraiment différentes, Aubervilliers, Plaine Commune, Saint-Denis, Gennevilliers, Rueil-Malmaison, Gentilly, Vincennes, afin qu?elles puissent développer des projets artistiques sur leur territoire et figurer dans le programme officiel de Nuit Blanche 2019.

C'est donc précisément l'objet du projet de délibération qui vous est soumis. C'est pourquoi il est important que le dispositif d'extension des transports collectifs prévu par la R.A.T.P. prenne en compte la date de cette grande manifestation afin que le plus grand nombre d'habitants de la métropole puissent y participer comme le souhaite notre collègue Fadila MÉHAL, dont je la remercie du soutien.

Il s?agit d?un sujet sur lequel il existe un très large consensus entre nos positions. La Ville de Paris, notamment mes collègues Frédéric HOCQUARD dans le cadre de sa délégation à la nuit, et Christophe NAJDOVSKI pour les transports, travaille à essayer de convaincre la Région Ile-de-France de faire coïncider son nouveau dispositif avec les grandes dates des manifestations parisiennes.

Nous proposons donc un v?u de l'Exécutif portant sur un point précis : la reconsidération de la date d'expérimentation par la Région de son dispositif de renforcement de l'offre de transport. Cette expérimentation est envisagée pour la nuit du 19 octobre, c'est vraiment dommage, nous proposons qu'elle intervienne le 5 octobre, date de "Nuit Blanche".

Ainsi, si Mme MÉHAL en est d'accord, par un v?u de l'Exécutif et vraiment je la remercie d'avoir posé cette question, cela nous permet de nous rassembler comme elle le disait très bien elle-même, l'Exécutif propose donc le v?u qui est le suivant : que la Région, Madame EVREN, la Région, pas que l'Europe, la Région Ile-de-France puisse reconsidérer la date choisie pour son expérimentation au mois d'octobre, afin qu?elle puisse correspondre à la date de Nuit Blanche, qui a déjà 17 ans d'existence.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - En réponse au v?u n° 44, l'Exécutif a déposé le v?u n° 44 bis, le groupe Démocrates et Progressistes retire-t-il le v?u n° 44 ?

Mme Fadila MÉHAL. - Bien sûr, nous sommes à la recherche d'un rassemblement, cela va dans le bon sens et nous souscrivons complètement au v?u de l'Exécutif.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Avant de mettre aux voix le v?u, je donne la parole pour une explication de vote à Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Bien sûr, nous voterons ce v?u, parce que la "Nuit Blanche", c'est aussi l'occasion de faire en sorte que participent tous les habitants et pour cela la mobilité est importante, c'est-à-dire aussi que les Parisiens et les non-Parisiens, ceux de toutes les villes qui nous entourent puissent participer à cette station, puisqu'il y aura des stations, des moments festifs aussi qui se déroulent dans les différentes villes. Nous votons avec enthousiasme ce v?u, en espérant qu'il soit bien exécuté.

M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Madame PREMEL.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté à l'unanimité. (2019, V. 295).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 291.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2019, DAC 291).

Je vous remercie.

2019 DAC 393 - Subvention (2.417.500 euros) et avenant avec l?établissement public Maison des Pratiques Artistiques Amateurs (1er).